19 mai 2020

Le pain d'étoiles enfin réédité ! (en librairie le 28 mai)

   Avec une poignée de camarades, j'ai mordu dans ce Pain d'étoiles à pleines dents à sa première parution en 80, et pour cause : nous étions familiers des lieux et inversement. En effet, de fréquentes randonnées par là-haut nous faisaient souvent - combien de fois ! - "échouer" au fameux moulin - la maison meunière en fait - dont, par avance, nous demandions par téléphone la clé à Andrée Marie Merle pour y passer la nuit et encore la suivante. Ou bien spontanément, en frappant directement à sa porte à l'improviste.... [Lire la suite]

14 août 2019

Montjustin : les Riches heures.

Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Jean 12, 24 *    Dans la page biographique (que je viens de découvrir) parue en tête du catalogue édité par l'efficace et généreux groupe de bénévoles ayant œuvré cette année pour l'exposition Lucien Jacques au musée municipal de Forcalquier, Jacky Michel écrit à propos de Lucien à Montjustin : « Il tente de relancer, en vain, un cercle d'amitié comme au Contadour. »C'est le en vain qui m'a... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
17 juin 2019

Pierre Ricou. Sur une photo du plateau des Frâches, au Contadour.

   Haute-Provence a toujours été le terme dont j'ai revêtu depuis mon enfance l'idéal qui me faisait vivre : le pays de mon rêve éveillé et de mes amours lucides. Maximilien Vox * O que païs ! Pierre Martel *    Nous le découvrant avec art, par cœur, Pierre Ricou est assurément pour moi, sans conteste, le chantre photographique par excellence du vaste et tout autant singulièrement secret pays de Haute-Provence. Il est vrai que ses qualités d'âme ne lui échappent pas, jamais ; et qu'en chaque nouvelle... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
11 août 2018

Eugène Martel peint par son ami Simon Bussy.

« Certains peuvent voyager à travers le monde et ne rien en voir. Pour parvenir à sa compréhension, il est nécessaire de ne pas trop en voir, mais de bien regarder ce que l’on voit. » Giorgio Morandi . * Simon Bussy - Dole 1870 - Londres 1954 -  Eugène Martel travaillant au portrait d'Henri Lacroisade. Huile sur panneau de 35,50 x 44 cm annoté au dos par le modèle : « Souvenir du petit atelier, 22, rue Visconti, à Paris, en 1893, où le soussigné en train de travailler au portrait d'Henri Lacroisade (qui ne fut jamais... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
08 octobre 2016

Pierre Ricou. In memoriam.

   Avant hier ont eu lieu les discrètes et émouvantes obsèques de l'ami Pierre Ricou au cimetière de Forcalquier. Quelques-uns de ses proches ont à ce moment-là tenu à dire Pierre, l'homme, sa ferveur, le militant pour un monde meilleur, écolo, équitable. Et sa défense, aussi, du grand métier de photographe. Le connaissant bien, ils l'ont fait, chacun, en usant de mots simples, qui sonnaient justes, car doublés de la forte chaleur humaine émanant de leur amitié avec « le couple Pierre-Viviane, Viviane-Pierre »... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
16 octobre 2015

De la correspondance Lucien Jacques-Alfred Campozet.

  La toute dernière livraison de l'Association des Amis de Lucien Jacques est un fort numéro 12 du bulletin contenant la riche et abondante correspondance Lucien Jacques-Alfred Campozet. C'est à la fille de ce dernier, Christine Iratçabal-Campozet, que revient, en quelques pages d'une mini-biographie sobre mais néanmoins très sensible placée en tête du volume, de nous présenter son père et le contexte des diverses étapes du parcours original et courageux de ce poète-maçon-pacifiste ayant eu la droiture et la force d'âme... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 décembre 2014

Giono et la peinture.

   Très sensuelle entre toutes, la littérature de Giono est, il me semble - en-dehors de la musique du style - avant tout visuelle. Donc, par là, proche parente de la peinture.  L'écrivain manosquin est pour moi — je ne suis pas le seul, n'est-ce pas ! — un maître incontesté de l'image hautement efficace, éclatante et lumineuse comme un soleil, irradiante, ou bien gravée en creux, en forme de constellation révélée plus en douce dans le ciel d'encre de la page.Certains courts chapitres ou autres longs paragraphes me... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
16 avril 2014

Portrait d'Inès Fiorio.

    Il s'agit aujourd'hui du portrait d'Inès Fiorio, la jeune cousine du peintre. Il a été mis en chantier peu de temps après le drame, Pour tante et tonton, car leur fille est morte dans des conditions tragiques, au printemps 1943, sous le dernier bombardement de Boulogne-Billancourt. La signature en est celle de toutes les œuvres intimes : Serge. Un point c'est tout. On va tout de suite se rendre compte que c'est bien à partir de cette photographie que le peintre — voulant rester le... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,