22 janvier 2019

Fabuleuse Lucienne ! 3.

 Bêtes et gens, gens et bêtes,Vaches, veaux, corbeaux, poètes,Aimez fort ce que vous êtes.Norge Ce beau cheval entier, mais puceau cependant, (Mon ÉTALON NAÏF, le nommait la fermière) Aimait notre langage humain d'amour ardent.La chose n'est pas coutumière. Lucienne Desnoues * Étalon Naïf !Ah ! Quelle riche et merveilleuse trouvaille, quelle belle invention - à multiples tiroirs - que celle de Lucienne attribuant à ce fabuleux animal frais émoulu de son bestiaire personnel, l'inspiration de son propre bouquet de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 janvier 2019

Jules Mougin aux Correspondances. De la part du calligraphe Henri Mérou.

Salut, honorable bloggeur, voici une photo d'écriture du facteur Jules Mougin sur les bus de Manosque pendant les Correspondances. Une bonne parole bien véhiculée, n'est-il pas ? Henri Mérou. * Jules Mougin : une rétrospective... en vue ! Jules Mougin. Jules Mougin, Jeanne et Serge.Pages d'écriture par Jules Mougin.Une dédicace du facteur-poète Jules Mougin.Jules Mougin. Le billet de Gérard Allibert.Jules Mougin : Écouflant le 19 mai 1968.Une page de Jules, présentée par Gérard Allibert.Dans les troglodytes de Jules et Jeanne... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 janvier 2019

Fabuleuse Lucienne ! 2

   Préfacé par la chère Lucienne Desnoues elle-même, un recueil de douze de ses fables - prenant avec humour, jeu et bel esprit (mais pas que : originalité et profond talent aussi !) le contrepied de celles de La Fontaine auxquelles elles correspondent - est au sommaire du prochain numéro du Fablier, la revue annuelle de l'association des Amis de Jean de La Fontaine. La parution ayant lieu prochainement, dans le courant du mois prochain. C'est Gérard Allibert qui, il y a peu encore, signala l'existence de ces fables entre... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 janvier 2019

Billet d'humeur : L'affreuse crème !

« J'ai assisté (peut-être toi aussi) hier soir, en direct de La Grande Librairie, à la "création" d'un tableau de grand format (mais pour eux c'est un petit format) exécuté par Robert Combas ; présent parce que proche ami du - lui aussi ! - très médiatisé Michel Onfray, le principal invité. Présenté comme étant LE grand peintre français connu et adulé dans le monde entier, il a suffi d'une heure et demi à ce bateleur, le temps de l'émission, un temps strictement chronométré, pour rendre sa toile fin prête à être signée afin de pouvoir... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2019

Un petit orchestre d'estrade.

   Silence. Chez Fiorio, même les carnavals sont silencieux (sauf, à l'occasion, pour un bal masqué, un rigodon, une petite musique d'estrade, trompette, caisse, accordéon, une chanteuse avec sa partition, sous une lanterne de papier).Claude-Henri Rocquet    *    Pas plus signé que daté - sauf approximativement 1956/57 dans la marge de la photo -, également orphelin de titre ainsi que peint sur isorel sans aucun doute - et pour cause : c'est en plein l'époque ocre où Serge travaille exclusivement sur ce... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 janvier 2019

Vue cavalière.

         Regarde la lumière et admire sa beauté. Ferme l'œil et observe. Ce que tu as vu d'abord n'est plus, et ce que tu verras ensuite n'est pas encore.Léonard de Vinci. L'homme moderne redoute le silence car il pressent, confusément, que le silence est une terre de confrontation avec l'essentiel, avec nous-même, avec notre vocation d'homme. Il faut plonger dans le silence comme on s'aventure dans le désert.Théodore Monod (frère de Maximilien Vox ). *    Non peintre de l'éternel -... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2019

André Bernard In memoriam

    Dernièrement, discrètement, un grand Monsieur s'en est allé, le 23 décembre, au bout de l'année. Mais nous avons été nombreux et nombreuses à l'accompagner en signe d'affection ou d'amitié, de vive reconnaissance pour une chose ou pour une autre, certes, mais surtout et avant tout pour sa belle qualité d'être. André Bernard était franc de collier, spirituel, hanté en permanence par la meilleure des curiosités et habité par le plus vif des enthousiasmes : ainsi, il aimait sans cesse parce qu'il savait aimer. En même... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 janvier 2019

Blog à part...

Si on reste sur place, on recule.Coluche Face au monde qui bouge, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement. Francis Blanche Le commencement est beaucoup plus que la moitié de l’objectif. Aristote * À la pointe du jour. Photo Juliette Lombard.   Meilleurs vœux à chacune et chacun d'entre vous !  * Traduzione a cura di Agostino Forte : Blog a parte ... Se si resta fermi si indietreggia - Coluche Di fronte a un mondo che evolve, meglio pensare a cambiare piuttosto che raffazzonare - Francis Blanche... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 décembre 2018

Chanter.

Serge et Isabelle l'amie musicienne : à cœur joie ! Gérard Allibert a la présence d'esprit en même temps que l'amabilité de me communiquer quelques liens vers des chants italiens bien familiers aux Fiorio : https://www.youtube.com/watch?v=0rrK_bh1FdI https://www.youtube.com/watch?v=O1dHawMu-90 https://www.youtube.com/watch?v=lCMDddb6Z3s * Des liens : André Bernard In memoriamNadia Boulanger.Yves Montand à Montjustin.Le pacifisme des Fiorio.De la musique ! (1)De la musique, suite.De la musique, suite de la suite.Le goût de la... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 décembre 2018

Noël des Nourritures célestes par Lucienne Desnoues.

des Nourritures célestes.   Tant que dura leur séjour dans l’Étable, Marie et Saint Joseph eurent pour marmitons Des anges ! Vous songez : « Ce fut donc délectable !  Adieu ragotons de mouton, croûtons, Et salut noisettes d’agneau, miches surfines ! » Hé non ! Les séraphins, les séraphines, Préposés aux fourneaux du Ciel Ont devoir de nourrir le Souffle Essentiel Mais point de réjouir les papilles humaines. Dès l’aurore de la semaine, L’humble et glorieux couple eut donc à... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]