Leurs sensibilités étant proches, cela fit tout de suite d'eux trois des amis véritables. N'empêche - mais contrairement à Jean Mogin, son époux (Texte de Jean Mogin) - Lucienne n'a jamais rien écrit - qui sait pourquoi ? - sur la peinture de Serge et c'est regrettable car son talent de grand poète inspiré était, entre tous, tout particulièrement à même de pouvoir rejoindre celui du peintre exerçant le sien en son monde sur chacune de ses toiles.

Par contre, elle célébra bien souvent, aussi bien oralement que par épistoles, ou encore par poèmes interposés, l'esprit et les mœurs vivifiants de la tribu Fiorio toute entière et s'attacha aussi à faire plus spécifiquement honneur à l'un ou l'autre de ses membres (La vigne d'Aldo, La centenaire au jardin, par exemple). Tribu Fiorio dont Lucienne et Jean reconnaissaient eux-mêmes avec bonheur faire partie à part entière de l'heureuse et vaste constellation. Au fil du temps montjustinien, ils en partagèrent en effet toutes les joies et, pareillement, prirent part à chacune de ses épreuves, à chacun de ses deuils et de ses coups du sort.

Natures mortes 1

Carde coeurDétail : cœur de La Grande Carde, 1960.

Natures mortes 2

 *

Quelques liens :

Travail et mobiles poétiques par Lucienne Desnoues.

Bonne et heureuse année 2017 ! Préface Desnoues

Marcel Thiry et le tournoi...par Lucienne Desnoues.

Pour Marcel Thiry par Lucienne Desnoues.

Pour Marcel Thiry par Lucienne Desnoues.

Fantaisies autour du trèfle.

Noël de la maison neuve par Lucienne Desnoues.

Sur une photographie de Lucienne Desnoues.

De Lucienne à Serge

Note de service d'époque et de la main même de Lucienne XIV à son maître jardinier.

De Villon ... à Desnoues par Ismaël.

Lucienne Desnoues ou la poésie de la terre.

Causerie de Lucienne Desnoues. 1ère partie.

Causerie de Lucienne Desnoues, suite et fin.

Rencontre et article de Claude-Henri Rocquet

Lucienne Desnoues, clin d'œil dans un livre d'or.

Lire Lucienne Desnoues

L'orme et le cerf perdent leurs branches par Ismaël.

Quelques traits rouges et une baguette de Sourcier par Gérard Allibert.

La vie...gne de Jean Mogin.

La vigne d'Aldo par Lucienne Desnoues.

Le sourcier Lucien Jacques, par Lucienne Desnoues.

Après vingt ans par Lucienne Desnoues.

Hors-d'œuvre spirituel par Lucienne Desnoues.

Entre Lucienne Desnoues et Jean Mogin.

Une épistole de Lucienne Desnoues aux Fiorio

Un court poème que Lucienne m'offrit.

*

Pour Henriette et Émile Lauga.

Un mot de la part d'Angélique Pasternak au nom des Amis des Arts de Reillanne et de l'Association l'Alicorne :

Chers Amis des Arts,

Ainsi que je vous l'annonçais par mail le 24 Avril, le street-artiste colombien STINKFISH a réalisé un beau portrait d'Henriette et Émile LAUGA à partir de la photo qui avait été faite d'eux par Henri Cartier-Bresson.
Ce portrait trône sur le mur de l'Office de Tourisme de Reillanne et non sur la place comme prévu auparavant.
Vous êtes cordialement invités à venir le découvrir lors du vernissage organisé par l'Alicorne.
Très cordialement,
Angélique Pasternak

invitation-STINKFISH

LAUGA#2 copie