14 avril 2014

Sur le chemin de l'œuvre.

   On pourrait être tenté de faire coïncider les différents paliers d'évolution de l'œuvre avec — comme ce fut vraiment le cas pour Van Gogh — les différents déménagements du peintre, en dehors bien sûr de ceux qui, nombreux, eurent lieu au cours de son enfance. Mais la réalité me semble plus complexe. La différence de démarche entre les deux artistes étant que Serge ne changea jamais vraiment volontairement de lieu d'existence ; il ne le fit que poussé par une nécessité, obéissant aux obligations familiales, et... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 avril 2014

Le billet de René Duc.

   Août 1994, à Paris. Période propice pour se balader en ville du côté des Grands Boulevards. J'arpente ce qu'on appelle les passages, reliant les rues et les grands axes. Ces passages sont les premières galeries commerciales intérieures. Le Passage Verdeau est réputé pour ses boutiques : artisans, bouquinistes, antiquaires, galeries... Me promenant sans but précis en rêvassant, je passe devant une galerie (un peu brocanteur), et là je suis stoppé net ! LE TABLEAU en pleine vitrine me subjugue... Je connais ce... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 avril 2014

Paysage classique.

   Ici, c'est un événement quotidien que de larguer le troupeau ! Enfermé depuis des heures dans la nuit protectrice et reposante de la bergerie, c'est avec un bel appétit chaque jour entièrement renouvelé qu'il retrouve, en un concert de bêlements sensationnels, la lumière et toutes les autres qualités du jour. Si les agneaux sont nés, se sont alors, d'urgence, de vrais appels au secours car, dans la presse de la sortie, mères et enfants se perdent souvent de vue. Le berger, lui, se poste au bon endroit pour profiter... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 avril 2014

Portrait par Emile Blanchet.

  Excellent portrait de Serge, au crayon, par son ami le contadourien et montjustinien Emile Adrien Blanchet, dit Desclées, né à Lausanne en 1910, décédé et inhumé en 1983 à Montjustin. Nous reviendrons dans un autre billet sur cette personnalité proche du peintre. Milou, comme on l'appelait familièrement, était aussi écrivain, sculpteur et graveur sur pierre. Il a, par ailleurs, souvent amicalement contribué à la vente de la production Fiorio en Suisse.    Traduction del nostro amico Agostino Forte. Ritratto... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2014

Texte de Jean-Louis Depierris.

  Jean-Louis Depierris (1931-2001), né à Pau, pionnier du dialogue culturel entre la Croatie et la France, fut professeur de lettres à l’Université de Sibenik (Croatie). Il a publié une trentaine de livres dont treize recueils de poèmes et des traductions de poèmes croates. L’horizon, la mer, l’univers minéral le fascinent et l’inspirent. Dans un style elliptique et dense, par la contemplation et le vertige du vide, sa poésie interroge le monde. Jean-Louis Depierris est l’auteur d’une œuvre poétique que prolonge... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2014

Le parti pris des choses.

   Des pommes et des poires disposées sur un linge autour d'un bouquet de fleurs s'épanchant dans un vase d'eau fraîche, ce n'est pas là la tasse de thé de Serge peintre pour ce qui est des Natures mortes. Ce qui ne l'empêche bien sûr nullement d'en admirer et même de s'en délecter chez bien d'autres, Chardin et Seyssaud en particulier, les hollandais aussi, par exemple. C'est sans doute cette situation — au départ peut-être frustrante et inconfortable — qui l'a subitement (en 1960, il s'est passé, en... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2014

Du côté des contes populaires.

   La peinture est quête intérieure sur le chemin de laquelle le regard du peintre débouche ici en un paysage de conte, de légende, surgi en résurgence dans l'œuvre. Cette plaine immense, où croisent de grosses fermes,  se souvient sans aucun doute encore très bien d'avoir été — par-dessous la nappe blanche dont le peintre la recouvre aujourd'hui entièrement — le lieu de sanglants étripages dont le château en ruine est cependant encore, debout et silencieux, un dernier témoin. Le ciel, gris métallique,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 avril 2014

Aux Amis des Arts en 2011.

 C'est autour d'un grand portrait de l'artiste réalisé dans les années 80 par son ami le photographe Marcel Coen que quelques précieux documents furent rassemblés lors de la première exposition d'hommage posthume réalisée sous les auspices d'Henriette Lauga et des Amis des Arts de Reillanne. (Voir aussi le billet du 2 février 2014.) Une vingtaine de toiles étaient aussi, bien sûr, mises à l'honneur, la plupart d'entre elles étant encore inconnues du public. Serge était là chez lui, à deux pas de son atelier montjustinien, dans... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2014

Nature et temps de la peinture.

   Peintre figuratif, mais non pas — du tout ! — « réaliste» ; sa peinture se situe dans le sillage d'une réalité vue, vécue, éprouvée, que tout à coup — et même le plus souvent après coup — le pinceau devance et recrée, transforme, métamorphose, fantasme et pour finir éternise !  Le temps de la peinture —celui de l'acte même de peindre aussi — est un temps hors du temps, pareil à celui du rêve, ou de la transe. Dans ses conditions, pourquoi dater les œuvres à côté de la signature ? Serge ne le fera... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 avril 2014

Histoire d'une restauration.

       La salle des ventes communique via internet la photo du tableau. Ma première impression est de penser qu'il s'agit d'une œuvre importante, située dans ce que tu appelles avec perspicacité, période de haute époque. Le personnage féminin vu de dos drapé de ce bleu éclatant et irréel me renvoie aux souvenirs de jeunesse de Magnan, tu connais la suite, c'est toi qui en restitues la chronologie. A ce moment, je ne comprends rien à ce tableau, l'ensemble me paraît sombre, je ne distingue aucun personnage... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]