22 novembre 2014

Vue plongeante sur la Haute-Provence.

   Je crois que Serge s'est souvenu ici des vues en grand angulaire de son cher Patinir — le peintre qui, selon ses propres mots, le faisait le plus rêver — pour arriver à donner lui-même une image aussi totale que possible de son pays rêvé à lui : sa très chère Haute Provence !  Dès son arrivée, en 1947, à Montjustin, plus de trois décennies donc avant de peindre ce tableau intitulé Les Hauts Plateaux, Serge disait déjà souvent à ses visiteurs les plus étonnés devant l'allure quelque peu démesurée de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 novembre 2014

Lucien Clergue à Montjustin.

   Non pour faire écho à la triste nouvelle de la toute récente disparition du photographe Lucien Clergue, mais pour saluer l'originalité de son parcours en faisant ici mémoire, justement, de sa première visite à la maison Fiorio, voici une photo-souvenir bien parlante, issue des archives de Serge, qui tranche bien évidemment avec ses Nus admirables prouvant bien, eux — si l'on en croit Cocteau —  qu'il assista sans aucun doute et sans aucun complexe à la naissance même d'Aphrodite.  À... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2014

Ecobuage

   Quel beau sujet ! Quel beau tableau ! devant lequel, du coup lui donnant un titre, Gérard Allibert s'exclame : « Pyromanie angélique ! » Photo Dédé. À l'inverse, « Berger des flammes » conviendrait aussi, sans doute. Mais je me trouve encore bien trop appliqué à chercher pour pouvoir vraiment trouver ! Serge à coup sûr, en aurait, lui, sorti un autre de titre, un de ceux qu'il gardait en réserve dans sa collection toute personnelle, toujours à portée de la main, ou alors très spontanément... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2014

Au musée du Hiéron.

   Je ne sais par quel canal — ou a-t-on fait appel à lui directement ? —  mais en 1969 Serge expose une Nativivité à la troisième exposition d'Art Sacré du Musée du Hiéron — en grec, enceinte sacrée — de Paray-le-Monial, en Bourgogne du sud. Je ne l'ai jamais entendu en parler ; il faut dire qu'il n'exposait qu'une seule œuvre et qu'il ne s'est sans doute pas rendu sur les lieux, se contentant, comme il le faisait souvent, de faire acheminer le tableau par une connaissance de passage à son atelier. Il faut... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 décembre 2014

Commentaires sur Pas pleurer et sur le billet du 20 octobre dernier, entre autres.

   Le billet du 5 octobre et celui du 20 novembre suscitent à retardement d'abondants commentaires. Pensant que certains des lecteurs ne retournerons pas forcément fouiller précisément à ces dates, il m'a paru judicieux de publier aussi ces derniers développements à part, dans ce nouveau billet, pour que celles et ceux qui sont sensibles à cette noire période de l'Histoire puissent en prendre plus facilement connaissance.  Tout est parti de la publication des deux Halte des réfugiés espagnols peintes par Serge... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2014

Détails d'un Paysage.

   Comme on peut découvrir que certains œufs de Pâques en contiennent d'autres en nombre et variés en taille, dans la peinture elle aussi féconde de Serge, il y a très souvent des tableaux dans les tableaux ! Particulièrement dans les Paysages, semblables à des puzzles très nourris, très denses sans qu'il n'y paraisse au premier coup d'œil. Mais pour peu que le regard s'y attarde en profondeur, comme on doit le laisser faire, on peut soudain se surprendre « à l'arrêt » dans le coin gauche, le centre, le... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 décembre 2014

Giono et la peinture.

   Très sensuelle entre toutes, la littérature de Giono est, il me semble - en-dehors de la musique du style - avant tout visuelle. Donc, par là, proche parente de la peinture.  L'écrivain manosquin est pour moi — je ne suis pas le seul, n'est-ce pas ! — un maître incontesté de l'image hautement efficace, éclatante et lumineuse comme un soleil, irradiante, ou bien gravée en creux, en forme de constellation révélée plus en douce dans le ciel d'encre de la page. Certains courts chapitres ou autres longs paragraphes me... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 décembre 2014

Quand les ouvriers joueurs de morra de la carrière de Taninges se font solidaires des cabanonniers de Port-St-Louis du Rhône.

   Il y a peu, Gérard Allibert* et moi-même recevions, chacun, le même joyeux message d'Alain Paire. Le voici : Chers amis, c'est ainsi, et cela nous réjouit tous les trois, l'utilisateur de Facebook a décidé d'illustrer la lutte des cabanonniers avec un tableau de Serge Fiorio ! N'est-ce pas grandiose ! Gérard, aurais-tu pu imaginer cette magnifique migration d'image ?   https://www.facebook.com/UnPetitCabanon   Amitiés, A.P Alain Paire alain.paire49@sfr.fr Les Balcons d'Entremont, BT D2 30... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 décembre 2014

Sur un détail d'un ciel.

   « Il est beau ce nuage, il est plein de petites montagnes ! » Ce mot d'enfant où, l'air de rien, le fantastique gagne, puis règne tout à coup en maître, j'y ai assisté en direct ; aujourd'hui, ce détail d'un Serge me le remémore en plein, avec force. Et du coup, par association d'idée sans doute, je pense en même temps à La vague de Kanagawa d'Hokusai, impressionnante estampe japonaise qui impressionna si fort les impressionnistes : les sujets sont proches et pour l'un et l'autre artiste,  la... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 décembre 2014

Qui a dit ...

   Qui a dit que l'hiver est la saison la plus froide, la plus terne et la plus triste des quatre ? Pas le moins du monde pour le peintre, ni pour sa palette en tout cas, auxquels la neige sied à merveille, servant à la fois d'écrin, d'écran et de tremplin aux couleurs : les relève ! Ainsi, lunettes de travail en place pour reprendre une Neige où il l'avait laissée la veille au soir, je revois encore Serge en train de se frotter vigoureusement les mains devant son chevalet comme on se les réchauffe bien... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]