01 mars 2018

Serge.

   Le scélérat a ses vertus comme l'honnête homme a ses faiblesses. Choderlos de Laclos    Peu de photos du peintre lui-même dans ce blog à sa mémoire. Alors, comme on vient de m'en envoyer une belle...C'est bien lui, « c'est tout lui », dans son expression souvent amusée, ou malicieuse, ainsi que dans son attitude quand il écoutait, attentif, bras en croix sur la poitrine. Il est là, intact, comme s'il ne nous avait jamais quittés. Photo X. Années 90. Quand je l'ai connu - en 71 -, le mal, quel qu'il soit,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [4] - Permalien [#]

06 mars 2018

Giono. Impromptu 8.

   Je dédie ces pages à Serge Fiorio dont l'œuvre peint respire à la même hauteur que l'œuvre écrit de son cousin Giono. Pierre Magnan. Pour saluer Giono.      Venant de mettre le nez dans une liasse d'articles de journaux - certains encore assez récents - dont les auteurs s'appliquent à ne pas voir Serge autrement qu'en « peintre-naïf-cousin-de-Gi-ono », j'en sors, je dois le dire, l'esprit passablement meurtri !En effet, quel radotage intensif ! Quelle vieille antienne ! Et quel détricotage à faire,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 mars 2018

Impromptu 9.

  À écrire, on s'expose décidément à l'excès. Un mot de plus, je culbutais dans la vérité. Henri Michaux   *    C'est Jean Lescure qui parle, ou plutôt, plus précisément, qui écrit sa part dans Bachelard aujourd'hui, recueil collectif que je viens de redécouvrir : « Lorsque parut Un Été avec Bachelard, l'accueil de quelques critiques me valurent des marques d'intérêt. Me croyant écrivain devenu, “Et maintenant, à quoi travaillez-vous ?″ me demandait-on. Il m'est arrivé de répondre : “À Un Automne avec... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2018

La ferme de 1969.

    Intitulée La ferme, au crayon, à même le bois du châssis et datée de 1969 par mention manuscrite Galerie 65 au dos de son cadre, cette grande toile fait sans nul doute partie du lot exposé là, sur La Croisette, à Cannes en 1969. Exposition dont le texte de présentation, on s'en souvient, était la belle page - visiblement écrite à chaud, d'enthousiasme -  que Serge reçut un beau matin par courrier de la part de Bernard Clavel après qu'un ami commun en la personne - peu commune ! - du facteur-poète de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mars 2018

Années 40 dans l'album de 1992.

* Traduzione a cura dui Agostino Forte : Gli anni ’40 raccontati dall’album del 1992    1942. Come scrisse Paul Geniet nei suoi quaderni: “Il Vallon si è fatto silenzioso”. In realtà la fattoria si trasforma in nascondiglio e mensa clandestina dove i Fiorio sono lieti di poter dare aiuto e nutrimento agli ebrei venuti a rifugiarvisi e ai resistenti di passaggio. In questo modo salveranno numerose vite.Una mattina, all’alba, una donna venne a raccontare a Serge della scopertafatta da un gruppo di partigiani, in un... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mars 2018

De Lucienne Desnoues à Colette (1)

   C'est notre ami Pierre Renaud qui est le sourcier des précieux documents publiés ci-dessous. Je le remercie vivement de cet heureux et généreux partage dont je ne peux qu'imaginer Lucienne lui en être tout autant reconnaissante, ainsi que Colette elle-même et sans doute aussi La Société des Amis de Colette qui, en-dehors de la dédicace du recueil Les Racines, publia tout cela - alors encore inédit, bien que du vivant de Lucienne - en 2001, dans le numéro 23 de son toujours aussi riche bulletin. Pensant en faire ainsi... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2018

De Lucienne Desnoues à Colette (2).

De Lucienne Desnoues à Colette (1) De Lucienne Desnoues à Colette (3).
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 mars 2018

De Lucienne Desnoues à Colette (3).

De Lucienne Desnoues à Colette (1) De Lucienne Desnoues à Colette (2) NB : Fantaisies autour du trèfle n'a pas été édité chez Gérard Oberlé, mais - en 1992, et non 91 - aux Cahiers de Garlaban par les soins de Jean-Luc Pouliquen. L'illustration de couverture était le dessin d'un pied de trèfle Fiorio en premier plan d'un paysage. Outre Hélène Martin et Jeanine Disenhaus, Aude Marchand et Jacques Ibanès chantent eux aussi Lucienne Desnoues. *  
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]