Belle affluence ce samedi soir dernier à Céreste où - le 7 octobre étant comme par hasard le jour anniversaire de la naissance de Serge et celui de sa fête aussi ! - la médiathèque faisait salle comble pour la réception et donc l'inauguration de l'exposition Trois de Montjustin.

Trois de MontjustinDans la salle d'exposition. Photo Vincent Girard.

Et il en fut de même pour le récital en tous points vraiment admirable d'Aude Marchand chantant et disant ensuite du Lucienne Desnoues à deux pas de là, dans la salle du cinéma.
Comme Aude l'a déclaré elle-même, la poésie mise en chanson ne faisant généralement pas recette, heureuse surprise que cette salle bien pleine et tout autant enthousiaste ! Mais, dans le cas, en fait rien de vraiment étonnant à cela car, il faut le souligner, les qualités exceptionnelles des textes, alliées à celles toutes aussi excellentes de leur interprète, avaient ainsi fixé ce soir-là à chacun et à chacune un fort convaincant rendez-vous.
Merci et hommage à Aude Marchand de si bien chanter Lucienne via son riche répertoire à facettes. Se renforçant l'un l'autre à merveille, métier et sensibilité livrent ensemble chez elle, n'y faisant plus qu'un, le meilleur d'eux-mêmes. De plus, je crois bien que sans Aude Marchand et Régis Dejasmin (mises en musique), en salle, nulle part on n'entendrait plus du Lucienne Desnoues. Gloire à eux deux donc de nous la garder ainsi toujours si présente !

L'accueil en chacun des deux lieux heureusement voisins fut des plus chaleureux, comme c'est toujours le cas sous les auspices de Marie-Flore Bernard la directrice. Mais, cette fois-ci, encore plus particulièrement que d'habitude puisque Serge Fiorio fut un très proche ami de ses parents dès le milieu des années cinquante.
En effet, c'est en 1956 que l'arlésien Paul Geniet - avec qui Serge avait été mobilisé en 39 et qui, depuis ce temps, était resté son ami fraternel - a la bonne idée d'emmener avec lui trois jeunes arlésiens de son entourage et de belle sensibilité à Montjustin pour leur faire partager, et du coup augmenter aussi, pour quelques jours, le joyeux art de vivre de la tribu Fiorio, tout en leur permettant en même temps de découvrir et faire connaissance avec la peinture de Serge.

La tribu fiorioL'accueil devant la maison Fiorio. Photo Lucien Clergue. 1956.

Le jeune trio se compose d'André Bernard qui sera d'abord collectionneur par passion de la littérature et du cinéma, puis également spécialiste de la chanson française, manager d'artistes. Celle qui l'accompagne n'est autre que sa jeune amie et future épouse Josy Andrieu qui fera bientôt elle-même une belle carrière à Paris dans la chanson et l'opérette. Le troisième et dernier du lot étant un tout jeune photographe d'à peine plus de vingt ans dont tout le monde va aussi bientôt entendre parler : Lucien Clergue !

Photo de Serge, Clergue, André BernardQuarante-cinq ans plus tard, en janvier 2001 : Serge, Lucien Clergue et André Bernard, photographiés ici à Reillanne.

Je reviendrai bien sûr sur cette manifestation de Céreste proposée par la bibliothèque départementale du 04, Vincent Girard en étant à la fois l'inventeur et le maître d'œuvre. J'y reviendrai peut-être bien - histoire de faire le point - après la conférence adjacente et complémentaire que Jacky Michel et moi-même allons maintenant donner sur la vie et les œuvres de ces trois personnalités particulièrement marquantes de la vie artistique en pays de Haute-Provence.
Rendez-vous donc le samedi 14 octobre à 16 heures précises, non pas à la médiathèque mais dans la salle du cinéma où nous vous attendons nombreux et participatifs !
Un livret d'accompagnement de seize pages comportant photos, citations, textes inédits, etc, sera à cette nouvelle occasion de nouveau mis gratuitement à la disposition du public.

À samedi j'espère !