28 mars 2019

Lithographies.

C'est la photo qui est en noir et blanc, pas la litho en réalité.    La toute première lithoraphie Fiorio fut celle impeccablement réalisée - chez Fernand Mourlot à Paris, à partir du Manège admiré par Picasso - pour le compte de madame Duclaud directrice de la Galerie 65 de Cannes, sur La Croisette, où Serge expose en 1969, l'année où son père meurt. Viendront ensuite, quatre ans plus tard, celles du Giono-Fiorio sorti en 1973 des presses et ateliers Daragnès, à Paris toujours. Elles sont au nombre de douze dont trois... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2019

Les visites guidées...

   Les visites guidées d'expositions Fiorio que j'ai conduites - 3 aux Amis des Arts de Reillanne en 2011 et puis 3 autres à la Médiathèque Lucien Jacques de Gréoux en 2015 - ont chacune très bien fonctionné. Il en est tout autrement pour ce qui est des "conférences" (auxquelles, me concernant, j'adjoins toujours, on le remarquera, les guillemets !). À Céreste, une fort mauvaise organisation de la réunion et conséquemment du maigre temps de parole imparti - de plus à partager avec l'ami Jacky ! - pour Trois de Montjustin fit... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 mars 2019

L'Auvent au chapeau rouge 2

L'attente : entre l'absence et la présence, la contemplation du temps. Robert Sabatier L'absence contient tout autant d'infini que la présence. Christian Bobin Ceux qui ne sont pas un brin poète sont tous des menteurs.Serge Fiorio *    Si j'en crois les courriels récemment reçus, le tableau intitulé L'Auvent au chapeau rouge non seulement plaît beaucoup, mais bien plus et bien plus loin que cela en vérité : il touche profondément et, à ce que je lis et comprends, les plus sensibles jusqu'aux moelles.  Auvent au... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mars 2019

L'Auvent au chapeau rouge 1

   Je ne considère d'ailleurs pas cet artiste comme un peintre naïf. Il peint comme un primitif siennois. Il a la fraîcheur de perfection et l'œil vierge des Lorenzetti. Il a aussi leur gai savoir.Sa vision du monde est d'un poète, d'un enchanteur qui a retrouvé le don d'enfance émerveillée. Waldemar GeorgeExtrait d"une lettre à une amie. *    Très jeune, encore dans la petite enfance, déjà le futur peintre fait provision d'images, d'ambiances, d'atmosphères, qui anticipent à plus de quatre-vingt ans de distance... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 mars 2019

Haut-le-cœur !

   Un chiffon sale, même étiqueté et catalogué Art contemporain, reste un chiffon sale.Serge Fiorio *    Signe de temps déliquescents en lesquels, de façon générale, le sens se raréfie tout autant - et à vitesse égale - que la vitale qualité de l'air ; en matière d'art, la laideur, le vide et l'absurde ont désormais un peu partout pignon sur rue, font même le buzz, comme on dit. Mais pas que : pourtant conventionnelles au possible, convenues, nombre d' "œuvres" contemporaines, par exemple, soutirent en effet... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 mars 2019

Dans l'éventail des...

- Et ça représente quoi ?Cela représente un million.Picasso La sincérité qui ne coûte rien ne vaut rien.Lanza del Vasto *    Dans l'éventail des nombreuses histoires véridiques à propos de l'achat d'un Fiorio, celle-ci me plaît assez fort par sa chute : une dame - puisque désormais, depuis peu paraît-il, les demoiselles n'existent plus ! - voulant acquérir un Fiorio faisait la fine bouche, et puis encore la fine bouche, espérant et finalement réussissant par là à faire baisser sensiblement le prix d'un İntérieur auprès... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 mars 2019

Le pays magique : extrait d'une lettre du 9 juillet 1947.

Sans la passion on ne peut faire que de doux fromages blancs. Jules Mougin * Cliquer ici ou sur le document pour une lecture plus facile.      Je ne sais pourquoi, aussi j'imagine que c'est tout simplement parce que n'ayant pas le temps d'entrer dans les détails que Serge écrit être passé par là (à Montjustin) un peu comme par hasard, alors qu'en réalité, deux mois plus tôt, se dirigeant vers Taninges à pied depuis le Paradou où il a passé tout l'hiver avec Simone Jouglas et sa mère dans un grand cabanon, il a... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mars 2019

Une lettre du pape.

* Anatole Jakovsky par Robert Doisneau qui le mit en contact avec Serge. *Texte d'Anatole Jakovsky.Ajout + Fontaine je ne boirai pas de ton eau. Une dédicace d'Anatole Jakovsky.Jakovsky. Bal masqué.Naïf ?Le billet de François Mangin-Sintès. * Anatole Jakovsky : un bessarabien qui a... * https://www.change.org/p/sos-barthelasse-massacre-au-bord-du-rh%C3%B4ne-halte-a-l-arrachage-des-arbres- * Traduzione a cura di Agostino Forte : Una lettera del papa   Anatole JAKOVSKY134, rue de la Tombe IssoireParis 14° 15... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 mars 2019

Nature morte, vraiment ?

Fantasmes de désir comme des rêves, les œuvres d'art constituent pour leur créateur - comme ensuite pour ceux qui en jouissent - une sorte de soupape de sûreté à la pression trop forte des instincts refoulés. Marie Bonaparte Les fantasmes originaires sont des fantasmes qui transcendent le vécu individuel et qui ont un certain caractère d’universalité. En ce sens, ils sont à rapprocher des mythes collectifs. Ils « mettent en scène » ce qui aurait pu dans la préhistoire de l’humanité participer à la réalité de fait et à ce... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]