19 juillet 2016

Raymonde Tillon.

   C'est par l'article paru dans L'Écholatain - blog de mon ami le savoyard Edmond Burnet-Fauchez - que je viens d'apprendre le décès de la-resistante-communiste-raymonde-tillon-nedelec NB : à ne pas confondre avec l'autre résistante célèbre, Germaine Tillion et non Tillon. Elle était la seconde épouse de Charles Tillon avec qui elle vécut onze années à Montjustin quand celui-ci - accusé, en 1952, de déviationnisme par Jacques Duclos en personne - quitta ses hautes fonctions au sein du comité central du parti... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juillet 2016

Comptine des douze mois.

  Le beau est ce qui donne à vivre l'innocence du monde.  Eugène Guillevic Remontée des profondeurs de la mémoire, j'ai trouvé que cette Comptine des douze mois qui a bercé et enchanté bien des gamins et gamines d'autrefois pouvait fort bien aller ici, bras-dessus, bras dessous, avec la peinture de Serge. Laquelle, avec le monde de l'enfance et celui des saisons a toujours été de plain-pied. (Mais la mémoire ayant ses bons et ses mauvais côtés, j'espère seulement ne pas l'avoir déjà publiée...) Les Quatre Saisons,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juillet 2016

De tous mes états d'âme...

« De tous mes états d'âme, la neige est celui que je préfère. » Certes, Serge aurait bien pu faire sienne, en tout bien tout honneur, cette pensée de Jules Renard; mais cependant pas telle quelle : il lui aurait alors fallu l'approfondir et la préciser plus en détails tant ses propres Neiges, irréelles, graves, sombres ou le plus souvent lumineuses, peuvent jouer sur des registres parfois opposés, en tout cas à chaque fois tellement différents. Sur chacune, la neige elle-même - matière peinte de diverses façons, de qualité... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2016

Lucienne Desnoues à Gréoux.

   Je me suis rendu avant-hier soir au vernissage de l'exposition Lucienne Desnoues qui se tient à la Médiathèque Lucien Jacques de Gréoux-les-bains jusqu'au 27 août. J'y suis allé avec joie, une joie multiple : d'abord parce que j'ai bien connu Lucienne, en ami, que j'apprécie - et approuve aussi de tout cœur - son œuvre de grand poète et parce que cette exposition, comme je l'ai déjà écrit sur le livre d'or, vient réparer une injustice. Injustice d'un silence qui s'est maintenu pendant des années, et déjà bien en amont... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 juillet 2016

Bonjour André, par François Mangin-Sintès

Bonjour André, Quand je pense à cette pluie d'éloges dans les extraits de presse de fin 50 début 60 et, en contrepartie, à ces longs silences qui ont succédé à cette période bénie de la critique, mises à part quelques rares bonnes voix sincères et délicates, je pense surtout à Serge qui n'a eu de cesse de poursuivre son chemin sans se soucier du moindre commentaire ou pas. Quel travail accompli depuis ces années jusqu'à l'extrême limite de ses forces de vie ! Et combien il fut mille fois récompensé par le bonheur retrouvé sur les... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2016

L'hommage de Claude Agnel dans Le Pays d'Apt d'avril 2011.

TRADUZIONE a cura di Agostino Forte :  Colpo d’occhio. Dalle cime a Cimabue    Non ho avuto modo di incontrare spesso Serge Fiorio ma ho permanentemente avuto i suoi quadri nella mia visuale. Ho sempre pensato fosse un Fiorentino che dipingeva i rilievi umbri e per lungo tempo ho creduto che le pieghe montagnose dei suoi quadri fossero enfatizzate, tra una dolce morfologia e una vigorosa tettonica. Grande fu la mia sorpresa quando mi comunicò di non essere fiorentino ma di origine piemontese e soprattutto che... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juillet 2016

Lucienne Desnoues, clin d'œil dans un livre d'or.

   Dans le livre d'or de la Rétrospective Fiorio de l'été 1994 qui eut lieu dans le cadre magnifique du château de La Tour d'Aigues se trouve un amical et poétique clin d'œil de Lucienne Desnoues en direction de son ami Serge : En partie incompréhensible tel quel, il faut donc savoir - pour en goûter tout le sens et tout le sel - que confronté dans une interview à la bien inncocente question : « Peignez-vous rapidement ? » Serge avait répondu - comme il le faisait souvent lorsqu'il s'agissait de lui ou de sa peinture... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juillet 2016

Jean Tourette, dans La Marseillaise du 10 août 1975

   C'est par la participation - dès le milieu des années cinquante - à de modestes expositions, comme celle dont il est question dans cet article, que Serge s'est peu à peu lié aux acteurs culturels locaux et régionaux; ceux-là alors bien plus attentifs, chaleureux et accueillants aux vrais talents que ne le sont en général leurs collègues d'aujourd'hui. C'était là pour lui l'occasion de faire rencontre et amitié avec d'autres peintres, des collectionneurs, ou de simples passionnés curieux ouverts à la peinture. Bref, de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juillet 2016

Adoration des bergers.

Photo Serge Fiorio.    Sans constituer, loin de là, un thème à part entière dans son œuvre, l'Adoration des bergers - qu'il ne faut pas confondre avec l'Annonce faite aux bergers - a cependant inspiré Serge à plusieurs reprises. Serge peintre, qui reste donc d'évidence strictement fidèle (malgré son athéisme personnel avéré  : « Dieu, je sais pas ! ») aux paroles de Marie dans ce que - faisant directement suite à l'Annonciation - la liturgie appelle son Magnificat : « Il a renversé les puissants de leurs trônes... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2016

Quelques extraits de presse de fin 50 début 60.

  Traduzione a cura di Agostino Forte :  Ritagli di stampa fine anni ’50 inizio ‘60.   « … Per coloro che vivono nella grande città - orribilmente accresciuta di giorno in giorno da giganteschi immobili - che sia New York, Parigi, Londra, Berlino, la pittura di Serge Fiorio può apparire come quella di un mondo idilliaco, illusorio, sconosciuto dove, dall’alba alla notte, gli umani non penetrano mai ». Thyde Monnier   « … Ricordate questo nome: Serge Fiorio. Il giorno dell’inaugurazione le sue... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]