01 mars 2014

Note sur les apprentissages.

   Serge n'a jamais pensé, pendant longtemps, qu'il pourrait un jour vivre de sa peinture. D'autant qu'au départ — comme c'est couramment le cas, pour pas mal d'artistes — la qualité de ses premiers dessins et coloriages tout juste adolescents n'avait rien de vraiment exceptionnel. Par contre, son enthousiasme et sa ferveur à vouloir concevoir dépassaient, à cet âge, très largement les bornes qui, la plupart du temps, limitent les possibilités du commun des mortels. Habité par la flamme de sa passion, il traçait simplement... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mars 2014

Soit dit en passant.

   N'étant pas, par son contenu — ni dans ses formes — une peinture actuelle, encore moins contemporaine, au sens actuel du terme, on peut penser que l'originalité de l'œuvre grandira encore, étant faite de neuf dans le siècle et d'intemporel. Cette peinture est pourtant aussi, en partie, le fruit d'une époque de rappel, qui s'interroge sur ses fondements, ses valeurs, tout autant que sur ses possibilités, donc sur son devenir. Aussi, loin d'en être étrangers, les problèmes d'écologie et d'art de vivre s'y trouvent mis... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2014

Théâtre au village.

   Il y a maintenant quelques décennies — au siècle dernier ! — Caseneuve, au-dessus d'Apt, accueillait chaque année Le Théâtre au village. Il s'agissait pour Faustin Ripert, l'animateur-président, et pour Henri Saigre, le directeur de la troupe, de décentraliser le théâtre dans trente villages du Vaucluse, des Basses-Alpes, des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône et de la Drôme. Vaste et audacieux programme ! dont, entre autres, Molière, Marivaux, Tchékov et même Shakespeare furent les vedettes.   Pour son... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mars 2014

Le billet de François Mangin-Sintès.

   Je suis vraiment étonné que tant d'italiens visitent le blog. Dommage qu'ils soient si peu loquaces ! A quand la surprise de découvrir un tableau domicilié là-bas ? Il s'est vendu en 2008, en Allemagne, un grand tableau, 30F, représentant un genévrier dans sa nudité hivernale sur fond de paysage de neige, à l'identique de celui que tu présentes dans ton commentaire sur la peinture naïve. J'en ai une très mauvaise copie et je peux comparer les 2 tableaux. Il fallait oser ce premier plan, et le résultat est remarquable. ... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mars 2014

Les Quatre Âges de la vie en action.

   Avec ces deux toiles nous avons sous les yeux comme l'avers et le revers d'une même carte détenue et jouée à ses débuts par Serge dans le jeu de sa peinture : la carte des Quatre Âges de la vie !   L'avers en étant cette scène de travail en équipe sur fond de paysage qui, dès l'abord, fait très fortement penser à une planche explicative, ou plutôt démonstrative, du métier de carrier : l'attitude de chaque ouvrier en action y est totalement différente de celle de son voisin et collègue de travail ; jusqu'à celle de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mars 2014

Ouvriers, suite.

   Voici encore une planche, celle-là en forme de bande dessinée, des façons de faire professionnelles qu'ont les ouvriers de l'entreprise Fiorio pour travailler la pierre à la carrière de Taninges. Je l'ai déjà publiée en tête des reproductions hors-texte de Pour saluer Fiorio, en 2011. Ces attitudes et ces gestes très particuliers parlent au jeune ouvrier-dessinateur au point qu'il semble en vouloir dresser le catalogue précis. On peut penser que son intention est aussi d'en sauvegarder ainsi, du crayon, tout le... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mars 2014

La chambre des ouvriers.

   Dans La chambre des ouvriers, ces derniers ne sont plus disposés en cercle comme sur la toile qui les représente au travail au pied du rocher de la carrière (billet du 5). Ils le sont cette fois en pyramide, ce qui permet au peintre de donner quelque profondeur de perspective à cette scène d'intérieur située dans un espace très réduit, de plus peint en largeur. Après les lits rudimentaires du tout premier plan qui servent de préambule à la toile, se situent face à face deux ouvriers qu'on prendrait volontiers pour des... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mars 2014

Adieu pays !

Adieu pays ! de Claude Martel La langue régionale d’un écrivain de Haute Provence : Pierre Magnan. Du sel des mots à la saveur des expressions. Provençalismes et régionalismes dans l’œuvre de Pierre Magnan.    Pierre Magnan est un écrivain haut provençal que l’on ne présente plus. Voilà bientôt 40 ans qu’il a acquis une notoriété nationale et internationale dans la sphère du roman policier, puis dans celle de la littérature, du cinéma et de la télévision. Les ouvrages sur les régionalismes d’auteurs (ceux de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mars 2014

Premier Paysage ?

   Comme on peut de visu le deviner, il s'agit ici de l'une des toutes premières tentatives de Paysage peint à l'huile et sur toile. Aucune date, aucune signature. Le peintre abandonnant ici — mais momentanément seulement — ses représentations d'ouvriers de la carrière ouvre une brèche dans son œuvre naissante et se lance, courageusement, avec les moyens du bord, dans cet exercice des plus périlleux pour le novice. La toile porte simplement au dos l'inscription à l'encre de Chine : Serge Fiorio. Taninges. Il doit donc... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:11 - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 mars 2014

Le billet de François Mangin-Sintès.

   Bonsoir André,Je me rappelle très bien le tableau que tu décris ce matin dans le blog — 27 février — avec une palette infinie de sentiments profonds.Je me rappelle aussi un autre tableau, l'un des tout derniers que Serge dissimulait dans le placard de l'atelier pour, à mon avis, ne le montrer qu'à ceux qu'il considérait dignes de le recevoir. Un sentiment affectif mesuré semblait l'animer quand il déposait ce tableau sur la chaise comme à son habitude pour mieux l'apprécier avec le recul nécessaire. Il m'avait dit :... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]