12 octobre 2017

Deux Fiorio.

  Quand un discours naturel peint une passion, ou un effet, on trouve dans soi-même la vérité de ce qu'on entend, laquelle on ne savait pas qu'elle y fût, en sorte qu'on est porté à aimer celui qui nous le fait sentir : car il ne nous fait pas montre de son bien, mais du nôtre ; et ainsi ce bienfait nous le rend aimable : outre que cette communauté d'intelligence que nous avons avec lui incline nécessairement le cœur à aimer. PASCAL (Pensées, IX, 27)      Ces deux photographies de tableaux m'étant passées l'une... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 octobre 2017

Sur Fréquence mistral. Annonce de la conférence de demain samedi 14 octobre à 16 h à Céreste, salle du cinéma.

Pour écouter l'annonce cliquez sur le lien ci-dessous puis ensuite encore sur le bouton carré à droite pour éteindre le direct. Fiorio, Desnoues et Jacques : Trois de Montjustin   
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 octobre 2017

"Conférence" de Céreste.

   Il y a eu de nouveau belle affluence avant-hier soir à la salle - quasi pleine - du cinéma de Céreste pour le second volet de Trois de Montjustin que constituait la "conférence" (les guillemets étant de rigueur, on va le voir !) concernant Serge, Lucienne Desnoues et Lucien Jacques. Photographie Vincent Girard et neuf autres de Liliane Périchaud sur ce lien : https://www.dropbox.com/sh/lv6zggpn9esb6ge/AADKcSAzw2dSbybqr8qOBCAWa?dl=0 J'ai fait là l'expérience édifiante que donner une conférence en binôme ne s'improvise... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
18 octobre 2017

Je ne sais pas ce que tout cela va...

   Évoquant un jour ensemble à l'atelier son œuvre de peintre - atelier où, je m'en souviens très bien, la pendule s'était, il y avait peu encore, arrêtée de battre, à deux jours près, en avance, de celui où, lui aussi à jamais, il s'arrêta de peindre - Serge m'avait tout à trac finalement déclaré, soulevant d'un coup une énorme question suggestive ; brûlant peut-être bien à ce moment-là d'entrevoir, je ne sais, quelque chose de l'avenir en s'imaginant peut-être pouvoir, plus facilement à deux, en lever un pan du voile : «... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 octobre 2017

Serge Fiorio, magicien des couleurs, par Louis Boullé.

Serge Fiorio, magicien des couleurs.    Dans les années quatre-vingt, en tant d'adaptateur de livres pour le théâtre, j'ai travaillé sur les ouvrages de Charles Tillon qui, dans les années soixante, s'était réfugié à Montjustin en quittant le Parti Communiste Français. Quelle ne fut pas ma surprise, en lisant On chantait rouge, de découvrir que Lucien Jacques - dont je connaissais par cœur son Credo que je disais, chaque semaine, dans un récital poétique qui tournait en Bretagne - avait rencontré et bien connu Raymonde et... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 octobre 2017

Sur le marché par François Mangin-Sintès.

   La boutique de vêtements pour femme, Chez Mariette Nouveautés Paris, n'a pas l'air de faire fortune ce matin. La vendeuse, les mains en prière à l'entrée du magasin, regarde impassible la scène qui se déroule devant elle sur la place du village. C'est jour de marché. Les passants, nombreux, serrés les uns contre les autres, en longues files, descendent lentement la rue principale du village et se dirigent vers la place. Un stand de vente de tissu au mètre occupe le premier plan du tableau.Son installation est d'une... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 octobre 2017

Le marchand drapier.

   Aujourd'hui, c'est demain et hier qui s'épousent. Demain, c'est hier jeune et hier vieux. Implacable travail des trois Parques, jalouses d'un secret emmêlant les dates et les lieux. Leur tâche à notre sort les laisse indifférentes car on n'en peut rien voir sur l'envers du tissu. Elles travaillent vite et nous paraissent lentes. Et ce que nous cachons s'y brode à notre insu. Jean Cocteau.      Pour sûr avancé(e) en âge, le ou la propriétaire de ce tableau - sans doute directement acheté, « de la main à... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [6] - Permalien [#]
31 octobre 2017

Dans Pour saluer Fiorio (en introduction à l'article de demain, sur l'inspiration).

  *  
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2017

L'inspiration.

« Pour une fois, vous allez entendre un rêve, un rêve que j'ai mis en musique... J'ai rêvé tout cela. Jamais ma pauvre tête n'aurait pu inventer une telle chose délibérément. » Richard Wagner (1813-1883), parlant de son opéra Tristan et Yseult.        Apport du monde spirituel - Annick de Souzenelle n'hésiterait pas, elle, sans doute, à évoquer plus précisément à ce sujet une certaine catégorie des divers mondes angéliques - auquel tout un chacun est par essence plus ou moins fortement relié, ne posant pas de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 novembre 2017

La tombe de Serge.

Vous hiboux, ténébreux hiboux, ne voyez pas,Bien que fils des forêts, que les forêts sont vertes.Comptez-vous comme nous sur l'éclair du trépasPour faire du réel l'entière découverte ? Lucienne Desnoues.   « La tombe de Serge ». Quelle incongruité !Jamais jusque-là - tant Serge, pour moi, n'est pas mort, simplement décédé - je n'ai pensé à en dire un mot dans ce blog et je dois reconnaître que je ne m'y rends vraiment pas souvent. Quand c'est le cas, ce n'est hélas qu'à l'occasion d'un nouvel enterrement, pas plus. Je n'y... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]