15 septembre 2015

Une carte.

   L'exposition Fiorio 2015 a fermé à Gréoux, laissant la place à celle maintenant consacrée à un autre artiste d'envergure : le poète Max-Philippe Delavouët (bientôt seront ici même publiés tous les détails, les dates et les horaires d'ouverture). La fréquentation a été très bonne et ce jusqu'au dernier jour ouvrable. Le décrochage, c'était ce matin (hier donc) et, de retour à la maison, j'ai trouvé cette carte discrète, ornée du beau et, entre tous, puissant symbole de l'arbre - ici pied de vigne géant, chargé... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 septembre 2015

Autour d'une photo de Robert Doisneau.

   Ici une (mise en*) scène d'intérieur bien pacifique photographiée à La Pégasière de Lucienne Desnoues et Jean Mogin. Émile Fiorio, le pépé à grande barbe blanche de patriarche - qu'il était - joue là, comme au théâtre, avec son petit-fils Daniel, le fils d'Aldo et Jeanine, au berger qui raconte, captivant toute l'attention de l'enfant. L'agneau, l'innocence même - supérieure ! - semblant bien s'abreuver lui aussi à la même source. * Tout comme celle-ci, maintes photos de Robert Doisneau sont de pures... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 septembre 2015

Sur une photo ratée.

   Ratée, il va sans dire, cette photographie de tableau reste toutefois très intéressante en tant que témoignage parlant involontaire : constituée non seulement de la superposition de deux images, mais de leur fusion - ou leur fonte - par endroits, l'une dans l'autre; elle dit beaucoup, démontrant de visu combien parfois deux toiles sont de même veine, bâties selon les mêmes lois et dans l'expression d'un même esprit dont le peintre est - autant par la sûreté de métier que par ses hautes capacités de médium... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 septembre 2015

Sur le dessin d'un épouvantail, par François Mangin-Sintès.

Reproduction aimablement fournie par notre ami le poète Jacques Ibanès et commentée par un autre ami, François Mangin-Sintès. Jacques précise avoir déniché ce dessin dans le n°44, deuxième trismestre 1983, du bulletin de l'association (toujours très active) Les Amis des Arts de Reillanne. Allez-y voir : http://lesamisdesarts.reillanne.net/  Pendant près de vingt ans j'en ai vu des tableaux !, mais c'est maintenant que je découvre vraiment, de jour en jour, l'extraordinaire diversité et la richesse de cette oeuvre.... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2015

Sur une photo de Joseph Marando.

   C'est comme le photographiant à travers le trou de la serrure ou par la porte entrebâillée de son atelier que notre ami Joseph Marando immortalise là un Serge alors tout entier occupé - selon ses propres mots - à sa « petite cuisine », au milieu de ses produits, de ses instruments, ustensiles, et divers outils familiers. En alchimiste (qu'il était) au travail, ou plutôt - on ne peut pas, je crois, ici dire mieux - à l'œuvre, solitaire en son athanor ! Photo Joseph Marando. Année 2007. « Petite cuisine » :... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 septembre 2015

Hier, sur le blog Emmila Gitana.

   Merveilleux blog que celui-là ! Réellement riche de mille et une choses précieuses comme en recelait, elle en conte, la caverne d'Ali-Baba ! Le poème du poète argentin Roberto Juarroz judicieusement choisi pour accompagner les deux toiles de Serge semble, en effet, avoir été écrit pour lui. Il arrive souvent que des artistes, de quel genre auquel ils appartiennent ou dont ils se réclament, se trouvent en phase; sans doute parce que puisant chacun, dans le cas, à la même source, à la fois intemporelle, immémoriale et... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 septembre 2015

Re blog Emmila Gitana, le 23 septembre.

   Deux nouvelles belles surprises (entre autres !) dans le blog EMMILA GITANA en découvrant encore une fois et coup sur coup (lire le tout récent billet : Hier, sur le blog Emmila Gitana.) Serge accompagnant - ou accompagné, c'est comme on voudra - de grands poètes : après l'argentin Roberto Juarroz, maintenant Gaston Miron le québécois et Jean Giono le provençal. Bien plus qu'un simple rapprochement, c'est là une forme de création que cette soudure exacte opérée ici en... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 septembre 2015

Village perché des Amis de Giono.

   Bonne et même excellente nouvelle : Les Amis de Jean Giono viennent d'acquérir un Fiorio aux enchères du 12 juin dernier à Manosque ! Il est visiblement de toute belle tenue et, de toute évidence aussi, bien situé par ici, empreint de haute-Provence. Il sera donc bien chez lui chez l'écrivain de Manosque dont il ferait - par ailleurs idéale - la poétique illustration de couverture de l'un de ses nombreux ouvrages. Messieurs les éditeurs, si le cœur vous en ...disait !...en lieu et place de couvertures trop souvent... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 septembre 2015

Un été à l'Iris de Suse.

   Si L'Iris de Suse est devenu ici le nom d'une maison, d'un hâvre de paix où se retrouver - au sens propre comme au figuré - le journal demeure l'une des formes, parmi les plus spécifiques et les plus efficaces, de l'autoportrait. Celui-ci est tout en facettes saisies à travers le miroir du déroulement des jours en une seule saison et sur une aire géographique limitée, mais profondément sensible au reste du monde et fidèle à la présence des autres, à celle de l'être aimé, cet alter ego par excellence, aux richesses de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 septembre 2015

De nouveau dans le blog Emmila Gitana.

   Considéré comme l'un des plus grands poètes de Suisse romande, Gustave Roud, tente par sa poésie consacrée à un sujet extérieur, les paysages du Haut-Jorat, d'accéder à la perception d'un ailleurs, d'un paradis perdu. "Méditations lentes, patientes, soutenues par le rythme de la marche ou suggérées par un paysage, les proses roudiennes décrivent les conditions d'apparitions des signes du paradis, des messages venus d'ailleurs." Roger Francillon.   Voilà ce qu'en dit, entre autres, sa... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]