01 décembre 2016

Qui et quel qu'il soit...

   Qui et quel qu'il soit, mais étant autodidacte, le peintre a plus de chance de rester fidèle à lui-même, d'arriver jusqu'à faire de son travail le journal de bord de sa création, les alignant et les faisant s'emboîter délicatement l'un dans l'autre en direct sans même y penser, sans problème, les unifiant en l'œuvre en somme. Peindre est alors une autre naissance, d'envergure, naissance à soi-même, intérieure, summum de l'art. C'est le cas de Serge parmi tant d'autres qui ont toujours su battre et voler de leurs... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2016

Un dessin non daté. Années 60 ?

   De composition stricte, rappelant assez fidèlement - pour ceux qui en connaissent le lieu - la position de la place-forte de Montjustin dans le paysage luberonien, ce dessin me semble répondre à un besoin profond en le satisfaisant très volontairement sur la feuille et révéler ainsi, au grand jour, l'emprise de l'esprit de géométrie sur celui du peintre. État de fait dont ce dernier ne s'est d'ailleurs lui-même jamais caché, déclarant, au contraire, à maintes reprises : « Comme un jeu, belles devinettes proposées à... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2016

D'un proche et d'un lointain passé.

   Voici le pépé Fiorio, Émile, Milou, le père du peintre. Il remonte du jardin du bas, près de la source qui coule gros comme le pouce ; mais ce jour-là, ses paniers sont vides, ou presque, semble-t-il. Fidèle à lui-même, il est ici - emblématique entre toutes - l'une des hautes figures majeures et donc significatives de la vie à Montjustin dans les années cinquante-soixante, avant que tout ne s'accélère et ne finisse par aller trop vite : illustration parfaite de la vie "au pas". Un certain rythme allant de pair avec un... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 décembre 2016

Trois demi-poires de Serge Fiorio.

Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 décembre 2016

Des Amis de Lucien Jacques.

Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 décembre 2016

Pour en revenir... par Gérard Dressay.

Cher André, Pour en revenir à ma lecture du blog, je ne suis toujours pas d’accord avec toi quand tu reconnais dans la peinture de Serge Fiorio des implications religieuses plus ou moins avouées; en revanche, j’y trouve un sens du « sacré » très prégnant, mais je précise que selon moi le sacré est immanent au profane. C'est là une autre façon d’exprimer une idée directement inspirée d’un passage du Pour saluer Fiorio (p. 232) : « L'art de Serge (…) nous libère en quelque sorte de la réalité en la réinventant sous nos yeux à la... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 décembre 2016

Après vingt ans par Lucienne Desnoues.

   Retrouvé, celui-là, dans le bulletin numéro 34 de l'Association des Amis de Jean Giono, je crois bon de sortir aujourd'hui des oubliettes cet autre texte de Lucienne où, comme à son habitude dans ses célébrations d'écrivains ou d'artistes qu'elle aime, elle fait un peu - comme en douce, mais pas de façon consciente ni directement explicite - le portrait d'elle-même ; donnant, du coup, des clefs utiles et précieuses ouvrant des portes sur son propre credo d'artiste ainsi que sur les subtilités et les arcanes de son art... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 décembre 2016

Deux pages de Pierre Magnan.

   C'est en 1986, quatre années, donc, avant la publication de son magistral Pour saluer Giono, que Pierre Magnan rédige sur demande, à l'adresse de Jacques Ibanès, deux pages - passionnelles et passionnantes sur Giono - visiblement sorties de sa plume avec force d'un seul jet très direct. D'autre part, pas besoin d'être graphologue émérite pour s'apercevoir que l'écriture manuscrite témoigne elle aussi, c'est assez évident, de la forte et vive émotion irradiant de leur contenu. Pour Jacques Ibanès, il s'agissait alors de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 décembre 2016

Giono jeune par Pierre Magnan.

   Je publiais hier deux riches pages manuscrites que Pierre Magnan avait adressées à Jacques Ibanès à propos de Giono. En voici le lien : Deux pages de Pierre Magnan. Le jour d'avant j'avais fait de même pour quelques autres - Après vingt ans - dues celles-là à la plume de Lucienne Desnoues, les exhumant d'un vieux numéro d'hommage au même grand écrivain dans le formidable contenu duquel je découvrais - redécouvrais, en fait - d'autres pages encore de Magnan qui sont, du coup, reproduites ici aujourd'hui. Parce qu'il m'est... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 décembre 2016

Attention libraires !

   Il y a longtemps que je voulais mettre un peu les libraires sur la sellette, et puis, une chose l'autre...J'avais cependant dans ma réserve pour le blog un papier déjà à moitié rédigé. Mais aujourd'hui, un ami vient de m'envoyer une pétition à signer www.change.org/p/lecteurs-unissons dans laquelle un éditeur fulmine contre les tarifs de la poste concernant les envois de livres ; ce qui, moi, du coup, me relance à propos des libraires, me mettant le pied à l'étrier pour terminer l'article laissé en chemin. Les façons de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]