On aimerait ne rien oublier de ce que Maximilien Vox a été et de ce qu’il a fait au cours de sa vie. Mais il faut désespérer de tout dire, car la tâche est impossible. […]La simple énumération des métiers qu’il a exercés demande un peu de souffle.
Malheureusement, reconnaissons-le, rares sont les lieux, les publications, les hommages qui perpétuent sa mémoire : une rue et une zone industrielle à Condé-sur-Noireau, sa ville natale ; un lycée professionnel du Livre et des Arts graphiques, à Paris ; un monument, intégré dans un « parcours ludique et pédagogique » à Lurs, pour « découvrir la culture graphique » ; un « Dossier Vox » publié dans l’année qui suivit sa mort et, dernièrement, l’émission d’un timbre poste à son effigie.
Bien peu de choses au regard de l’œuvre foisonnante et multiple de Vox dans le domaine des Arts graphiques. Même dans les milieux du Livre, l’œuvre de Vox, ses exigences, son idéal, sont bien oubliés…
Mais cette œuvre mériterait pourtant d’être redécouverte compte tenu de sa richesse, de sa diversité, de sa qualité esthétique et de l’empreinte qu’elle
a laissée…

Sylvère Monod

*

   En foi de quoi voici donc aujourd'hui ici, en guise d'introduction aux Origines spirituelles de l'École de Lure par Maximilien Vox - à paraître en deux ou trois billets à la suite de celui-ci -, un article paru en date du 23 décembre 1994 dans la Gazette de l'Hôtel Drouot.

Mais au préalable ce lien, pour en savoir tout de suite peut-être un peu plus sur les Rencontres Internationales de Lure, toujours actuelles.

*

« À Lurs, symbole de vie, rien n'est définitif. Cette Rencontre est une confrontation et il appartient à chacun d'y apporter beaucoup pour y retirer ce qu'il en espère. S'il est quelque détracteur, nous lui disons qu'il est bon que chaque année, sur une colline de Haute Provence, des hommes viennent quelques jours, de tous les coins de France et du monde, pour confronter leurs idées sur un métier qu'ils aiment, et aussi prendre conscience de leurs tâches, si modestes soient-elles, de leurs positions, par conséquent de leurs responsabilités, dans les courants qui entraînent notre civilisation vers son destin »

Michel Brient. 1962

*

Vox ter

maximilien-vox-typographer_10

Ici, à droite, Maximilien Vox, en compagnie de l'un de ses fils : Flavien Monod, parolier, compositeur.

Vox bis

*

Et puis des liens :

Maximilien Vox 2. Origines spirituelles de l'École de Lure 1.

Maximilien Vox 3. Origines spirituelles de l'École de Lure 2

 Une lettre de Maximilien Vox.

Du haut de mes seize ans j'avais eu la bonne idée, et le culot aussi, de lui écrire, depuis le lycée de Manosque - où je venais tout juste d'entrer - pour lui demander pourquoi il avait choisi de s'installer - lui et son École de Lure - sous le ciel et les auspices de la haute-Provence. La réponse ne se fit pas attendre...

 *

De la part de Jacques Ibanès  :

Un site remarquable sur Maximilien Vox avec documents et illustrations a été mis en ligne par Maurice Darmon :
maurice-darmon.blogspot.com/2007/04/contenus-3-maximilien-vox-1894-1974.html

 *

Et aussi de la part d'Agostino Forte : quatre textes de Vox.