22 mars 2014

Deuxième Autoportrait.

Désolé, le scan étant de mauvaise qualité, l'image reste sans espoir de pouvoir être améliorée, il faudra, hélas, nous en contenter en attendant que je fasse une photo numérique de l'œuvre.    Il ne s'agit plus du tout du même Serge, dirait-on ! (voir le billet d'hier). Le peintre s'idéalise ici par le moyen d'un trait stylisé qui le fait ressembler à l'un de ces habituels purs et innocents bergers. Plus de barbe en collier, ni de moustache ; envolés ! Ne reste que la chevelure en casque d'un guerrier spirituel. Le... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2014

Premier Autoportrait

   Qui est-il ce farouche personnage dès l'abord plein de forces et d'une grande détermination ? Il fait aussitôt penser à un Christ en puissance dont la Croix — ici plus protectrice que tragique parce que toute fine et plus bleue que le ciel lui-même sur lequel elle s'incrit — monte de derrière lui et dépasse, redoublée, de son épaule gauche.  Au-dehors : la vie y est représentée floue vue à travers les carreaux de la fenêtre car il s'agit ici, cela est clair comme de l'eau de roche, d'un portrait — au-delà la forte... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mars 2014

Le billet de François Mangin-Sintès.

   A propos de peinture naïve, nous savons que celle de Serge dépasse haut la main le cadre  de ce genre d'œuvres et chaque fois qu'il nous est permis de le faire nous le signifions. Il ne faut jamais tout mélanger ! Par facilité d'exécution — imitation du dessin de l'enfant — des "peintres" font dans le naïf comme d'autres font dans l'abstrait ; n'importe qui faisant n'importe quoi. Aussi, les faux naïfs et les faux abstraits sont légion. Serge ne s'offusquait pas de cette attribution dans la mesure où il voyait dans... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2014

L'arbre rouge.

    Nous sommes appelés à pleins poumons à faire neuf ce qui était vieux, à croire à la montée de la sève dans le vieux tronc de l’arbre de la vie. Christiane Singer * Comme on peut faire le portrait d'un être humain, il s'agit ici, à l'évidence, de l'imposant portrait en pied d'un arbre tutélaire au moyen duquel — l'étrange toile ! — l'artiste nous transporte d'emblée avec force — via la rude qualité de son manteau d'écorce et la forte densité de sa chevelure-feuillage  — jusque dans le... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mars 2014

La Fuite en Egypte

   Le dessin de cette Fuite en Egypte témoigne d'une grande assurance paisible dans le trait stylisé et l'application de proportions exactes. Choses qui comptent beaucoup toutes les deux dans l'expression de la pure simplicité et de la détermination d'un tel équipage. Il s'agit sans aucun doute — comme Serge en avait l'habitude — du dessin préparatoire d'une œuvre plus importante de format, réalisée à l'huile. Travail probablement entrepris tandis que les Fiorio habitent encore provisoirement, au pied du clocher, le... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mars 2014

Salon de Noël 1978 chez Grossi.

   Pour son Salon de Noël  1978, la galerie Pierre-Hélen Grossi d'Apt a choisi de présenter trois peintres, dont Serge. Les deux autres étant Hervé Dubreuil et Antoine Serra. Concernant Serge, le dépliant en tryptique servant de carton d'invitation reproduit un de ces Auvent comme il aimait les peindre, dans la plus pure façon et le plus pur esprit surtout de sa propre tradition : une belle récolte de fruits et de légumes disposés ou répandus en abondance au premier plan comme dans certains petits marchés de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mars 2014

Théâtre au village II

    Sur son dessin pour le programme de 1961 du Théâtre au village (en relation avec le billet du 3 mars 2014) Serge installe cette fois-ci sur une place une scène à ciel ouvert dont le décor de la pièce — si peu couleur locale —d'un autre temps et d'une autre région, d'un autre pays peut-être, tranche donc avec l'unité architecturale des toits et des façades hautes-provençales dessinés à l'arrière plan autour du sobre et familier clocher du village. Le dessin se prolonge encore jusqu'aux collines... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mars 2014

Vision d'un manège.

   Il faudrait ici un Gaston Bachelard ou un Christian Bobin pour arriver à traduire avec des mots l'ineffable de cette adorable peinture.   Le cheval blanc du manège y est doublé de son ombre, son frère, son pareil plus dense, le cheval noir ! Chez Serge, c'est vrai, l'esprit de la peinture se baigne volontiers — le plus souvent complètement à poil, sans complexe — dans les eaux-mères de l'inconscient collectif et, du coup, la prosaïque réalité y héritant comme par enchantement d'une nouvelle jeunesse, en sort à... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2014

Un pur morceau de grande musique.

   Voilà un petit Paysage d'altitude qui ne paye pas de mine, ascentionnel sous un ciel à la fois le plus profond et le plus horizontal qui soit. Le berger y largue à l'instant le blanc troupeau de ses rêves pour le mener paître en paix...quelque part contre le flanc d'une colline, au soleillant !  Oniriques aussi, les nuages bleus au-delà des neiges, autre troupeau ! La fumée sortant de la cheminée dit le bonheur domestique d'une population suggérée à la hauteur, bien en équilibre sur ses terres cultivées... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mars 2014

Le billet de François Mangin-Sintès.

   Bonsoir André,   Je ne peux pas te donner plus de précision concernant le tableau que j'ai évoqué précédemment, mon souvenir est diffus, ce qu'il m'en reste, c'est la toute première impression, une sorte de stupeur et de gène parce que je ne savais pas quoi dire, un rouge inhabituel embrasant toute la toile. L'œuvre est restée plus d'un mois dans l'atelier, d'abord exposée, ensuite (à ma visite suivante) dissimulée comme je l'ai signalé. Serge y tenait particulièrement, il me l'a représentée avec dévotion en... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]