14 septembre 2016

Une lettre du 22 mars 1942.

* GEORGES POMPIDOU : UN PRÉSIDENT PASSIONNÉ DE POÉSIE    Par sa formation, ses goûts, ses rencontres, ses écrits, sa réflexion et son action, Georges Pompidou qui fut Président de la République Française du 15 juin 1969 au 2 avril 1974, après avoir été le Premier ministre du général de Gaulle du 16 avril 1962 au 10 juillet 1968, nous permet de mettre en lumière une préoccupation poétique au centre même du pouvoir.  Il s'agit ici de la saisir dans toute son ampleur, de la suivre dans le développement... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 septembre 2016

Ah monsieur Fiorio...

   Dans Pour saluer Fiorio, à divers passages, je rapporte fidèlement certaines paroles de visiteurs admiratifs de la peinture de Serge, notamment celle-ci, bifrons, car en forme de double déclaration d'amour : « Ah, monsieur Fiorio, j'adore votre peinture ! » Ce à quoi je raconte que Serge avait spontanément répondu : « Ah oui ? Eh bien moi aussi ! » Boutade-réplique réactionnelle savoureuse à cœur, à souhait, par laquelle, d'un bond, il descend de lui-même du piédestal où l'on pensait soudain pouvoir le placer à... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 septembre 2016

Constant Rey-Millet. 1

Constant Rey-Millet 1905-1959.    Voilà une personnalité dont, je crois, il n'a encore jamais été question ici. Il s'agit du peintre contre lequel Giono, dans une lettre, met vigoureusement en garde Serge, considérant sa peinture trop intellectuelle : « Te méfier de Rey-Millet, je parle au point de vue peinture seulement ». Et il souligne : « C'est l'homme qui peut te faire le plus de mal au monde », puis il poursuit : « Peinture cérébrale uniquement basée sur l'intelligence, juste ce qu'il ne faut pas que tu apprennes » ... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 septembre 2016

Constant Rey-Millet 2

   Voici une feuille volante - visiblement un brouillon - sur laquelle Serge retrace lui-même une partie de son parcours. Elle a attiré mon attention car, au verso, il y évoque Constant Rey-Millet qui était le sujet du billet d'hier : sergefiorio.canalblog.com/archives/2016/09 17 Personnellement, je pense que dans son enthousiasme, et comme il sait habituellement si bien le faire en cet état, Serge, avec délice, exagère. (Ce qui est endémique dans la famille, avec Giono en figure de proue). Certes, isolé comme il l'était... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 septembre 2016

Constant Rey-Millet 3

   Battons le fer pendant qu'il est chaud ! Et ajoutons à l'approche en cours du peintre Constant Rey-Millet par d'autres documents, notamment une seconde et dernière lettre à Serge postée d'Aix-en-Provence à la Pentecôte 1942. L'autre venant d'Aix aussi, était datée d'octobre 41. Seules ces deux lettres subsistent dans ses archives alors que, ne serait-ce que de ces années-là, il y en eut d'autres, c'est certain puisque les deux peintres n'ayant plus le loisir de se rencontrer fréquemment comme au temps de leur proche... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 septembre 2016

Constant Rey-Millet 4

Constant Rey-Millet Portrait de Serge au crayon  par  Constant Rey-Millet, sans date. Années 30. * Un lien vers le blog de notre ami Stéphane Rochette, spécialiste éclairé de l'œuvre de Rey-Millet-Rey-Millet.  ►  2012 Galerie SR Paris. Sur le même sujet : Constant Rey-Millet. 1Constant Rey-Millet 2Constant Rey-Millet 3 Constant Rey-Millet 4  
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2016

Pour faire le portrait d'un agneau : scène de la vie à Montjustin, fin des des années 50.

   On se croirait devant une capture d'écran tirée d'un film de la vie de Serge alors qu'il s'agit, en partie, bel et bien de théâtre ! En effet, trois générations de Fiorio (Émile le père, Serge et son jeune neveu Daniel, le fils d'Aldo) se prêtent à la mise en scène, éclairage compris, qu'a concocté et leur a ensuite proposé Robert Doisneau pour faire sa photo ! Chacun y interprête très naturellement son propre rôle cependant que, contre toute attente, la scène n'est pas jouée dans l'atelier proprement dit, mais dans la... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2016

Monsieur Fiorio...

Serge en train de traire.Photo Robert Doisneau, fin des années cinquante-début soixante. RICHES HEURES de Lucien Jacques interprétées par Jacques Ibanès et illustrées par Serge Fiorio.
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2016

Que du bleu !

   Le bleu ne fait pas de bruit. C'est une couleur timide, sans arrière-pensée, présage, ni projet, qui ne se jette pas brusquement sur le regard comme le jaune ou le rouge, mais qui l'attire à soi, l'apprivoise peu à peu, le laisse venir sans le presser, de sorte qu'en elle il s'enfonce et se noie sans se rendre compte de rien. Le bleu est une couleur propice à la disparition. Une couleur où mourir, une couleur qui délivre, la couleur même de l'âme après qu'elle s'est déshabillée du corps, après qu'a giclé tout... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 septembre 2016

Le goût d'écrire des lettres.

   Parce qu'issu d'une génération où l'on écrivait bien plus longuement, bien mieux en général, en tout cas bien plus souvent qu'aujourd'hui - pas besoin alors, pour s'y mettre et se trouver inspiré, d'avoir à s'installer dans d'extravagantes chambres d'écriture à la mode spectaculaire de celles des Correspondances de Manosque ! - écrire a toujours été pour Serge, non une occupation ou un loisir,  mais une activité familière, j'allais même employer le mot domestique, afin de maintenir le contact avec ses amis et, dans... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]