21 janvier 2017

De Paul Caso.

   Cet article - très certainement paru dans le journal Le Soir - est du critique belge Paul Caso pour l'exposition Fiorio de l'hiver 1974 à la Galerie Albert 1er à Bruxelles. C'est par l'entremise de son ami Jean Mogin que Serge put exposer chaque fois dans de bonnes conditions dans cette capitale. Autre article de Paul Caso : Dans Le Soir. Belgique. Principales expositions Fiorio. Texte de Jean Mogin. Jean Mogin. De nouveau Jean Mogin. La vie...gne de Jean Mogin. Une lettre de Jean Mogin. L'orme et le cerf... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 janvier 2017

Il y a une poignée d'années déjà

   Il y a une poignée d'années déjà - fin 2010 - mes enfants avaient la bonne idée, dont je les remercie et les félicite encore, de m'inviter fermement à lâcher ma chère vieille machine à écrire, mes papiers carbone, mon blanco et tout le reste de mes familiers petits ustensiles d'écriture, pour me mettre ex abrupto à « l'ordi » et y corriger la version définitive de Pour saluer Fiorio qui paraîtra en juillet 2011 après que chacune de ses pages en ait été lue à Serge durant l'automne. Puis, après son décès de janvier 2011,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 janvier 2017

Une lettre de Maximilien Vox.

   L'image et le nom de Maximilien Vox ayant fait surface au cours d'un récent "passage en revue" de photographies chez Jacky Michel le président de l'Association des Amis de Lucien Jacques, m'est revenu en mémoire cette lettre reçue de lui en réponse à une double question que je lui avait posé : pourquoi s'était-il installé en Haute Provence et qu'est-ce qu'il en était ? Si j'ai tout de go décidé de la publier ici c'est parce qu'il me semble que son contenu dépasse, et de loin, le cadre de la correspondance privée et... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 janvier 2017

La lettre d'un admirateur 1

   Ci-dessous, voici - assortie d'une locution latine incomplète, la deuxième partie étant peut-être ainsi laissée volontairement sous-entendue - la lettre d'un fervent admirateur luxembourgeois qui ne rencontra jamais Serge mais - dans les décennies soixante-dix quatre-vingt - collectionna ardemment les Fiorio. Fiorio ayant une certaine particularité : tous sujets confondus pourvu qu'ils soient de tout petit format, pas plus hauts qu'une main grande ouverte. La collection ainsi constituée dépassa la cinquantaine de pièces... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 janvier 2017

La lettre d'un admirateur 2, par François Mangin-Sintès.

   Serge m'a souvent parlé de cet admirateur luxembourgeois dont, avant-hier, tu publiais une courte lettre : La lettre d'un admirateur 1. Il aimait beaucoup ce genre de personnage, volubile au téléphone, à la voix tonitruante comme tu dis si bien. Vrai, ils ne se sont jamais rencontrés. Chaque fin d'année - 1970-1985, tu étais présent, tu seras plus précis - un tableau lui était expédié par la Poste. Mais ce qu'il me souvient, c'est que la cadence de ses commandes devenait régulière, au moins deux tableaux par an, formats... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 janvier 2017

La lettre d'un admirateur 3 par François Mangin-Sintès.

   Merci d'avoir publié mes impressions à propos de ton article du 26 Janvier. (Lire La lettre d'un admirateur 1 et La lettre d'un admirateur 2, par François Mangin-Sintès). D'abord, tu rends un hommage mérité à cet admirateur luxembourgeois. Ensuite, afin d'enrichir l'histoire que tu construis de document en document, de témoignage en témoignage, toujours accompagnée d'une approche critique riche et variée sans doute prometteuse de nouveaux talents, il me semble que  donner un nom à cet admirateur, citer son nom,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2017

Une lettre de 44

  Il est peut-être utile de rappeler ici, en préambule à cette courte lettre, qu'après la démobilisation de l'armée française par Pétain, la famille Fiorio a passé le temps extrêmement tourmenté de la dernière guerre à la ferme du Vallon, près de Campsas, dans le Tarn-et-Garonne. Ferme qui s'est très vite transformée en relais pour la Résistance au sein de laquelle les Fiorio furent très actifs, bien que sans armes, en hébergeant et nourrissant nombre de Résistants ainsi que d'enfants juifs que leur confiait un réseau de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]