Dans Le premier portrait de Giono.1, j'annonçais en post-scriptum que je poursuivrai sur le sujet par la publication - en deux billets successifs - des belles premières pages du Rêver avec Serge Fiorio de Claude-Henri Rocquet et puis que je terminerai par ce que j'ai écrit moi-même - beaucoup plus court - sur cet immense portrait. Dont acte. Voici ici la suite et la fin de ce que je voulais publier de C-H Rocquet, commencé dans Le premier portrait de Giono. 2

Pour clore sur une note personnelle, deux trois pages extraites de Pour saluer Fiorio constitueront donc Le premier portrait de Giono.4 qui est déjà programmé à la suite du présent billet.

*

 

   En écrivant sur Serge Fiorio, il m'est sans doute venu une autre façon d'écrire sur la peinture : plus libre, moins attachée au littéral de la peinture. La liberté d'écrire, devant un tableau réel, comme s'il s'agissait d'une peinture imaginaire. Ne plus jouer, sur l'instrument de la parole, une peinture comme on jouerait une partition, mais être l'instrument de cette peinture : la laisser jouer sur le clavier de votre mémoire, de vos rêves, de vos rêveries.
Oui, l'œuvre peinte, visible, posant sur tout votre être ses doigts - comme, sur les cordes d'un violon, les trous d'une flûte, le musicien -, fait surgir de vous, par le moyen d'une parole qui s'invente et vous surprend, vous captive, vous enchante, quelque chose qui est une sorte de poème.
Claude-Henri Rocquet
*

RO1

RO2

RO3

Premier portrait de Giono, 82 x 73, 1934

Premier Portrait de Jean Giono, huile sur toile, 82x73 cm, 1934.
Visible au musée Henri Rousseau de Laval, en Mayenne.

RO4

RO5

RO6*

Quelques liens :

Le premier portrait de Giono.1
Le premier portrait de Giono. 2
Le premier portrait de Giono. 4 (suite et fin).


Jean Giono et ses cousins Fiorio à Taninges par René Rosnoblet.
Impromptu 8. (Qui est une double mise au point ).
Les tribulations du premier Portrait de Giono.
Un de Taninges.
Sur le Deuxième portrait de Giono.1989.
Giono et la peinture.
Portrait d'Aline Giono enfant au lavis d'encre noire.

*

Giono et les peintres : excellent site de notre amie Michèle Ducheny.