22 avril 2018

Thyde Monnier. Une grande lettre du 5 octobre 1937.

   Thyde Monnier fait dans cette lettre assez vite état du récent envoi d'un de ses poèmes et surtout, en détail, de son travail d'écriture, alors en cours, d'une pièce en trois tableaux qu'elle a d'emblée intitulée du prénom inventé du personnage central : Joïa, tout simplement. Textes frères, ou cousins, par leur genèse commune étonnante il est vrai, qu'on en juge : inspirés qu'ils sont chacun, en effet, d'une œuvre magistrale de Serge elle-même inspirée d'une scène très courte mais très particulière d'un rude roman de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2018

Fabuleuse Lucienne !

    Notre ami Marc Donato s'apprêtant - dans le cadre de l'Art de mai - à donner une nouvelle de ses riches conférences comme il en a le secret, celle-ci concernant cette fois « des fables d'une brûlante actualité », il me paraît tout à fait opportun, fort justement à propos des fameuses fables et aussi d'une certaine « brûlante actualité », de faire savoir à la ronde qu'en effet, tout bientôt, à l'automne, paraîtront - demeurées jusque-là inédites, inconnues - une douzaine de fables de La Fontaine, réécrites bien à... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 avril 2018

Jules Mougin, Jeanne et Serge.

Ah, jamais je n’aurais pu imaginer trouver pareils trésors sur un tel tas de pierres ! Marie Mauron - dans une lettre à Serge, de retour de Montjustin. *    Trio de choix ! Jules Mougin, Jeanne et Serge, rassemblés sur cette photo Coen des années cinquante prise, comme on le voit, dans un Montjustin encore pas mal en ruine !Jules et Jeanne sont ce jour-là visiblement descendus de leur cher perchoir de Revest-des-Brousses pour rendre visite à leur ami peintre sur le sien. Au fait, comment se sont-ils... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 mai 2018

Du jardin de Lucienne.

Porter bonheur est si lourd à porter ! Lucienne Desnoues *    Ce muguet à six brins - bigre, un mélodrame ! -, je l'ai cueilli à la maraude dans le jardin des mots cher à la chère Lucienne grâce à l'aimable complicité de son ami Régis Dejasmin qui a mis tant de ses beaux poèmes en musique, chantés aujourd'hui par Aude Marchand. *   Quelques liens : Fabuleuse Lucienne ! Une épistole de Lucienne Desnoues aux Fiorio De Lucienne Desnoues à Colette (1)  De Lucienne Desnoues à Colette (2). De Lucienne... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 mai 2018

Luc Dietrich par Frédéric Richaud.

Luc Dietrich    L’ami de Serge occupe une place à part dans l’histoire de la littérature française. Comment cet écrivain et photographe encensé par ses pairs, proche de Jean Giono, de Jules Supervielle, de Paul Éluard, de René Barjavel ou de Max Jacob a-t-il pu tomber ainsi aux oubliettes de l’histoire et n’être plus l’objet d’admiration que de quelques initiés ? Sa vie courte (il est mort à 31 ans en 1944 sous les bombardements de la Libération) et son œuvre brève suffisent-elles à expliquer la relative indifférence... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 mai 2018

Impromptu 11.

    Tout ami lointain est pour nous comme un astre, là-bas, qui brûle et brille, qui est présence, qui nous fait signe : qui, de son feu et de sa flamme, contrebalance heureusement le poids du monde et de sa nuit.   Tout artiste que l'on admire, tout artiste vivant, est comme un astre qui rayonne - et l'on sait, et l'on se dit que, là-bas, une main attise fidèlement le fourneau, broie le pigment, ponctue le poème ou la page ; on est de cœur avec ce cœur contemporain, avec ce travail quotidien, là-bas, qui... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mai 2018

Une double carte postale.

Il me semble que je peux tout réussir, et j'ai hâte de commencer. Serge Fiorio *    C'est à peine démobilisé par le régime de Vichy que, tout feu tout flamme, Serge écrit tout de suite depuis St-Martin d'Ardèche à son ami Paul Geniet pour continuer à le tenir au courant de la poursuite de ses recherches d'une ferme où s'établir avec son frère et réaliser ainsi leur rêve commun d'être un jour paysans.Rêve puissant qui, ayant pris forme à cheval sur leur esprit d'entreprise et leur amour de la terre, à force, se réalisera... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 mai 2018

Le premier portrait de Giono. 1

...des essaims de guêpes aux vitres et pas de vitres. Jean Giono *    Ce sont des visiteurs du musée Henri Rousseau de Laval, en Mayenne, qui viennent, par l'intermédiaire d'une amie commune, de fort aimablement m'offrir cette photographie prise il y a peu en découvrant soudain dans la galerie des portraits où il trône - en compagnie de qui, au fait, qui le sait ? - celui de Jean Giono peint par Serge en 1934 à Manosque. Ce dont je les remercie de tout cœur car, de plus, il est assez rare de trouver une bonne... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 mai 2018

Le premier portrait de Giono. 2

   Dans Le premier portrait de Giono.1, j'annonçais en post-scriptum que je poursuivrai sur le sujet par la publication - en deux billets successifs - des belles premières pages de Rêver avec Serge Fiorio de Claude-Henri Rocquet et puis que je terminerai par ce que j'ai écrit moi-même - beaucoup plus court - sur cet immense portrait. Dont acte. * Le Portrait de Giono me fut un sésame pour l'œuvre de Serge Fiorio comme il semble qu'il le fut pour Fiorio lui-même. Claude-Henri Rocquet * Premier Portrait de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mai 2018

Le premier portrait de Giono.3

   Dans Le premier portrait de Giono.1, j'annonçais en post-scriptum que je poursuivrai sur le sujet par la publication - en deux billets successifs - des belles premières pages du Rêver avec Serge Fiorio de Claude-Henri Rocquet et puis que je terminerai par ce que j'ai écrit moi-même - beaucoup plus court - sur cet immense portrait. Dont acte. Voici ici la suite et la fin de ce que je voulais publier de C-H Rocquet, commencé dans Le premier portrait de Giono. 2 Pour clore sur une note personnelle, deux trois pages... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]