21 mars 2017

Autoportrait.

   À quoi pense donc Serge tout en s'introspectant ainsi de trois quarts, quasi de face, dans le miroir intime de son art ? Fidèle à deux niveaux, pour une fois : cela va de soi, fidèle à lui-même mais fidèle aussi au réel, ce qui est plus rare de sa part. Cherche-t-il alors la solution à une énigme de l'être, comme tout portraitiste qui se respecte et respecte aussi son modèle, s'y reflète corps et âme, toujours à la lumière de son propre travail ? Besoin, sans doute, de faire le point comme un navigateur, rappel à... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mars 2017

Une épistole de Lucienne Desnoues aux Fiorio

Quelques liens utiles :    Lucienne Desnoues, Lucien Jacques et Pégase, entre autres.   Le livret Trois de Montjustin.   Lucienne Desnoues.Trois vers orphelins ? Lucienne Desnoues : une lettre à Jean Giono.1954.   Une simple citation de Lucienne Desnoues. Une épistole de Lucienne Desnoues aux Fiorio Travail et mobiles poétiques par Lucienne Desnoues. Marcel Thiry et le tournoi...par Lucienne Desnoues. De Villon ... à Desnoues par Ismaël. Lucienne Desnoues ou la poésie de la terre. ... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 mars 2017

L'accouchement de Clara, l'aveugle du Chant du monde.

   Dans le sillage de ce qu'en écrit d'enthousiasme Gérard Allibert dans L'Âne et le Bœuf; le Cerf et la Colombe ! ou Attention chef-d'œuvre !, voici qu'il me plaît d'alimenter à mon tour la flamme autour d'un Fiorio des plus mystérieux et des plus mémorables qui est bel et bien une Nativité, mais profane : toute naissance d'un enfant étant en elle-même sacrée, n'est-ce pas ? Et puis n'est-il pas, plus généralement, qu'entre le sacré et le profane la cloison n'est pas bien des plus étanches, l'un dominant généralement... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 mars 2017

Une autre lettre d'Adrienne Cazeilles, de 2008. Serge a alors 97 ans.

Quelques liens : Une lettre d'Adrienne Cazeilles de septembre 1992. Adrienne Cazeilles. Un dimanche dans les Aspres dans Tribune libre sur la crémation. Adrienne CAZEILLES - Audio Ina.fr  Adrienne Cazeilles - Viquipèdia, l'enciclopèdia lliure Et trois livres d'elle : Quand nous avions tant de racines, éditions du Chiendent. Alors, la Paix viendra, éditions du Chiendent. Voyage autour de mon jardin, éditions Trabucaïre.  
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mars 2017

Un dessin de 1935.

    Qui est-il cet homme portraituré en pied ? Le père Béninca ? Mario Bonfanti ? Terzo Patritti ? Secondo ? Scarpa ? Giovanni Storti ? Peut-être encore le fameux Ratata-fleur-d'amour, qui sait ? Il s'agit sans doute, en effet, de l'un d'entre la douzaine d'ouvriers qui forment l'équipe de la carrière à ciel ouvert de Taninges où le jeune Serge travaille de bon cœur de 1924 à 1936. La plupart sont italiens - piémontais, mais pas que - et leur famille, quand il en ont une, est restée là-bas, al paese. Analphabètes,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2017

Serge entrepreneur, par Jacques Ibanès.

   En juillet 1945, quand Aldo se blessa au talon et retourna à Taninges, son frère Serge fut quelque peu désemparé de se retrouver seul dans Le Vallon, cette « planque et cantine clandestine » située dans le Tarn-et Garonne où les Fiorio avaient vécu en paysans-résistants durant la guerre (Le pacifisme des Fiorio). Est-ce la solitude ou le désir de changement ? En digne descendant d’une lignée de bâtisseurs, Serge, de passage à Limoux dans l’Aude, s’attarda chez Henri Bonnafous, un vieux copain maçon qu’il... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 avril 2017

Où l'inspiration va-t-elle donc se nicher ? par Gérard Dressay.

Cher André, Dans ton texte intitulé Un peintre religieux, ou pas ?,  en date du 19 février 2014, tu écris de Serge Fiorio : « “Dieu, je sais pas !” aimait-il à dire ; encore moins "adhésif" à une religion toute faite. Mais, on le sait depuis belle lurette, c'est bien connu, les artistes véritables sont plus qu'eux-mêmes ! » Je m'interroge sur cette formule, « Les artistes sont plus qu'eux-mêmes »... Comment un être circonscrit dans son humanité psycho-physiologique peut-il être plus que lui-même ? ... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
06 avril 2017

Exposition Magnan - et les autres - de la Médiathèque départementale du 04.

   Outre un choix important d'expositions jeunesse et adulte sur différents thèmes proposés aux médiathèques, bibliothèques ou associations, la Médiathèque départementale du 04 propose une riche collection d'expositions sur kakémonos axée sur le patrimoine littéraire départemental. Voici ci-desssous tous les éléments de la magnifique exposition Magnan. Magnifique en effet, car ce n'est pas là à de froids "spécialistes" mais à de véritables et profonds amoureux de l'œuvre - au regard, de surcroît,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 avril 2017

Qu'est-ce-qu'il ne faut pas faire pour être un artiste aujourd'hui !

   Chômeurs, devenez artistes contemporains ! Ben.   Après la demoiselle (ou la dame) qui, il y a peu, exhibait son sexe au musée devant les visiteurs venus voir L'Origine du monde, voici qu'un homme couve des œufs ! Je m'interroge. « Mais-non-bien-sûr, me dit-on d'un air pressurisé, ce sont des artistes ! » L'un chasse l'autre, certains s'incrustent. En tout cas, il est vrai qu'ils rivalisent d'ingénieuse imbécilité (comment dire ça ?) et de prétention pour tenter désespérément de se faire - petite ou grande... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2017

Autour et à propos de Lettres de Sicile d'Alice Verlaine-Corbion.

Autour et à propos de Lettres de Sicile d’Alice Verlaine-Corbion.   Les nuages nagent comme des enveloppes géantes, comme des lettres, que s'enverraient les saisons. Ismaël Kadaré.    Tout au long de sa vie, Serge Fiorio a beaucoup écrit aux uns et aux autres pour diverses raisons. À ses très proches amis Paul et Yvonne Geniet surtout, pendant une bonne dizaine d’années, pour leur faire plus particulièrement partager ainsi par courrier ses projets, ses peines et ses enthousiasmes ; leur raconter, souvent par le... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]