Claude-Henri

Neige siennoiseNeige siennoise...peinte à Montjustin.
Clamensane, huile sur toile, 72x92 cm, 1968.

*

Un peintre n'est un peintre véritable que s'il aime en premier lieu l'acte de peindre et la peinture elle-même, cette matière qu'il invente, unique, et par laquelle se transmue et se transfigure la matière et la couleur du monde, sa réalité visible. Il n'est peintre que si sa peinture est analogue à la musique, par sa composition, son rythme, sa sonorité. Mais au-delà de toute apparence ou de toute représentation se devine et paraît un autre monde, quelque chose comme un rêve, récurrent, une grande image intérieure, personnelle, humaine, intemporelle.

CurbanCurban, huile sur toile, 24x33 cm, 1976.

Le peintre se connaît et déchiffre ce songe, ou ce mythe, par l'exercice de ce rêve actif qu'est la peinture, le métier de peindre. Il rêve les yeux ouverts, touchant cette parcelle réelle du monde : une matière, élaborée ; lui donnant forme. Et sa vision, son œuvre, intime, secrète, nous est pourtant visible, comme ce rocher, cet arbre, ce visage. Toute peinture, accomplie, fût-ce celle qui semble la plus proche de la vie quotidienne, est métaphysique.

C-H Rocquet

*

Avant-propos à un inédit de Claude-Henri Rocquet.

Ci-dessous le lien vers le site - riche de toutes sortes d'informations et d'écrits : Claude-Henri Rocquet | Poète, écrivain de langue française. 

Claude-Henri Rocquet saluant la première exposition Fiorio posthume de l'été 2011 à Reillanne.

Survol autobiographique par Claude-Henri Rocquet.