19 février 2016

A propos de critique.

   Il est extrêmement rare qu'un critique d'art réussisse à saisir à ce point, avec un tel degré d'acuité intuitive, les particularités essentielles d'un peintre et partant, à situer avec assurance la famille d'esprit de sa peinture. Cela exprimé, de plus, de façon si simple et si concise, en si peu de mots puisque quatre lignes à peine lui suffisent ! Dans le cas présent, il faut savoir que le tour de force est encore doublé du fait que Waldemar-George n'avait eu le loisir d'observer que deux ou trois Fiorio... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2016

Article de Camille Olivier.1967.

  Cet article de 1967 - comme le signale sur le papier journal une note inscrite en haut à droite au crayon gris - est sans doute paru lui aussi dans Le Midi-Libre, tout comme ce fut le cas pour un autre article, plus récent, de la même plume, reproduit ici même dans le blog à la date du 9 janvier 2015, mais étant, lui, d'avril 1976. Ce dernier pour saluer une exposition parisienne à la Galerie Antoinette, et non pas chez Régis Langloys comme le fait celui reproduit aujourd'hui ici-dessous. Maintenant, si vous êtes parvenus à... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 février 2016

La ferme du Vallon.

   La voilà, ici peinte par Serge, et visiblement rendue avec beaucoup de soin, la fameuse ferme au toit à quatre pans du Vallon ! Par sa mise en page parfaite dans ses atours de couleurs qui, hélas, ici n'apparaissent point, gageons que ce Fiorio-là ferait une illustration ad hoc pour inviter à entrer dans un conte - rien de moins. C'est pourtant là qu'uniquement armés d'autant courage que de générosité les Fiorio traversèrent la guerre, tout en y devenant tout naturellement, au fil du temps et en regard de la gravité... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 février 2016

Labours.

   Daté Taninges, 28. 1. 41, ce Labour (huile sur bois ?) se situe donc à l'interface de la vie de carrier puis de photographe exercée jusque-là par Serge à Taninges et de la proche réalisation de son rêve de devenir un jour paysan. Rêve qui l'oriente en direction de la ferme du Vallon achetée par ses amis Lief à Campsas, dans le Tarn-et-Garonne où, très enthousiaste, il se rend en mars de la même année. D'ailleurs - anima du peintre ? - le personnage féminin adossé au tronc de l'arbre en pilier n'est-il pas justement... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 février 2016

Bleus.

Bleu profond engourdi par le froid un dieu part en voyage Fuyuno Niji     Profond plus profond encore dans les montagnes bleues Santôka     Pour faire bonne mesure, notre ami Satoru Yamamoto fait parvenir une belle photo prise lors de sa promenade quotidienne dans la campagne japonaise.                
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 février 2016

Vies silencieuses.

   Il est dans l'œuvre de Serge un thème en recoupant de nombreux autres et dont les sujets varient donc beaucoup de toile en toile. Il est le parent proche de celui que l'on désigne traditionnellement par Nature morte et cependant, chez lui, à proprement parler n'en est pas. Il vaut mieux, dans le cas, semble-t-il, adopter le subtil et, pour cela, bien plus heureux vocable - cher aux allemands qui l'ont inventé - de Vie silencieuse pour désigner ce genre de Fiorio - cela paraît plus juste et particulièrement mieux adapté. ... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 février 2016

Une lettre du 28 avril 1941..

   Dans cette lettre à un ami connu sous les drapeaux lors de la mobilisation de 1939 et expressément écrite depuis la Ferme du Vallon 28 avril 1941, Serge fait, à chaud, un court récit de ses rudes mais exaltants débuts de paysan dans le Tarn-et-Garonne. En effet, il n'y a qu'un mois à peine qu'il y est arrivé et, même si le travail déborde de partout, ce sont là pour lui, comme on va le lire, de bien riches heures que, par la suite, il gardera toujours présentes à l'esprit, et surtout bien au chaud tout au fond de son... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 février 2016

Provence par Thyde Monnier.

Et une pyramide de liens pour les plus curieux : Thyde Monnier 1 Le billet de...Thyde Monnier. Provence par Thyde Monnier. Deux messages de Thyde Monnier.1887-1967. Une carte de Thyde Monnier 1942. Je viens de voir hier des peintures à s'évanouir de joie ! par Gérard Allibert. Thyde Monnier et le beau terrassier italien. L'Âne et le Bœuf; le Cerf et la Colombe ! ou Attention chef-d'œuvre ! par Gérard Allibert. L'accouchement de Clara, l'aveugle du Chant du monde.  Dans le journal de Thyde Monnier.   * Traduzione a... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 février 2016

Refaurme deux lortografeu.

   Étant à leur façon des organismes vivants, les langues n'en sont pas moins, parce qu'à notre image, des êtres d'esprit. Certes, chacune en plus ou moins bonne santé, mais en perpétuelle évolution et réadaptation interne elles aussi. Qu'elles évoluent - donc changent - pour se perpétuer va dans le sens de la vie et du développement. Mais qu'on y touche de l'extérieur, qu'on décide délibérément pour elles depuis un bureau de ministre ou un fauteuil d'académicien !...Bonjour ! (les italiens, eux, préfèrent dirent Buona... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [7] - Permalien [#]
05 février 2016

Paul Geniet.

    Paul Geniet est un arlésien - pionnier du Mouvement de la Paix puis cofondateur des fameuses Rencontres photographiques - qui fit la connaissance de Serge sous les drapeaux, à Bourgoin, dans l'Isère, lors de la mobilisation générale de 1939. Et, ce qui les faisait encore et toujours beaucoup rire tous les deux : « Dans le Génie, voyons ! Où voulais-tu qu'ils nous mettent ! » Paul voulut connaître Serge car il était, disait-il, le seul et unique soldat du casernement à lire des livres et il l'entendait... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]