01 novembre 2016

Méditant une fois de plus...

   Méditant une fois de plus l'un des Fiorio que je préfère, le tableau me faisait remarquer que rares sont les peintres dont la peinture est à ce point autoféconde, rares sont ceux qui ne sont influencés que par eux-mêmes tout en faisant partie - au-delà de leur propre monde - d'une vaste famille d'esprit sur le blason de laquelle peut se lire, avant toute autre, une certaine façon de faire, et d'être, sans lien avec l'art du commerce ni la vanité des modes. Et je remarquais encore une fois, exemplaire dans celui-là, le... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2016

Au fil de la plume.

 « Je vis, c'est vrai, dans une campagne tout à côté du Creusot. Mais mon vrai pays, c'est la page blanche. »  Christian Bobin.    Un peintre, un artiste quel qu'il soit, mais pourvu qu'il en soit vraiment un ou une authentique - et là, pour me faire quelques amis de plus en ce milieu, je ne peux passer sous silence, d'entrée, tous les autoproclamé(e)s et ceux, celles, fabriqué(e)s de toute pièce par les éditeurs, les Écoles d'art ou les marchands -, est quelqu'un qui, avant tout, est de partout. Donc de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 novembre 2016

Causerie de Lucienne Desnoues. 1ère partie.

   Poursuivant mes recherches pour mettre enfin à jour une liasse de lettres de Thyde Monnier à Serge, je suis tombé cette fois-ci sur cette causerie de la très chère Lucienne Desnoues : en fait, un vrai beau texte comme elle savait si bien en écrire ! Causerie parue dans une publication collective (Georges Sion, Françoise Mallet-Joris, Pierre Falize, Lucienne Desnoues et Carlo Bronne) par les soins de l'Académie Royale de Langue et de Littérature Française. Le tout sous le titre général : Pour le centenaire de Colette. ... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 novembre 2016

Causerie de Lucienne Desnoues, suite et fin.

  Quelques liens utiles : Travail et mobiles poétiques par Lucienne Desnoues. Marcel Thiry et le tournoi...par Lucienne Desnoues. De Villon ... à Desnoues par Ismaël. Lucienne Desnoues ou la poésie de la terre. Causerie de Lucienne Desnoues. 1ère partie. Causerie de Lucienne Desnoues, suite et fin. Rencontre et article de Claude-Henri Rocquet Lucienne Desnoues, clin d'œil dans un livre d'or. Lire Lucienne Desnoues L'orme et le cerf perdent leurs branches par Ismaël. Quelques traits... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 novembre 2016

La femme de sa vie, par Jacques Ibanès.

LA FEMME DE SA VIE     Il est au lycée. Chaque jeudi, promenade collective. Les internes se rendent en rangs par deux au vallon des Gardes, où Achille Empéraire et son ami Cézanne aimaient venir peindre sur le motif.  Il a douze ans et son camarade, comment s’appelait-il déjà ? Gippon. Gippon Paul lui parle de Colette. Il a déjà entendu ce nom et voilà qu’il se prend à l’aimer, sans l’avoir jamais vue, sans l’avoir jamais lue.    Il faudra attendre encore quelques années. Sans doute dans un manuel... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 novembre 2016

Magnan-Giono.

   Ce n’est qu’au décours de la vie, ou vers la fin, que l'on peut s'apercevoir qu'une constellation dont nous faisons partie s’est formée au-dessus de nous dans le ciel de nos jours, qu’elle y est même lisible et cohérente. Il est alors possible, rétrospectivement donc, de se rendre compte qu’il n’y a pas de hasard dans les rencontres que nous faisons, ou, comme on le dit beaucoup plus justement, « qu’il nous arrive » de faire. C'est-à-dire que celles qui doivent se faire se font, recta, réglé comme papier à... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 novembre 2016

Marcel Thiry et le tournoi...par Lucienne Desnoues.

   Après Pour Marcel Thiry voici un autre texte merveilleux de feue la très chère et de plus en plus précieuse Lucienne Desnoues sur ce grand écrivain wallon. Celui-ci est extrait - on pourrait même écrire exhumé - du numéro spécial d'hommage d'avril 1963 de la revue bimestrielle belge MARGINALES. Généreuse Lucienne ! Car encore une fois, il s'agit, à travers la louange, d'un véritable Art poétique agrémenté de belle façon d'encore bien d'autres choses. Dans sa préface au recueil Les Ors, paru chez Seghers en 1966,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 novembre 2016

Travail et mobiles poétiques par Lucienne Desnoues.

   Il ne faut jamais hésiter à lancer un appel : il ne risque que d'être entendu ! Ainsi celui que je lançai ici hier, pourtant presque à demi-mot, pour retrouver le texte de Travail et mobiles poétiques de Lucienne Desnoues a bien été entendu par l'amie Michèle Ducheny qui a eu très vite fait de ramener ces pages dans ses filets. Les voici donc à lire, grâce à elle que je remercie. Michèle Ducheny est l'auteur d'un fort riche Giono et les peintres en perpétuelle évolution qui, en particulier pour celles et ceux qui ne... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 novembre 2016

Une citation de Marie Rouanet.

Détail d'un Bûcheronnage de 1958. Nous sommes démunis de ces gestes utiles, nous vivons imprudemment sans savoir utiliser le monde, plus désemparés que ne le fut jamais l’humanité, comme si nous devions, désormais, trouver jusqu’au bout du temps des hommes plus pauvres que nous pour fabriquer l’indispensable, nourrir et bercer nos enfants, caresser les plus vieux, réparer un soulier, recoudre une couture défaite. Et la liste n’en finirait pas, à notre honte.  Marie Rouanet, Luxueuse austérité. * ÉTAT D'URGENCE : Place... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 novembre 2016

Un article de Charles Jourdanet dans Nice-matin, 1965.

L'article se présentant par colonnes, il m'a été impossible de le morceler pour en obtenir une meilleure lecture. Désolé.
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]