L'image et le nom de Maximilien Vox ayant fait surface au cours d'un récent "passage en revue" de photographies chez Jacky Michel le président de l'Association des Amis de Lucien Jacques, m'est revenu en mémoire cette lettre reçue de lui en réponse à une double question que je lui avait posé : pourquoi s'était-il installé en Haute Provence et qu'est-ce qu'il en était ?

Si j'ai tout de go décidé de la publier ici c'est parce qu'il me semble que son contenu dépasse, et de loin, le cadre de la correspondance privée et qu'étant toujours d'actualité, elle peut tout aussi bien parler à quiconque en prendra connaissance, toutes générations confondues.

Dans le même temps, j'avais posé la même question à Serge qui me répondit lui aussi aussitôt avec enthousiasme. Sœur de celle de Vox, je publierai également cette autre réponse sous peu. Réponse que j'ai utilisée dans Itinéraire, le texte biographique paru en 1992 dans l'album Serge Fiorio, édité par Maurin Gibert et Danièle Galliot, les créateurs de la librairie Le Poivre d'Âne à Manosque.

Un ami à qui je l'ai faite lire, trouve et me dit que « cette lettre de Maximilien Vox à un tout jeune inconnu était vraiment touchante de la part d’un vieux monsieur. Mais il est vrai que ce doit être très agréable de constater qu’à 76 ans on existe encore pour certaines jeunes pousses...». Véridique sans doute, je crois cependant que c'est surtout la nature de mon questionnement qui a été pour lui touchante, venant de la part d'un gars de 16 ans s'interrogeant en miroir sur son propre pays. Car, comme le dit sa lettre, vivre et travailler ici en Haute-Provence était pour lui plein à ras-bord des significations les plus hautes, jusqu'à celle de l'aboutissement heureux d'une quête. Or, sans rien en savoir d'avance - mais devinant cependant quelque peu : ce qui m'a fait lui écrire, ainsi qu'à Serge - je lui donnai là, le questionnant, l'occasion d'exprimer cela en ses grandes lignes. Voilà bien, sans doute, ce qui lui fit trouver ma lettre « obligeante » bien qu'elle fut rédigée « dans un français terriblement embrouillé ».

Je regrette seulement de ne pas avoir alors eu la présence d'esprit de poursuivre plus loin avec Vox - comme je l'ai heureusement fait avec Serge - et de relire aujourd'hui cette unique lettre de lui ne fait que remuer le couteau dans la plaie.

N'empêche, sur le coup, ces deux réponses me furent niveau d'eau et fil à plomb...dont je me sers encore !

Enveloppe lettre Vox-Lombard 1971

Lettre Maximilien Vox à André Lombard 1971

Lettre de Maximilien Vox à André Lombard 1971

*

Le Théâtre Mandin vous invite à découvrir :
 
Les Liaisons Dangereuses
Par la Cie A P'Art Etre
Dimanche 29 janvier à 15h au théâtre Henri Fluchère à Sainte Tulle
 
Cette adaptation de Jean-Claude Brisville tiré du roman épistolaire de Choderlos de Laclos nous emmène dans les méandres sentimentaux d’une aristocratie libertine avec pour maîtresse de cérémonie la Marquise de Merteuil (Bénédicte Boileau) et son double masculin le Vicomte de Valmont (Mathieu Weil), deux êtres machiavéliques qui excellent dans l’art de la séduction afin de satisfaire leur soif de vengeance...
 
Leurs victimes:
Mme de Tourvel:  Amandine Borgey
Mme de Volanges:  Muriel Lancauchez
Cécile de Volanges:  Leslie Ollier
Mme de Rosemonde:  Brigitte Jouveau    
Chevalier Danceny:  Sylvestre Bauce
Azolan:  Gérard Sebbah
Emilie:  Elodie Rousseaux
 
 
Participation 8 € - 5 €
Au plaisir de vous y retrouver !