Cette photo très poétique de Manuel Alvarez Bravo haussant le familier jusqu'à son propre mystère aurait pu être prise chez les Fiorio. La chaise de bistrot et le cheval de bois y parlent la même langue populaire que celle que l'on entendait chez eux à Montjustin autrefois.

CABALLO DE MADERA,1928