Voici, communiquée par notre ami Louis Boullé, une photo qu'en 1983 son ami Serge lui offrit, accompagnée d'un petit mot et légendée au dos.

Lucien 1

Serge et Lucien 2

Lucien 2 (2)PS : je viens de m'apercevoir qu'une autre photo de Lucien Jacques, visiblement prise quelques instants plus tôt, ou plus tard, le même jour au même endroit, est répertoriée dans le dernier bulletin des Amis de Lucien Jacques - celui intitulé Lucien Jacques en images, d'octobre 2017, numéro 14. Bulletin dans lequel Jacky Michel situe, lui, la scène à Gréoux en 58 et identifie les deux autres personnages. La voici ci-dessous.

Lucien Y

 

*

Un lien : Serge Fiorio, magicien des couleurs, par Louis Boullé.

Et quelques autres concernant Lucien Jacques :

Lucien Jacques.
Aux Amis de Lucien Jacques.

Les Carnets de Moleskine.
Les poèmes de guerre de Lucien Jacques.
Album de dessins et gravures de Lucien Jacques
De la correspondance Lucien Jacques-Alfred Campozet.
Le sourcier Lucien Jacques, par Lucienne Desnoues
AG Lucien Jacques et autres informations.
Un court poème que Lucienne m'offrit.
Dans le N° 12 des bulletins des Amis de Lucien Jacques
Sur une photographie de Lucienne Desnoues.

 

*

Une invitation venant de la part de notre ami François Malabave de Fréquence Mistral :

Chers amis de la radio,
Je vais proposer une exposition exceptionnelle dans nos studios de Manosque au moment où Père Noël et guirlandes normalement les ornent...
Actuellement un photographe syrien professionnel est accueilli au CADA de Manosque et il est demandeur d'asile avec sa famille.
Il est originaire d'Alep qu'il a fuie l'année dernière et est arrivé en France cet été après un passage en clandestinité en Turquie.
Arrêté, blessé et torturé plusieurs fois par les forces syriennes et Daech, il a réussi à amener avec lui un disque dur avec de nombreuses photos et vidéos où il témoigne de l'horreur dans laquelle est plongée sa ville.
Grâce aux amis des Nuits Photographiques de Pierrevert, nous aurons une  quinzaine de clichés sur le siège et la vie (... et la mort) à Alep. Tout cela avec des tirages de qualité !
Le vernissage est prévu samedi 16 à 10 h. Je serais ravi de pouvoir vous accueillir pour cet événement journalistique et artistique. Notre Président Emmanuel Boutterin sera présent ainsi que (je l'espère) plusieurs autres  personnalités invitées et des confrères.

L'exposition sera accrochée jusqu'à la fin janvier.
Je suis à votre disposition pour toute question.

Bien cordialement,
François Malabave

*

   C’est une exposition très spéciale et qui va bien au-delà du symbole des simples décorations de Noël qui couvrent nos murs normalement en cette période.

Comment oublier que Noël (avant d’être une fête consumériste) c’est la quête d’un couple cherchant un abri pour donner la vie, en l’occurrence à l’Enfant-Jésus. Une naissance dans une étable qui va changer la face du monde. En ces temps troubles et parce que l’on ne peut rester insensibles aux foyers de guerres sur notre planète, nous présentons les clichés d’un photographe professionnel syrien originaire d’Alep et actuellement demandeur d’asile avec sa famille en France.

Louai Barakat a été emprisonné et torturé plusieurs fois pour avoir manifesté et fait son métier de reporter (AFP, Al Jazeera, BBC etc) par les forces syriennes puis par Daech. Blessé lors d’un bombardement en juillet 2016, c’est un mois après qu’il se décide à fuir Alep suite à un bombardement au chlore qui a atteint son enfant. La clandestinité en passant par la Turquie puis attente de visa et enfin arrivée en France où sa femme a accouché en août dernier à Marseille d’une petite fille.

Si dans sa chair et dans sa tête persistent les blessures de la guerre, Louai Barakat a emporté avec lui de nombreux documents photos et vidéos pour témoigner mais également pour affirmer et poursuivre son métier. Le désir de vivre tout autant que l’urgence de témoigner !

Actuellement au CADA (Centre d’accueil des demandeurs d’asile) de Manosque, Louai apprend le français et attend une décision de l’OFPRA (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides). Cette exposition à Manosque dans les studios de Fréquence Mistral et avec le soutien de l’équipe des Nuits Photographiques de Pierrevert est la marque d’un lien journalistique et artistique.

Ses clichés présentent la guerre et le siège d’Alep dans sa triste banalité. Des autobus dressés pour protéger la population des snippers, une fillette qui joue près d’une roquette, des enfants courant et riant dans une ville en ruine ou des rescapés couverts de débris après un bombardement, autant de scènes quotidiennes que l’œil du photographe a su saisir.

N’y restons pas insensibles, et sachons y lire le drame d’Alep et de la Syrie !

Louai Barakat : Alep, ma ville dans la guerre !

À voir, donc, du 16 décembre à 10 heures jusqu’au 31 janvier 2018 dans les locaux de Fréquence Mistral 43-45 boulevard des Tilleuls à Manosque.

François Malabave