« youtu.be/Giovanni Battista : ça me rappelle avec force les riches et féconds après-midis passés dans l’atelier. »

   Voici, lapidaire d'aspect seulement, l'envoi (dont je la remercie vivement) reçu d'une proche de Serge qui, réécoutant aujourd'hui ce fameux Stabat Mater dolorosa se retrouve donc, impromptu, rétrospectivement de nouveau immergée en cette atmosphère - où, très présente, la musique (baroque surtout) accompagnait avec bonheur la peinture qui en est une autre, sous une autre forme - baignant le temps vécu à l'atelier qu'un nombre incalculable de gens ont connue et appréciée.
Atmosphère restant souvent pour chacun, il est vrai - dès l'accueil -, à jamais magique et magnétique par-delà sa toujours très égale rustique simplicité.
« La visite à Serge » en son atelier devint même pour un certain nombre parmi les plus fervents - gens du pays ou bien des antipodes - une sorte d'amical rituel mis en place et très volontairement respecté.

Que ce fut un tout petit quart d'heure en passant ou l'espace d'une large après-midi toute entière, il s'agissait bien, là, c'est vrai, à chaque fois, d'un temps de nature hors-norme, suspendu en quelque sorte, pouvant se situer, selon les sensibilités, aussi bien à l'interface entre tous les rêves possibles et la réalité qu'à leur carrefour immédiat.

Stabat Mater

Puissance et gravité ontologiques s'y donnant elles aussi rendez-vous en même temps : ce que restitue bien l'écoute de ce très intense Pergolesi qui fait maintenant écho à ce temps enfui et caisse de résonance à tout ce qui a donc plus particulièrement laissé son empreinte en l'âme de cette fidèle d'entre les fidèles au cours de ses multiples haltes chez Serge, à Montjustin.

Bonne écoute donc, en partage avec elle !

 

*

Traduzione a cura d'Agostino Forte :

 

Da parte di una stretta amica di Serge

 

« youtu.be/Giovanni Battista questo mi ricorda con forza i ricchi e fruttuosi pomeriggi passati nell’atelier. »

   Ecco qua, lapidario solo in apparenza, l’invio (di cui ringrazio vivamente) ricevuto da una stretta amica di Serge che riascoltando oggi questo Stabat Mater dolorosa* si ritrova, improvvisamente e retrospettivamente, nuovamente immersa in quella atmosfera – nella quale l’immancabile musica (soprattutto barocca) accompagnava felicemente la pittura, anch’essa melopea sotto altra forma – atmosfera conosciuta e apprezzata da un considerevole numero di persone e pervadente quei momenti trascorsi all’atelier.
Atmosfera che spesso resta per ciascuno, oltre alla sua immutabile semplicità, e davvero – fin dall’arrivo -, affatto magica e magnetica. « La visita a Serge » nel suo atelier divenne per un certo numero di suoi estimatori – gente del posto o d’altrove – anche l’instaurazione di una sorta di amichevole rituale meticolosamente rispettato.
Fosse l’occasionale fuggevole quarto d’ora o lo spazio di un intero pomeriggio, si trattava, per ognuna di quelle occasioni, di un tempo fuori dall’ordinario, in qualche modo sospeso, potendo situarsi, a seconda delle sensibilità, ad interfaccia tra tutti i sogni possibili e la realtà come pure nel loro improvviso punto d’incontro.
Possanza e solennità ontologiche che si danno contemporaneo appuntamento: questo restituisce in maniera adeguata l’ascolto di questo intensissimo Pergolesi nel farsi ora eco al tempo fuggito e cassa di risonanza per tutto quello che più particolarmente ha lasciato la sua impronta nell’anima di questa ammiratrice tra gli ammiratori nel corso delle sue molteplici soste da Serge, a Montjustin.

E allora un buon e condiviso ascolto con lei!

 

*: https://youtu.be/1SfZJQ7cXV4 Stabat_Mater

 

Il Cristo Crocifisso tra Maria e San Giovanni (retablo borgognone c

  Cristo Crocefisso tra Maria e san Giovanni, retablo borgognone (circa 1500)