Les joueurs de Morra est bien évidemment, sans conteste, l'un des tableaux majeurs de la peinture Fiorio. Et même, sans doute, l'un de ses chefs-d'œuvre. Pages 108 et 109 de Pour saluer Fiorio, j'évoque bien trop rapidement cette étrange toile, sans même donner la règle du jeu - non moins étrange à première vue - que quatre des dix personnages y sont visiblement en train de pratiquer.
Mais voilà que notre ami André-Pierre Fulconis l'a par bonheur consignée dans le livre-trésor
qu'est son Dictionnaire illustré du village de Provence d'où il vient aimablement de me la rappeler.
Me souvenant, du même coup, qu'un autre ami, Claude-Henri Rocquet, avait lui aussi écrit sur Les joueurs de Morra dans son Rêver avec Serge Fiorio, je me dis que l'occasion est belle de rassembler ici tout cela - reproduction à l'appui - pour en faire un focus sur ce Fiorio-là, entre tous bien singulier.

*

J1

J2

X1

X2   *

4 Les Joueurs de Morra 104X116 cmLes Joueurs de Morra, 104X116 cm, 1935.

    Dans la chambrée (cercle) dite de l'Union en 1876, les statuts interdisent les jeux de la mourre et de hasard.
[Le jeu de la mourre est un jeu de doigts, pratiqué à deux, connu depuis l'Antiquité dans de nombreux pays (on en trouve des exemples sur des peintures funéraires pharaoniques). On se tient face à face le poing fermé en avant. Au signal chacun ouvre une main en levant un certain nombre de doigts, tout en disant un nombre de 1 à 10. Celui qui dit un nombre correspondant au total des doigts montrés par les deux partenaires marque un point. Par exemple si l'un a levé 4 doigts tout en disant le nombre 9, et que l'autre a levé 5 doigts en disant 7, c'est le premier qui a gagné puisque 4 et 5 font 9. Ce jeu s'est maintenu sous le nom de Mora en Corse. On peut accompagner les nombres énoncés d'expressions colorées et même crier pour déconcerter l'adversaire. On peut utiliser les 2 mains, le nombre énoncé peut alors aller jusqu'à 20]. Extrait du Dictionnaire illustré du village provençal. www.fulconis.com

*
Extrait de Rêver avec Serge Fiorio de C-H Rocquet.

   *
Les Joueurs de morra.
Sur les œuvres de haute époque.
Quand les ouvriers joueurs de morra de la carrière de Taninges se font solidaires des cabanonniers de Port-St-Louis du Rhône.
Les fenêtres étaient trop rouges par Gérard Allibert.
Dans La Croix du 27. 07 2016.