30 janvier 2019

Bonnes (excellentes !) nouvelles de Gérard Oberlé.

Publier un livre, c'est un peu comme se foutre à poil.Gérard Oberlé *    D'abord ami de Norge, puis de Jean Mogin et Lucienne Desnoues, par eux devenu également proche de Serge, Gérard Oberlé fait paraître cette fois-ci un Heptaméron avec chardonnay qui, outre son originalité d'esprit, conforte en les confirmant les qualités de style d'une œuvre aujourd'hui importante. Ce sont sept nouvelles écrites pour satisfaire - paraît-il - à la demande d'une certaine Hélyette Rodary, fidèle lectrice en manque qui sollicite son... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 janvier 2019

Heureux anniversaire !

   Le temps est maître du jeu. Il distribue et place entre nos mains ses cartes. Claude-Henri Rocquet   *   Heureux anniversaire ! Il y a en effet aujourd'hui même cinq années - déjà ! - qu'a été créé le blog Serge Fiorio et, toute modestie mise à part, je m'en félicite encore ; quoique si j'entends bien et en crois (fort volontiers !) ce qu'écrit C-H Rocquet sur le temps, je n'y sois pas pour grand chose !Mais pour moi, en le cas, la carte était bonne, favorable, puisqu'au fur et à mesure de mes séances de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 janvier 2019

Montjustin à la belle époque

Tagadaaa ! Pouet pouet !Tagadaaa ! Pouet pouet !Tagadaaa ! Pouet pouet pouet pouet pouet pouet ! Hymne populaire de Montjustin. Paroles et musique de Lucien Jacques.     Tout a commencé le 17 janvier 1945 (merci Jacky !) par l'arrivée de Lucien Jacques au village. Ce jour-là, il y était, en effet, convié au mariage de son ami le berger Justin Nègre - qu'il connaissait du Contadour - avec la douce montjustinienne Césarie Médaille. Et tout s’y est terminé le 11 janvier 2011 par le ″départ″ de Serge, à presque cent ans... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [3] - Permalien [#]
22 janvier 2019

Fabuleuse Lucienne ! 3.

 Bêtes et gens, gens et bêtes,Vaches, veaux, corbeaux, poètes,Aimez fort ce que vous êtes.Norge Ce beau cheval entier, mais puceau cependant, (Mon ÉTALON NAÏF, le nommait la fermière) Aimait notre langage humain d'amour ardent.La chose n'est pas coutumière. Lucienne Desnoues * Étalon Naïf !Ah ! Quelle riche et merveilleuse trouvaille, quelle belle invention - à multiples tiroirs - que celle de Lucienne attribuant à ce fabuleux animal frais émoulu de son bestiaire personnel, l'inspiration de son propre bouquet de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2019

Jules Mougin aux Correspondances. De la part du calligraphe Henri Mérou.

Salut, honorable bloggeur, voici une photo d'écriture du facteur Jules Mougin sur les bus de Manosque pendant les Correspondances. Une bonne parole bien véhiculée, n'est-il pas ? Henri Mérou. * Jules Mougin : une rétrospective... en vue ! Jules Mougin. Jules Mougin, Jeanne et Serge.Pages d'écriture par Jules Mougin.Une dédicace du facteur-poète Jules Mougin.Jules Mougin. Le billet de Gérard Allibert.Jules Mougin : Écouflant le 19 mai 1968.Une page de Jules, présentée par Gérard Allibert.Dans les troglodytes de Jules et Jeanne... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 janvier 2019

Fabuleuse Lucienne ! 2

   Préfacé par la chère Lucienne Desnoues elle-même, un recueil de douze de ses fables - prenant avec humour, jeu et bel esprit (mais pas que : originalité et profond talent aussi !) le contrepied de celles de La Fontaine auxquelles elles correspondent - est au sommaire du prochain numéro du Fablier, la revue annuelle de l'association des Amis de Jean de La Fontaine. La parution ayant lieu prochainement, dans le courant du mois prochain. C'est Gérard Allibert qui, il y a peu encore, signala l'existence de ces fables entre... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 janvier 2019

Billet d'humeur : L'affreuse crème !

« J'ai assisté (peut-être toi aussi) hier soir, en direct de La Grande Librairie, à la "création" d'un tableau de grand format (mais pour eux c'est un petit format) exécuté par Robert Combas ; présent parce que proche ami du - lui aussi ! - très médiatisé Michel Onfray, le principal invité. Présenté comme étant LE grand peintre français connu et adulé dans le monde entier, il a suffi d'une heure et demi à ce bateleur, le temps de l'émission, un temps strictement chronométré, pour rendre sa toile fin prête à être signée afin de pouvoir... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2019

Un petit orchestre d'estrade.

   Silence. Chez Fiorio, même les carnavals sont silencieux (sauf, à l'occasion, pour un bal masqué, un rigodon, une petite musique d'estrade, trompette, caisse, accordéon, une chanteuse avec sa partition, sous une lanterne de papier).Claude-Henri Rocquet    *    Pas plus signé que daté - sauf approximativement 1956/57 dans la marge de la photo -, également orphelin de titre ainsi que peint sur isorel sans aucun doute - et pour cause : c'est en plein l'époque ocre où Serge travaille exclusivement sur ce... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 janvier 2019

Vue cavalière.

         Regarde la lumière et admire sa beauté. Ferme l'œil et observe. Ce que tu as vu d'abord n'est plus, et ce que tu verras ensuite n'est pas encore.Léonard de Vinci. L'homme moderne redoute le silence car il pressent, confusément, que le silence est une terre de confrontation avec l'essentiel, avec nous-même, avec notre vocation d'homme. Il faut plonger dans le silence comme on s'aventure dans le désert.Théodore Monod (frère de Maximilien Vox ). *    Non peintre de l'éternel -... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 janvier 2019

André Bernard In memoriam

    Dernièrement, discrètement, un grand Monsieur s'en est allé, le 23 décembre, au bout de l'année. Mais nous avons été nombreux et nombreuses à l'accompagner en signe d'affection ou d'amitié, de vive reconnaissance pour une chose ou pour une autre, certes, mais surtout et avant tout pour sa belle qualité d'être. André Bernard était franc de collier, spirituel, hanté en permanence par la meilleure des curiosités et habité par le plus vif des enthousiasmes : ainsi, il aimait sans cesse parce qu'il savait aimer. En même... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]