01 octobre 2016

Un peintre du sud de la France par Hubert Fichte, traduit de l'allemand par Pierre Schwob.

Un peintre du sud de la France Monjustin et Serge Fiorio par Hubert Fichte Traduit de l'allemand par Pierre Schwob    Serge Fiorio est influencé (comme peu d'artistes peintres de notre époque) par les paysages qui l'entourent. En l'espace de douze ans, il ne les aura quittés que pour quelques jours. Afin de comprendre Serge Fiorio et son œuvre, il est nécessaire de connaître le lieu où il travaille : Montjustin se trouve entre Aix et Manosque – entre Jean Giono et Paul Cézanne. Comme la mer a formé les collines et les... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 octobre 2016

Des commandes.

   Artiste consciencieux, il faut être assez sûr de soi et de son métier pour pouvoir accepter des commandes. Rien qui ne stimule plus Serge que de confronter son art et d'accommoder son quotidien plaisir de peindre à certaines demandes quand celles-ci, restant sur son chemin, s'accordent à son monde ; le désir d'un tiers devenant point de départ : un tableau de telles ou telles dimensions, avec de grands beaux arbres en nombre au second plan, une petite moisson sous un vaste ciel d'orage; ou tout autre paysage plus précis,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 octobre 2016

Genèse de La Grande souche par le peintre lui-même.

La Grande souche 1960 - 89x116 cm. « Rentré chez moi...je l'ai peinte de mémoire, en la réinventant » Voir aussi au 13 mai 2014 pour d'autres renseignements concernant ce qui est arrivé à cette belle bête : La Grande Souche.
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 octobre 2016

Trois anecdotes.

   Deux m'ont été rapportées par Serge lui-même, la dernière j'y ai assisté. La première se situe un dimanche sur la place de Taninges (?) où il croise un inconnu qui l'interpelle ainsi : - Bonjour monsieur, je cherche l'idiot du village... C'est moi ! lui répond-t-il. Oh pardon !  fait l'autre qui alors s'enfuit aussitôt. * La seconde eut lieu à Montjustin. C'est la maman Fiorio, déjà âgée, qui ouvre la porte à quelqu'un s'étant annoncé par téléphone pour une visite de l'atelier : - Entrez, entrez ! Bonjour... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 octobre 2016

Pour Marcel Thiry par Lucienne Desnoues.

  On le sait par l'usage que je fais habituellement de ce blog depuis maintenant tout près de trois ans : en bon bas-alpin, je n'aime pas "laisser perdre". En fait, je l'ai même créé pour ça : sauvegarder et valoriser tout ce qui autour de Serge ou le concernant directement mérite, selon mes critères, de ne pas tomber aux oubliettes. Aussi, quand ce matin de bonne heure le texte de Lucienne Desnoues qu'on va lire m'est arrivé entre les mains, constituant - si j'ose m'exprimer ainsi - un royal petit-déjeuner spirituel, je n'eus,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 octobre 2016

Rarissime photo...

   Rarissime photo de Serge parmi les ouvriers de la carrière de Taninges, ou bien prise sur un autre de leurs chantiers, pas loin. Selon toute vraisemblance, lui n'y travaille plus, étant sans doute venu ce jour-là en visite amicale et, aidé d'un retardateur, faire la photo-souvenir ! Les ayant tant tous dessinés, pliés en deux vers le sol, bourrant le concasseur jusqu'à la gueule ou cassant vaillamment du caillou à la masse, ayant croqué sur le vif leurs attitudes les plus familières pendant les temps de pause ou de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 octobre 2016

Pierre Ricou. In memoriam.

    Avant hier ont eu lieu les discrètes et émouvantes obsèques de l'ami Pierre Ricou au cimetière de Forcalquier. Quelques-uns de ses proches ont à ce moment-là tenu à dire Pierre, l'homme, sa ferveur, le militant pour un monde meilleur, écolo, équitable. Et sa défense, aussi, du grand métier de photographe. Le connaissant bien, ils l'ont fait, chacun, en usant de mots simples, qui sonnaient justes, car doublés de la forte chaleur humaine émanant de leur amitié avec « le couple Pierre-Viviane, Viviane-Pierre »... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 octobre 2016

Mes rencontres avec l'œuvre par Pierre Magnan.1992.

Ce texte fait aujourd'hui partie du recueil Ma Provence d'heureuse rencontre. Denoël 2005 (avec une photographie de Pierre Ricou) et Folio 2007.   *
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 octobre 2016

Le viager des Roure.

   Pour petite entrée en matière de cette lettre, il faut savoir que monsieur et madame Roure formaient le dernier couple de paysans habitant dans le village même, les autres étant tous dans leur ferme de l'une ou l'autre vallée que Montjustin domine. Âgés tous les deux, sa femme malade, monsieur Roure attèle encore tel jour courageusement son mulet pour aller tenter de sauver son foin bien sec des trombes d'eau promises par un gros orage qui, soudain très menaçant, occupe tout le ciel, cherchant à éclater. Quelque peu... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 octobre 2016

Derrière la nerveuse trotteuse...

   Au souvenir vivant de Philippe Cottenceau, 3 septembre 1957 - 30 octobre 2006.    Derrière la nerveuse trotteuse en talons aiguille des montres, derrière le tic tac, lui plus lent et pour cela plus maternel des horloges, par-delà les chiffres des calendriers papier, mécaniques ou électroniques, est un autre temps, d'un autre ordre, peut-être en creux, ou parallèle, en tout cas le plus poétique au sens véritable du terme : celui où l'on peut toujours rejoindre les autres quelque part, une multitude de gens et de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]