26 mai 2017

Un autre court poème que Lucienne m'offrit.

Avez-vous vu planer l'oiseau spirituel,petit faucon de feu ou colombe de flammes ? Jean Mogin.    Les courts poèmes que sont La vitre industrielle et Un verre ancien - contenu celui-là dans le récent billet Un court poème que Lucienne m'offrit - traitent tous les deux de la transparence, y méditent dessus sous deux formes différentes. Lucienne me les avaient offerts, tapuscrits tels que je les reproduis, après que je lui aie dédié l'un de mes propres poèmes dans lequel je l'interpellais, à la mort de Jean, l'interrogeant... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 mai 2017

Un de Taninges.

   Retrouvé orphelin de date et de signature sur une page volante, ce portrait de Giono au dessin peut néanmoins et sans aucune hésitation être catalogué comme étant de l'époque de Taninges. Celle durant laquelle Serge et Giono se sont le plus assidûment fréquentés puisque, comme on le sait, l'écrivain séjournait alors - dans les années trente - chaque année en vacances chez son cousin Émile, chef de file de la tribu Fiorio. Serge le rejoignant de temps à autre chez lui à Manosque, le plus souvent en hiver, saison pendant... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mai 2017

Amis de Lanza del Vasto et blog Serge Fiorio.

   L'active association des Amis de Lanza del Vasto qu'anime le philosophe Daniel Vigne a publié, dès leur sortie, deux articles du blog Serge sur son site. L'un - dans la rubrique Art - concernant l'écrivain Luc Dietrich. Il s'agit de l'article du 17 octobre 2015 : Une évocation de son amitié avec le peintre Serge Fiorio. (À lire aussi : Une intéressante présentation de la figure de Luc Dietrich par Gil Pressnitzer.) L'autre est celui intitulé Petite pierre blanche qui est inséré en fin de page du 28 février 2017... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2017

Un court poème que Lucienne m'offrit.

    Lucienne Desnoues, grand poète de souche, de race pure et – haute lignée oblige – de vieille tradition française. Grand caractère au sens que donnait à ce mot La Bruyère, sa plume excelle à s’emparer du langage pour, en petite-nièce du maréchal-charron Desnoues du Grand Meaulnes, le plier et le soumettre à l’emprise du poème en lequel, au bout du compte transfiguré de main de maître, il accède en retour et en profondeur à ses dimensions internes, intérieures : magiques, celles de la poésie elle-même ! ... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mai 2017

Page manuscrite de Serge sur la genèse de La carde de 1960.

La carde, huile sur bois, 95x130, 1960. Qu'est-ce qu'une carde ? Traduzione a cura di Agostino Forte : Pagina manoscritta di Serge sulla genesi de La carde del 1960 Silybum marianum    Il giardino di mia madre è sempre stato un luogo in cui i fiori occupavano tanto spazio quanto le verdure. E il tutto era un’allegra  condivisione di meraviglia e gioiosa calma. Tavola botanica con Silybum marianum Ogni anno si lasciava fruttificare un piede di cardo dell’anno precedente. E al momento della fioritura... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mai 2017

Merci d'avance !

    Un couple d'amis, tous les deux fidèles lecteurs du blog Serge, me suggère d'en modifier la présentation. Je cite G : "A s’étonne que le blog s’ouvre sur la plus ancienne page (28 janvier 2014), donc sur une “archive”. Elle n’a pas tort. Ne serait-il pas plus logique pour le lecteur que le blog s’ouvre sur le dernier billet en date? Est-ce que ce n’est pas possible? Ce à quoi je rétorque que ladite "archive" est la page de bienvenue annonçant la couleur, et que j'aime bien aussi que ce soit Serge, en photo Coen,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mai 2017

Derrrnièrrrres volontés, suite.

   Ce qui reste d'une existence, ce sont ces percées de présence sous l'enveloppe factice des biographies. Christiane Singer       Ma récente évocation des dernières volontés de Serge parue ici même il y a quatre jours (Derrrnièrrres volontés,1.) m'a évidemment tout de suite remémoré les trois dernières semaines de sa vie, parmi nous : chez nous, à Viens où, selon ses propres mots en rien innocents, il était « venu en vacances ». Derniers jours, pendant lesquels il nous a encore très... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 mai 2017

Je viens de voir hier des peintures à s'évanouir de joie ! par Gérard Allibert.

Je viens de voir hier des peintures à s'évanouir de joie !    Lorsque, ce 3 décembre 2015, on se connectait à la page nouvelle de ce blog, on s'y retrouvait au pied levé (et pas uniquement à cause de l'heure matinale !) en présence d'un tableau véritablement extra-ordinaire de Serge face auquel je demeurais, pour ce qui me concerne, immédiatement estomaqué.  Sur ce coup-là, j'encaissais en effet, et sans, André, la moindre mise en garde de ta part, un uppercut digne de l'illustre Mohamed Ali ! À peine le temps... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mai 2017

Pierre Magnan. Autographe dans le livre d'or de la rétrospective de Céreste, 20 janvier-28 février 2006.

Serge, je t'ai écrit un jour « Tu es un grand peintre », ce n'est pas une appréciation d'écrivain, c'est celle d'un homme heureux devant ta peinture. « C'est la vie arrêtée ». Tous ceux qui ont une âme droite doivent t'en être reconnaissants. C'est bien à toi de nous avoir permis de te connaître encore et encore. Amitiés, Pierre Magnan le 13. 02 06. *   Quelques liens : Mes rencontres avec l'œuvre par Pierre Magnan.1992.   Exposition Magnan - et les autres - de la Médiathèque départementale du 04. Une lettre de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
10 mai 2017

Derrrnièrrres volontés, 1.

   Il n'y a qu'une manière aujourd'hui de parler de spiritualité, c'est de l'allier à l'humour, à la poésie, à une philosophie au pied vif. Ce qui est lourd n'a pas d'avenir.   Christiane Singer      Je me souviens de ce matin où peu après mon arrivée chez lui de bonne heure, au moment de déguster ensemble le premier café tout frais comme de coutume, Serge me tendit une enveloppe scellée en me disant avec ce qui me parût être, sibyllin, un petit sourire en coin - mysté-rieur - auquel, sur le... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]