Bonjour à tous,
J'ai envoyé cette tribune avec le mail ci-dessous à une dizaine de médias de la presse nationale.
Seriez-vous d'accord pour tenter de la diffuser dans la presse locale de votre département, dans la presse spécialisée à laquelle vous êtes abonnés, blogs, etc ?
Merci par avance pour ce que vous pourrez faire et merci à ceux qui ont déjà pris cette initiative avec les précédents articles.
Et merci aussi à ceux d'entre vous qui sont indisponibles, fatigués ou pas en mesure de répondre à ma demande, de ne pas m'en vouloir pour ces courriers.

Avec mon amitié,
Marie-Christine.
marie-christine.talon@neuf.fr

 

*

 

Radhia Nasraoui

Plus de 42 jours de grève de la faim. Silence et inaction indignes du Gouvernement tunisien.

   Radhia Nasraoui a engagé le 11 juillet une grève de la faim pour protester contre la décision du Gouvernement tunisien de retirer la protection permanente assurée par la garde présidentielle dont bénéficiait son mari, Hamma Hammami, leader de la Gauche tunisienne, porte-parole du Front Populaire. Hamma Hammami et sa famille sont pourtant toujours sous menace de mort des terroristes.

Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, fondateurs et dirigeants du Front Populaire ont tous les deux été assassinés en 2013 devant leur domicile. Le gouvernement tunisien attend-il un troisième assassinat ?
Le devoir de l'Etat n'est-il pas de protéger ses citoyens, en particulier les plus menacés ?
La soustraction à ce devoir est immorale et inhumaine. Elle est considérée par le Droit international comme non-assistance à personne en danger.

Radhia Nasraoui est depuis plus de 42 jours en grève de la faim. Elle a 64 ans et a consacré toute sa vie au combat militant pour le respect des Droits Humains et à l'action contre le despotisme et la dictature et fondé l'Organisation Contre la Torture en Tunisie (OCTT).
Son état de santé en est aujourd'hui d'autant plus fragilisé.

Radhia et Hamma sont des artisans de justice et de paix. L'inaction et le silence du Gouvernement tunisien face au danger terroriste qui les menace lourdement est indigne et irresponsable.

J'en appelle à tous les démocrates qui souhaitent que ne s'éteignent pas les acquis de la Révolution tunisienne, pour faire entendre la voix de Radhia Nasraoui et favoriser la protection de Hamma Hammami et de sa famille.

Marie-Christine Talon
Présidente de l'Association de Soutien et de Promotion de l'Organisation Contre la Torture en Tunisie (ASPOCTT)

L’OCTT a été fondée et est présidée par Radhia Nasraoui.

 Radhia Nasraoui a entamé une grève de la faim le 11 juillet 2017 pour dénoncer le changement du système de protection de son mari Hamma Hammami, porte-parole du Front Populaire.

Photo Mohamed Haddad

*

Dernières nouvelles

    À son 47eme jour de grève de la faim, Radhia Nasraoui décide de tenir une conférence de presse dans les locaux du Syndicat national des journalistes tunisiens, demain 24 août à 10h.

Cette décision fait suite à la montée de la mobilisation de ces derniers jours en Tunisie et à l'international. Des rassemblements de sont tenus devant les gouvernorats de Tunis, Kairouan, Gafsa, Sfax, Sousse et Nabel. Deux délégations se sont rendues aujourd'hui au chevet de Radhia. La première était composée d'un nombre important de représentants de la société civile (UGTT, UNFT, LTDH, FIDH, FTDES, Organisation Égalité Tunisie, AJAT, SNJT), la seconde de représentant du Front Populaire et de parlementaires.
Dans les deux cas, tous et toutes ont demandé à Radhia d'arrêter sa grève en s'engageant à continuer la lutte. Mais surtout, ils considèrent qu'elle a déjà gagné comme le prouve la mobilisation en Tunisie et à l'international, et comme le prouve aussi le silence des autorités qui ne fait que dévoiler leurs desseins.
Dans ce contexte, Radhia Nasraoui leur a promis de donner sa réponse demain lors de la conférence de presse.

Restons mobilisés.

Hubert et Marguerite.

Tribune libre : déclaration de madame Radhia Nasraoui.