02 juin 2015

Vouloir connaître vraiment l'œuvre de Serge...

   Vouloir vraiment connaître l'œuvre, en entier, de Serge Fiorio est, en soi, une entreprise sans aucun doute louable et fort passionnante mais qui, je crois, demande au départ deux choses en réalité essentielles à cause d'un certain côté quelque peu utopique quand même : d'abord la plus grande patience et puis l'adhésion à une sorte d'acte d'abandon : l'acceptation pure et simple de ne jamais pouvoir parfaire cette connaissance. Ceci, parce qu'il s'agit là - comme pour beaucoup d'artistes, au demeurant - d'une production... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 juin 2015

Une photo de neige. Entre 1936 et 1939.

   Parfois, tout finit heureusement par arriver ! Prospectant comme d'habitude au petit bonheur la chance dans les archives de Serge, je viens d'y faire la connaissance de l'une de ses photos, telle que j'espérais depuis longtemps en mettre une à jour : un spécimen témoin du temps de ses promptes qualités d'artiste en dehors de ses dons de peintre, uniquement en tant que photographe. Je me souviens encore avec émotion de sa vision d'un arbre qui, les branches croulant sous une forte épaisseur de neige fraîche, transfiguré,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [4] - Permalien [#]
05 juin 2015

Petite annonce.

   Une amie voulant garder l'anonymat me demande de passer pour elle une annonce dans le blog : celle de la vente d'un Fiorio acheté chez Serge en 1995 et de dimensions 46X38 centimètres. Aussi, si vous êtes intéressé(e), vous pouvez me contacter par mail : nolombard@gmail.com ou par téléphone au 04 90 75 24 60, le soir jusqu'à 21 heures, pour obtenir de plus amples renseignements.   L'œuvre est en parfait état, mis à part un défaut minime dans le ciel dont rend bien compte la photo jointe.  
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 juin 2015

Des signatures.

      Photo Robert Doisneau       Traduction d'Agostino : Firme. NOTERELLA PER IL LETTORE ITALIANO L’introduzione lirica qui di seguito riportata apre il poema Foglie d’erba (Leaves of Grass) di Walt Whitman e ne viene proposta la traduzione a cura di Enzo Giachino, presente nell’edizione mondadoriana del 2012 per «I Classici della poesia». Crediamo che l’intenzione di André Lombard possa ascriversi al desiderio di abbinare in unico afflato le rispettive tensioni interiori di Serge... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juin 2015

Tableau de bon augure, d'espoir.

   Ce tableau est à vendre. Je l'ai fait savoir, avec quelques détails, dans le billet du 5 juin, celui d'avant hier. Mais en attendant qu'il trouve acquéreur et reparte donc dans la nature, je l'ai bien regardé pour en confectionner, au passage, le billet du jour.   Par les temps qui courent, nous nous posons de plus en plus souvent la question insistante : « Quelle Terre laisserons-nous donc, demain, à nos enfants ? » sans jamais pouvoir vraiment formuler une réponse sincère avec assurance. Sur le sujet, ce... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juin 2015

Première photo d'Habemus Fiorio !

   Une couverture, si l'on veut, en forme de devinette, dont la réponse est exclamée tout en haut, en blanc, dans le ciel ! Le plus beau compliment vient de Sylvie Giono qui la trouve « joyeuse, comme Serge l'était ». Mais notre ami François Mangin-Sintès est d'un autre avis, celui-là pourtant lui aussi plein de sens :    Pour ma part, autant j'ai été d'entrée très enthousiaste sur le choix du titre que j'aurais défendu bec et ongle, autant je le suis moins sur l'illustration trop... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2015

La colombe de la Paix.

   Oiseau de bon augure par excellence, et même princeps en la matière, la colombe tenant en son bec le rameau d'olivier, les Fiorio l'ont inscrite, discrètement gravée dans la pierre, ailes ouvertes, sur la clé du linteau de l'entrée de leur cuisine donnant directement sur la rue, à Montjustin.  Le rameau d'olivier tenu dans le bec semble avoir lui-même la forme (sans doute involontaire, mais qui sait ?) d'une autre colombe, ailes ouvertes elle aussi, colombe-enfant en quelque sorte. Une partie de la famille... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2015

A propos du tableau Le Portrait de mes grand-parents.

   C'est une bonne décennie après leur décès que Serge a peint le portrait de ses grands-parents jardiniers piémontais. Cela pour faire plaisir à sa mère qui lui avait demandé de les lui ressuciter par l'enchantement de sa peinture. De leur aspect physique, il ne se souvenait qu'à peine, les ayant seulement connus au cours de sa petite enfance, pendant la guerre de 1914, à Turin, où leur fille et ses quatre enfants les avait rejoints, vivant près d'eux, logés dans un presbytère, pendant tout le temps qu'Emile, le... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juin 2015

Annonce de l'exposition Fiorio de Gréoux, été 2015.

  Serge Fiorio, à Gréoux-les-bains, chez Lucien Jacques    Quand Jacky Michel m’a parlé d’une exposition Fiorio plus que possible, souhaitée, attendue, à la Médiathèque Lucien Jacques de Gréoux-les-bains, je n’ai pu qu’applaudir de tout cœur à la nouvelle ! Leur rencontre en ce lieu — Serge se trouvant en quelque sorte ici sous l’aile de Lucien — est riche de souvenirs communs aux deux peintres. N’est-ce pas déjà Lucien Jacques qui, à la fin de la dernière guerre, accueillit Serge venu en... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juin 2015

Une belle photo.

   Je ne sais à qui l'on doit cette belle photo d'un Serge heureux, souriant, prise près du pilier droit de la terrasse au pied duquel il avait fait, comme on le voit, pousser un rosier à la floraison chaque année un peu plus délirante, et ne sachant plus, non plus, s'arrêter de fleurir, donnant des roses jaunes pales, de plus odorantes, jusqu'au cœur de l'hiver ! Grand merci, donc, au ou à la photographe qui nous transporte ainsi à travers le temps vers celui où les roses fleurissaient en abondance au pied de la maison... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]