Pars rentrer foins. Chaleur terrible. Pense tournesols, ocres,Van Gogh - Chaleur suggestive.
Serge

Toute peinture est métaphysique.
Claude-Henri Rocquet

*

   Voici, de la part de Serge, un court billet de style télégraphique pour dire au mieux et au plus près la nature et l'intensité d'un vibrant enthousiasme vécu dans feu de l'action.
Il est adressé à son cher ami Paul Geniet par un Serge haletant, tout feu tout flamme, depuis la ferme du Vallon, dans le Tarn-et-Garonne, en laquelle il vient enfin tout juste de s'installer et où, avec les siens, il va alors - épreuve de terre, d'air et de feu, pour chacun et chacune - traverser héroïquement toute la guerre.

De style télégraphiqueTrès forte autant que très fortement émouvante, sa page témoigne ni plus ni moins alors en direct - encore à chaud, c'est a minima bien le cas de le dire ! - d'une expérience de l'extrême ; laquelle, d'autres nombreuses fois vécue sous d'autres formes en d'autres lieux, notamment plus en amont lors de son immersion d'une dizaine d'années parmi les ouvriers à la carrière de Taninges, le marquera positivement à vie.
L'excessive chaleur météorologique affrontée, vécue comme un défi et non subie - tout comme chez Van Gogh qui justement lui apparaît comme par hasard à l'esprit et qu'il évoque donc fort à propos - exacerbe à un tel degré ses sens, qu'elle provoque chez le peintre paysan et dans le droit fil de sa permanente quête d'absolu, une paroxysmique exaltation intérieure par osmose ; phénomène, à mon sens, de variété spirituelle, sinon - un cran plus haut - tout à fait mystique, comme de même nature il s'en produisait assurément aussi très souvent dans la vie de Van Gogh. Ce dont, pour tout de suite s'en faire quelque petite idée, il suffit de lire ou de relire quelques-unes des innombrables missives écrites par ce dernier, in situ, depuis le cœur du double foyer - extérieur et intérieur - à destination de son frère Théo.

Vécue dans le quotidien au cours de la fenaison, cette "surchauffe" dont le plus grand nombre essaieraient sans doute de se protéger autant que possible, de se défendre, ou bien de l'esquiver, Serge au contraire l'embrasse non seulement de bon cœur, mais de toute son âme ; la reconnaissant spontanément, à l'aveugle, d'instinct, sans réfléchir ni se poser la moindre question, comme moyen efficace de se dépasser et de vivre ainsi, au-delà, mais cependant très intimément, quelque chose de tout à fait hors du commun et de l'ordinaire étanchant tout naturellement quelque peu une part de sa soif d'absolu autant que de merveilleux : à même donc ce qu'il lui est offert à ce moment-là à fleur de vie pour alimenter et poursuivre sa quête vers toujours plus grand que soi, l'épanouissant à mesure en retour par et dans sa peinture qui en est du reste le fruit majeur à jamais le plus lourd de sens, et aussi de secret.

*

*

Un appel à souscription.
Valable jusqu'au Ier octobre.

Bonjour à vous, proches de famille, d’amitié ou de connaissance,

début 2012,  je vous avais fait parvenir une proposition de souscription pour m’aider à publier  l’histoire du Berger Albert, un déshérité de cette Provence du 19e et 20e siècle. Votre aide a été déterminante et cette première aventure littéraire a changé ma vie.

Aujourd’hui, 7 ans après, je me retrouve dans cette nouvelle démarche car il s’agit de donner un écho à des déshérités du 21e siècle, les Gilets Jaunes, qui se sont réunis sur les ronds-points en novembre dernier pour espérer et construire ensemble une nouvelle existence.

Sur place j’ai rencontré une photographe, Sandy Rousson, dont la qualité du travail en noir et blanc m’a fait tout de suite entrevoir la possibilité d’un ouvrage commun. Et le 7 Janvier 2019, nous avons décidé de ce livre.

Attention, il est en cours, mais sera terminé pour paraître le 17 Novembre 2019. Ce ne sera pas un livre objectif, mais une vision politique et artistique centrée sur les événements qui ont eu lieu dans les Alpes-de-Haute-Provence, en rapport avec toutes les questions que ce mouvement a suscitées en France.

Certains d’entre vous n’auront pas envie d’y participer, je les comprends ; nous resterons toujours proches. Cette expérience m’a beaucoup appris sur la tolérance.

J’espère que ceux qui soutiendront notre projet goûteront, comme nous, à un petit supplément d’humanité.

Bien à vous tous.

Hubert.

Résultat de recherche d'images pour "Sandy rousson gilets jaunes"

Instants d'humanité. Texte d'Hubert Blond, photos noir et blanc de Sandy Rousson, 22x20 cm, 120 pages. Sortie le 17 novembre 2019.

10 euros (au lieu de 15) l'exemplaire + 5 de frais de port auprès de Hubert Blond, Le Plan des Aires, 04300 Forcalquier.

Contact : 06 80 02 59 64 ou blond.hubert@yahoo.fr