20 septembre 2016

Constant Rey-Millet 4

Constant Rey-Millet Portrait de Serge au crayon  par  Constant Rey-Millet, sans date. Années 30. * Un lien vers le blog de notre ami Stéphane Rochette, spécialiste éclairé de l'œuvre de Rey-Millet-Rey-Millet.  ►  2012 Galerie SR Paris. Sur le même sujet : Constant Rey-Millet. 1Constant Rey-Millet 2Constant Rey-Millet 3 Constant Rey-Millet 4  
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2016

Pour faire le portrait d'un agneau : scène de la vie à Montjustin, fin des des années 50.

   On se croirait devant une capture d'écran tirée d'un film de la vie de Serge alors qu'il s'agit, en partie, bel et bien de théâtre ! En effet, trois générations de Fiorio (Émile le père, Serge et son jeune neveu Daniel, le fils d'Aldo) se prêtent à la mise en scène, éclairage compris, qu'a concocté et leur a ensuite proposé Robert Doisneau pour faire sa photo ! Chacun y interprête très naturellement son propre rôle cependant que, contre toute attente, la scène n'est pas jouée dans l'atelier proprement dit, mais dans la... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2016

Monsieur Fiorio...

Serge en train de traire.Photo Robert Doisneau, fin des années cinquante-début soixante. RICHES HEURES de Lucien Jacques interprétées par Jacques Ibanès et illustrées par Serge Fiorio.
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2016

Que du bleu !

   Le bleu ne fait pas de bruit. C'est une couleur timide, sans arrière-pensée, présage, ni projet, qui ne se jette pas brusquement sur le regard comme le jaune ou le rouge, mais qui l'attire à soi, l'apprivoise peu à peu, le laisse venir sans le presser, de sorte qu'en elle il s'enfonce et se noie sans se rendre compte de rien. Le bleu est une couleur propice à la disparition. Une couleur où mourir, une couleur qui délivre, la couleur même de l'âme après qu'elle s'est déshabillée du corps, après qu'a giclé tout... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 septembre 2016

Le goût d'écrire des lettres.

   Parce qu'issu d'une génération où l'on écrivait bien plus longuement, bien mieux en général, en tout cas bien plus souvent qu'aujourd'hui - pas besoin alors, pour s'y mettre et se trouver inspiré, d'avoir à s'installer dans d'extravagantes chambres d'écriture à la mode spectaculaire de celles des Correspondances de Manosque ! - écrire a toujours été pour Serge, non une occupation ou un loisir,  mais une activité familière, j'allais même employer le mot domestique, afin de maintenir le contact avec ses amis et, dans... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 septembre 2016

Extrait de Rêver avec Serge Fiorio par Claude-Henri Rocquet.

Claude-Henri Rocquet offrant une lecture d'extraits de son texte au cours de la première exposition Fiorio posthume. Juillet 2011. Photo Henriette Lauga.       Quelques liens : Claude-Henri Rocquet. Claude-Henri Rocquet. In memoriam. Rencontre et article de Claude-Henri Rocquet Une citation de Claude-Henri Rocquet. Prix des lecteurs. Petite pierre blanche. Amis de Lanza del Vasto et blog Serge Fiorio.
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 octobre 2016

Un peintre du sud de la France par Hubert Fichte, traduit de l'allemand par Pierre Schwob.

Un peintre du sud de la France Monjustin et Serge Fiorio par Hubert Fichte Traduit de l'allemand par Pierre Schwob    Serge Fiorio est influencé (comme peu d'artistes peintres de notre époque) par les paysages qui l'entourent. En l'espace de douze ans, il ne les aura quittés que pour quelques jours. Afin de comprendre Serge Fiorio et son œuvre, il est nécessaire de connaître le lieu où il travaille : Montjustin se trouve entre Aix et Manosque – entre Jean Giono et Paul Cézanne. Comme la mer a formé les collines et les... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 octobre 2016

Des commandes.

   Artiste consciencieux, il faut être assez sûr de soi et de son métier pour pouvoir accepter des commandes. Rien qui ne stimule plus Serge que de confronter son art et d'accommoder son quotidien plaisir de peindre à certaines demandes quand celles-ci, restant sur son chemin, s'accordent à son monde ; le désir d'un tiers devenant point de départ : un tableau de telles ou telles dimensions, avec de grands beaux arbres en nombre au second plan, une petite moisson sous un vaste ciel d'orage; ou tout autre paysage plus précis,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 octobre 2016

Genèse de La Grande souche par le peintre lui-même.

La Grande souche 1960 - 89x116 cm. « Rentré chez moi...je l'ai peinte de mémoire, en la réinventant » Voir aussi au 13 mai 2014 pour d'autres renseignements concernant ce qui est arrivé à cette belle bête : La Grande Souche.
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 octobre 2016

Trois anecdotes.

   Deux m'ont été rapportées par Serge lui-même, la dernière j'y ai assisté. La première se situe un dimanche sur la place de Taninges (?) où il croise un inconnu qui l'interpelle ainsi : - Bonjour monsieur, je cherche l'idiot du village... C'est moi ! lui répond-t-il. Oh pardon !  fait l'autre qui alors s'enfuit aussitôt. * La seconde eut lieu à Montjustin. C'est la maman Fiorio, déjà âgée, qui ouvre la porte à quelqu'un s'étant annoncé par téléphone pour une visite de l'atelier : - Entrez, entrez ! Bonjour... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]