11 septembre 2014

A propos de couvertures de livres.

    Voilà une couverture dans le droit fil de l'esprit du livre ! elles sont si rares à l'être encore aujourd'hui ! Ainsi, le juste ton est ici donné avant même de tourner la première page ! Toute la nature de la poésie du texte est d'entrée présente dans l'image et, y baignant du regard, l'esprit du lecteur, tout de suite, en est donc parfumé ! Le cliché couleur est de Marcel Coen, ami de Serge. Quels filtres ont donc les éditeurs devant les yeux pour se contenter de couvertures — le plus souvent — pour la plupart... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 septembre 2014

Les arlésiens.

     C'est au cours de sa mobilisation de 1939, à Bourgoin dans l'Isère, que Serge fit la connaissance d'un certain arlésien nommé Paul Geniet avec qui il noua tout de suite amitié franche et sincère. Par la suite, Paul et son épouse Yvonne seront pour lui et pour tous les membres de la famille Fiorio des amis intègres et admirables dont la fidélité et les hautes qualités fraternelles ne se démentiront jamais. Ils reposent aujourd'hui tous les deux, côte à côte, dans le même vieux petit cimetière de Montjustin, tout... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]
17 septembre 2014

Sur Internet.

   «Traduttore, traditore ! » : aujourd'hui plus qu'hier, et ce n'est rien de le dire puisque les machines elles-mêmes se mettent à traduire ! non pas très mal, pire : MACHINALEMENT ! Quand vous ne connaissez pas le sujet, il est impossible de s'y retrouver ! et quand on connaît, ça vous tord les boyaux en diable ! sans parler de l'orthographe et, bien sûr, de la typographie ! Des pourceaux informatiques ! rien d'autre.  Voici un extrait de ce morceau de choix trouvé sur la toile :    Serge Fiorio... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 septembre 2014

Bienvenue aux sports d'hiver !

   Mais non ! je blague, nous ne sommes pas à Courchevel, ni à Mégève ! Pas même au Taninges de la jeunesse de Serge ! Nous voilà à la porte d'un pays magique dont le premier plan est le seuil engageant, immaculé, pur au possible ! Il s'agit bien ici d'une Neige de la meilleure veine ! elle fait partie de l'espèce de celles dont le regard — et bien plus que le regard ! — ne se lasse pas parce que ces Neiges-là, tout particulièrement, s'adressent directement à l'âme, s'entretiennent à tu et à toi avec elle — lui parlent de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 septembre 2014

Paysage de western.

   Serge aimait regarder des westerns, mais essentiellement pour les paysages naturels le plus souvent grandioses qui, plus que l'histoire, parlaient directement à son imagination, l'impressionnaient ! On retrouve ainsi dans maintes de ses toiles de vastes déserts ponctués de montagnes sacrées à indiens qu'il sait très bien marier à son univers. La vision de grands troupeaux de gros bétail l'y impressionnait également, mais on ne retrouve pas cela dans sa peinture, hormis dans son nocturne — ce qui est rare et même plutôt... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 septembre 2014

Témoignage d'André Pierre Fulconis.

    C’est un de ces bonheurs supérieurs que d’avoir connu Serge Fiorio, grande chance d’une longue vie de rencontres. Chance de connaître cet homme, juste de vie, juste de vue, juste de voie, la justesse même. Je n’ai pas eu le privilège de le rencontrer à l’âge de 16 ans comme André Lombard, l’ami, son fils spirituel, au foyer duquel il viendra vivre les derniers jours de sa longue vie de quasi centenaire. Mais Pierre Pertus (fils de mon cousin germain Henri si proche de Serge par la manière artistique, la... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 septembre 2014

Les mains de Serge.

   Entre tous, les mains sont les plus beaux et les plus émouvants outils au monde, toujours très parlants, autre visage de chacun, de chacune. Ce n'est pas par hasard, encore moins par pure fantaisie, que les premiers hommes, déjà, mettent les leurs à l'honneur, les représentent à l'ocre, en creux, ou gravées en relief dans la pierre, paumes ouvertes, doigts écartés, à ciel ouvert sur des rochers ou sur les parois de leurs grottes qui souvent — on le sait aujourd'hui avec certitude — étaient des temples, des lieux... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 octobre 2014

Au sortir du labyrinthe.

   « La réalité du monde est pure invention de l'esprit ! » fait dire Gérard Allibert à l'un des personnages des Autos tamponneuses dans un de ses commentaires parus sur le blog.  Qu'en aurait dit Serge qui, tout haut, rêvait le monde tout autre et, le peignant avec application à mesure de son inspiration, le faisait ainsi exister réellement, à sa convenance ?  Photo D :) D :) Un peu ébloui au sortir du labyrinthe, Serge, en vainqueur de l'ombre, n'a ici visiblement pas très envie de s'attarder... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 octobre 2014

Autre Halte des réfugiés espagnols.

   Dans son billet du 29.06, Gérard Allibert nous parlait abondamment de ce désastre humanitaire que fut la Retirada, conséquence et réaction au régime criminel de Franco qui, il faut le rappeler, avait l'appui de l'Eglise. Serge peignit deux Halte des réfugiés espagnols : celle que présente donc Gérard, et celle que je viens de finalement retrouver, enfouie dans les archives de Serge — aujourd'hui reproduite ci-dessous. A vrai dire, il est difficile de savoir avec certitude laquelle a été la première à avoir été peinte,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 octobre 2014

Tout l'été prochain.

Serge Fiorio, à Gréoux-les-bains, chez Lucien Jacques    Quand Jacky Michel m’a parlé d’une exposition Fiorio plus que possible, souhaitée, attendue, à la Médiathèque Lucien Jacques de Gréoux-les-bains, je n’ai pu qu’applaudir de tout cœur à la nouvelle ! Leur rencontre en ce lieu — Serge se trouvant en quelque sorte ici sous l’aile de Lucien — est riche de souvenirs communs aux deux peintres. N’est-ce pas déjà Lucien Jacques qui, à la fin de la dernière guerre, accueillit  Serge venu en éclaireur,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]