Certains lecteurs - les abonnés d'abord - l'auront remarqué, le rythme de publication du blog Serge - créé il y a tout juste quatre ans aujourd'hui ! - est désormais moins soutenu.
C'est volontaire de ma part, bien sûr, et pour deux raisons principales ; à savoir, la première : un véritable fonds de documentation est bel et bien créé et opérationnel, il fonctionne à merveille. Pour preuve, le tableau de bord indique en effet que quatre-vingt pour cent des visiteurs viennent y consulter des articles sur tel ou tel sujet, telle période de la vie du peintre ou de l'œuvre, souvent sans même se pencher, au passage, sur l'article du jour. Ils recherchent, s'informent, viennent voir des photos (3400 ont été publiées !) et découvrir des œuvres, cela parfois à plusieurs reprises en une seule et même journée. À partir de quoi, 183.000 pages vues ont été enregistrées, la moyenne étant de 1 page 78 par visiteur.
Voilà des signes certains de bonne et même d'excellente santé du blog dont je ne peux que me  réjouir, l'on s'en doute. Les commentaires suscités (390) et les apports d'une demi-douzaine de contributeurs y participant grandement. Je ne peux rien dire, par contre, de vraiment positif des 102.000 accès et des poussières enregistrés jusque-là car je doute fort de leur réalité : je pense que la firme Canalblog " gonfle " les chiffres - à l'aide, je l'observe, de déferlantes sporadiques venant exclusivement des États-Unis - pour des raisons purement commerciales. Trucage des comptes faussement flatteur et encourageant...
Seuls les abonnés - au nombre de 21 actuellement -, celles et ceux qui se sont pour ainsi dire toujours fidèlement tenus " à jour ", regretteront donc peut-être ce changement de rythme de publication que certains d'entre eux pourront percevoir comme un " relâchement " de ma part quand j'essaie d'organiser autrement, avec vue sur le long terme. Voilà donc résumée ma première raison de moins publier.
Après quoi, on aurait bien tort de croire que je me fais sans doute plus fainéant, ou que ma passion s'émousse, car la seconde raison - qui est peut-être bien, en fait, la première - est précisément que du travail m'attend dans un autre mais tout proche domaine ! Je m'apprête en effet à sélectionner, pour les rassembler sous le titre, simplissime cette fois, de Chez Fiorio - et pour le coup sous-titré Blog-notes -, les articles publiés ici qui me paraîtront les plus signifiants et les mieux venus sur le sujet. Mais il en existe aujourd'hui un tel nombre -  900, et certains de deux trois pages - que ce n'est pas, pour moi, du petit boulot que de remettre le nez dans ces divers matériaux et d'y faire un tri qui tienne la route tout en faisant en sorte qu'un ordre en même temps y préside. Sans compter les incontournables corrections à venir et donc pas mal de réécriture en vue, c'est certain.

Livres Fiorio

Ils attendent les suivants.

L'édition d'Habemus Fiorio ! (1.000 exemplaires) ne s'étant vendue jusqu'ici qu'à moitié exactement, je n'envisage cette fois pour Chez Fiorio qu'une petite édition de trois ou quatre cent seulement, pas plus, et au format de poche encore, si ça réduit le coût de fabrication. Histoire de faire exister ce recueil sous la forme du livre à laquelle je demeure très attaché malgré toutes les contraintes ainsi que les dépenses en argent et en énergie inhérentes à ce genre d'entreprise dans un monde du livre assez déboussolé, il faut bien le dire. 
Inconvénients qu'un blog, comme par miracle, nous épargne totalement : merci Bill Gates ! En effet, n'est-ce pas un comble que le moyen d'une si grande liberté à la fois d'expression et de diffusion, ainsi que de tant d'économies d'énergie nous soit soudain devenu accessible grâce à l'une des figures de proue du libéralisme le plus outrancier ? Cela au moins surprend en même temps qu'interroge - et en un sens déjà témoigne, aussi ! - sur des mutations d'importance - ou peut-être même bien capitales - sans doute encore à venir quand elles ne sont pas déjà tout simplement en cours !

 

*

Imposture et scandale de " l'art contemporain ", épisode récent :

franceinter.fr/emissions/le-billet-de-francois-morel/26-janvier-2018

Madame_la_Maire_de_Paris_Anne_HIDALGO_NON_au_bouquet_de_tulipes_de_Jeff_KOONS_a_PARIS