01 juin 2018

Dietrich-Fiorio.

Qui cesse d’être ami, ne l’a jamais été.Proverbe grec *    La rencontre Fiorio-Dietrich par l'amicale et providentielle entremise du couple Geneviève-Louis Lief, pharmaciens au Plateau d'Assy en haute-Savoie, ne pouvait être et ne fut qu'heureux et fructueux moments d'échanges et de partages, non pas tant simplement éphémères comme - n'ayant duré que quelques mois à peine à cause de la déclaration de guerre - ils l'ont effectivement été en réalité, que se situant quelque part hors - et s'étant poursuivis au-delà - du temps... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juin 2018

Frédéric Richaud : Voir Gandhi vient de paraître.

La raison du voyage, c'est le retour.... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2018

Présentation de Serge Fiorio et de sa peinture par Eugène Martel.1942.

   Seul le texte de Giono ayant eu l'honneur d'être imprimé à l'intérieur du carton d'invitation pour l'exposition Fiorio de Cannes en 1942, cette présentation par les soins d'Eugène Martel n'a encore jamais été éditée et je n'en ai pas encore retrouvé le manuscrit. Un seul et unique exemplaire tapuscrit me permet cependant de la publier ici, soixante-et-seize ans, donc, après que le peintre du Revest l'ait écrite. Il en est de même pour la page d'Yves Farge  également écrite pour introduire à cette même exposition. Je... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2018

Présentation de Serge Fiorio et de sa peinture par Yves Farge.1942.

  La poésie n'est au service de rien, rien n'est à son service. J'ai toujours pensé que le poétique précédait le politique. C'est lui qui nourrit les hommes d'action, ceux qui interviennent dans la cité, s'impliquent dans la vie collective, ceux qui ont de grands désirs, des visions du monde, des perspectives d'avenir originales. Tous ceux qui se lancent véritablement dans l'action ont un imaginaire qui a été nourri par une dimension poétique. Qu'elle soit patente ou insoupçonnée, elle est toujours là. Le poétique mobilise tous... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2018

Chapitre XVIII de Pour saluer Fiorio.

Carnaval en forêt. 60x73 cm, 1992.  *  
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juin 2018

Impromptu 13.

Lo merle que vai d’una mataA l’autra mata e que seguisLos vielhs camins, e que s’acataEn lo bois e los romanins,Sol poiriá dire amb la palombaE la mostela e lo singarTota la patz d’aquela comba.    Le merle qui va d'une touffe à l'autre touffe et qui suit les vieux chemins,et qui se cache entre le buis et les romarins,seul pourrait dire avec la colombe et la belette et le sanglier toute la paix en cette vallée. Max Rouquette *    C'est un paradis sur terre, souvent, que représente Serge Fiorio. Sans même le... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [3] - Permalien [#]

20 juin 2018

Serge aime peindre des épouvantails, par Claude-Henri Rocquet.

 Un épouvantail brûlait pour un bonhomme de neige qui se fondait d'amour. Sylvain Tesson * Épouvantail, 33x41 cm, 1990. Résister à bras ouverts : https://www.youtube.com/watch?    
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 juin 2018

Lucien Clergue, une dédicace.

Les arlésiens. Paul Geniet.Lucien Clergue à Montjustin.Un premier compte-rendu et un nouveau prochain rendez-vous à Céreste.   Serge et Lucien Clergue chez Josy et André Bernard à Reillanne. 2010. Photo Marie-Flore.  
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [4] - Permalien [#]
25 juin 2018

Une lettre à l'ami Paul Geniet du 16 juillet 1950.

  Texte de Georges Mounin.La Halte des réfugiés espagnols. Le billet de Gérard Allibert.Autre Halte des réfugiés espagnols.Commentaires sur Pas pleurer et sur le billet du 20 octobre dernier, entre autres.Pas pleurer. Le billet de Gérard Allibert.Simone Jouglas II * https://www.youtube.com/watch?v=wWNt4vQZl-w * emouvante-aventure-d-orpheus-xxi-orchestre-de-refugies-cree-par-jordi-savall          
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 juin 2018

Impromptu 14. Sur un portrait de Lucienne Desnoues.

   Sous son casque de cheveux blancs, revêtue d'un gilet au tricot façon cotte de maille, le regard droit, direct, le regard franc, un élégant, précieux et lumineux bijou à l'oreille, Lucienne est ici immortalisée par les soins de son amie Nicole Hellyn -1931-2012 - en rudement beau guerrier spirituel. Bouche scellée devant l'objectif, ce sont ses yeux qui parlent ici en premier, puis sa riche chevelure en même temps que l'harmonieuse morphologie de son puissant et généreux visage, le dessin encore, tout comme la matière,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]