Je ne peux hélas que gravement déplorer les deux "légendes", l'une dorée, l'autre noire et ensanglantée, dont, ici et là et encore régulièrement, le pays de Haute-Provence se trouve trop souvent flanqué sans vergogne.
La première, venue de plus bas - je veux dire celle, rouge et or du fifre et du tambourin, que cultivent avec maestria les marchands de "cartes postales" - est ici aussi fausse, trompeuse et perverse, que celle-là qui fait peser sur cet heureux et lumineux territoire quelque soi-disant tenace, sombre, tragique et fatal mystère de fort mauvais aloi.
Chacun de ces clichés racoleurs véhiculant, au choix, selon, le petit ou le grand frisson ! Cela au dépens des habitants pris en otage, des touristes ainsi couillonnés, et surtout de l'esprit des lieux, par là souillé, parce que agressé dans l'âme !

Marché à Oppedette, huile sur toile, 65x54 cm, 1987

Si le mystère, c'est vrai, est sur cette contrée dont le nom véritable est Alpes de Lumière, il y plane à sa propre façon. Plus haut, bien plus haut, que les jupes et les coiffes provençales desquelles affublé personne n'est pourtant jamais aller couper le moindre brin de lavande, ni tirer la moindre goutte d'eau au puits ou désherber les carottes. Bien plus haut aussi que les wagons d'histoires criminelles, sordides, avec l'affaire de Lurs en tête de convoi, installée en locomotive puissante, redoutablement efficace. Crimes qui - n'est-ce pas ? - sont bien sûr pourtant de partout et de tous les temps ; les terribles passions humaines et leur débordements se foutant pas mal des délimitations et des frontières, quelles qu'elles soient !

Autant de décalcomanies posées donc en toute impunité sur la véritable identité d'un pays, le maquillant à outrance en vue de rentabilités commerciales, snobinardes ou autres...puisque, tout simplement, les cucuteries folkloriques pur sucre, tout comme les pires abominations, ont un pouvoir : celui de vendre toujours à vil prix n'importe quelle âme au diable pour, en retour, faire du fric. Fussent-elles celles, pourquoi pas, de toute une population et de son cadre de vie qui n'ont pourtant, en le domaine, rien demandé à personne sinon d'être connus et respectés à l'aune de leurs juste valeurs.

*

 

 

 

Autres billets d'humeur :

Haut-le-cœur !
Prix du livre, etc.
Billet jaune.
Commissaires et compagnie. Billet d'humeur.
Attention libraires !
Prix Jean Giono.
Le billet d'humeur de Philippe Courbon.
Billet d'humeur par Dominique Bal.
Mais tant pis pour moi ! Billet d'humeur camusienne.
Écriture inclusive. Un billet d'humeur.
Une suite au billet d'humeur du 9.XII. 2017 sur l'écriture inclusive.
Billet d'humeur.
Billet d'humeur : L'affreuse crème !