C'est par cet extrait du chapitre VII de Pour saluer Fiorio que se termine l'évocation en plusieurs billets du premier portrait de Giono peint par Serge à Manosque en 1934. Parce qu'inépuisable, sans doute y reviendrons-nous de temps à autre à d'autres occasions.

En attendant, souhaitons seulement que les organisateurs de la future exposition Giono au Mucem aient la présence d'esprit de se faire prêter cette œuvre majeure par le musée Henri Rousseau afin de parfaire l'hommage bientôt rendu à l'écrivain lors de l'anniversaire des cinquante ans de sa disparition.

*

Tu t'étonnes que le ciel soit si pur.
Te voilà distrait, il semble.
Non, aucune distraction n'est possible.
Te voilà fort et quelle force !

Jules Mougin

*

AN1

AN2

Premier portrait de Giono, 82 x 73, 1934

Premier Portrait de Jean Giono, huile sur toile, 82x73 cm, 1934.
Visible au musée Henri Rousseau de Laval, en Mayenne.

AN3

AN5

 *

Quelques liens :

Le premier portrait de Giono.1

Le premier portrait de Giono. 2

Le premier portrait de Giono. 3

Impromptu 8. (Qui est une mise au point ).
Jean Giono et ses cousins Fiorio à Taninges par René Rosnoblet.
Les tribulations du premier Portrait de Giono.
Un de Taninges.
Sur le Deuxième portrait de Giono.1989.
Giono et la peinture.
Portrait d'Aline Giono enfant au lavis d'encre noire.

*

Giono et les peintres : excellent site de notre amie Michèle Ducheny.