13 juillet 2016

Bonjour André, par François Mangin-Sintès

Bonjour André, Quand je pense à cette pluie d'éloges dans les extraits de presse de fin 50 début 60 et, en contrepartie, à ces longs silences qui ont succédé à cette période bénie de la critique, mises à part quelques rares bonnes voix sincères et délicates, je pense surtout à Serge qui n'a eu de cesse de poursuivre son chemin sans se soucier du moindre commentaire ou pas. Quel travail accompli depuis ces années jusqu'à l'extrême limite de ses forces de vie ! Et combien il fut mille fois récompensé par le bonheur retrouvé sur les... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2016

Lucienne Desnoues à Gréoux.

   Je me suis rendu avant-hier soir au vernissage de l'exposition Lucienne Desnoues qui se tient à la Médiathèque Lucien Jacques de Gréoux-les-bains jusqu'au 27 août. J'y suis allé avec joie, une joie multiple : d'abord parce que j'ai bien connu Lucienne, en ami, que j'apprécie - et approuve aussi de tout cœur - son œuvre de grand poète et parce que cette exposition, comme je l'ai déjà écrit sur le livre d'or, vient réparer une injustice. Injustice d'un silence qui s'est maintenu pendant des années, et déjà bien en amont... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 juillet 2016

De tous mes états d'âme...

« De tous mes états d'âme, la neige est celui que je préfère. » Certes, Serge aurait bien pu faire sienne, en tout bien tout honneur, cette pensée de Jules Renard; mais cependant pas telle quelle : il lui aurait alors fallu l'approfondir et la préciser plus en détails tant ses propres Neiges, irréelles, graves, sombres ou le plus souvent lumineuses, peuvent jouer sur des registres parfois opposés, en tout cas à chaque fois tellement différents. Sur chacune, la neige elle-même - matière peinte de diverses façons, de qualité... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juillet 2016

Comptine des douze mois.

  Le beau est ce qui donne à vivre l'innocence du monde.  Eugène Guillevic Remontée des profondeurs de la mémoire, j'ai trouvé que cette Comptine des douze mois qui a bercé et enchanté bien des gamins et gamines d'autrefois pouvait fort bien aller ici, bras-dessus, bras dessous, avec la peinture de Serge. Laquelle, avec le monde de l'enfance et celui des saisons a toujours été de plain-pied. (Mais la mémoire ayant ses bons et ses mauvais côtés, j'espère seulement ne pas l'avoir déjà publiée...) Les Quatre Saisons,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juillet 2016

Raymonde Tillon.

   C'est par l'article paru dans L'Écholatain - blog de mon ami le savoyard Edmond Burnet-Fauchez - que je viens d'apprendre le décès de la-resistante-communiste-raymonde-tillon-nedelec NB : à ne pas confondre avec l'autre résistante célèbre, Germaine Tillion et non Tillon. Elle était la seconde épouse de Charles Tillon avec qui elle vécut onze années à Montjustin quand celui-ci - accusé, en 1952, de déviationnisme par Jacques Duclos en personne - quitta ses hautes fonctions au sein du comité central du parti... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juillet 2016

Le Luberon (et non Lubéron !)

   « Ce cher Luberon ! » C'est là, depuis l'année 1947, le grand grenier à rêves, la montagne magique, la montagne sacrée ! Pour preuve, une nuit des années soixante - qui ont peut-être bien été parmi les plus riches et les plus prolifiques, sur bien des plans, dans la vie des Fiorio - un beau solide cheval, géant et multicolore, fioresque Pégase sans aucun doute possible puisque « Ne lui manquait que les ailes ! » selon les mots mêmes de Serge, apparaît soudain au peintre endormi dans sa chambre et se déplace par bonds et... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [3] - Permalien [#]

24 juillet 2016

Un témoignage

  Bonsoir,             Avant de naviguer entre Nancy et Lille pour mes études, j'ai grandi en Provence (dans le sud du Luberon). Mon père connaissait Mr Fiorio: il appréciait à la fois le personnage et ses œuvres (tout particulièrement les carnavals qui lui rappelaient certains épisodes de sa "jeunesse"). Durant mon enfance, j'ai eu plusieurs fois l'occasion de lui  rendre visite chez lui à Montjustin. Je l'ai vu pour la dernière fois en 1994. À ce moment là, je... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juillet 2016

Georges Glasberg le "photodidacte", selon sa propre expression.

   L'exposition d'œuvres de Georges Glasberg - 1914-2009 - qui se tient actuellement et jusqu'au 4 septembre à la Fabrique Notre-Dame à l'Isle-sur-la-Sorgue mérite le détour. Voilà quelqu'un, c'est bien le cas de le dire, qui « donne à voir » selon l'expression d'Éluard, mais plus encore que cela ! Qu'on se le dise (et surtout qu'on aille l'y voir) : ce photographe est assurément parmi les plus grands. Pour gagner sa vie, il tenait boutique à Apt dans les années cinquante et je reste persuadé qu'il a bel et bien réalisé... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juillet 2016

Une lettre de Jean Mogin.

   Voici la magnifique lettre spontanément adressée par le fraternel poète Jean Mogin - époux de Lucienne Desnoues et fils de Norge - à la tribu Fiorio au moment d'un douloureux passage de la mort en 1969 : celle, à quatre-vingt-dix ans, d'Émile, le père de famille.   Émile Fiorio dans la cinquantaine.   Texte de Jean Mogin. Jean Mogin. De nouveau Jean Mogin. La vie...gne de Jean Mogin. Une lettre de Jean Mogin. L'orme et le cerf perdent leurs branches par Ismaël. Un fromageon de mots. ... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juillet 2016

À propos du blog (mot affreux !)

   Chers lecteurs et lectrices,Quelques-un(e)s d'entre vous me posent ces temps-ci par courriels quelques questions sur ma façon de m'y prendre pour tenir et nourrir ce cahier d'exercices qu'est le blog Serge. Alors, par facilité, au lieu de répondre à chacun en particulier, je préfère le faire ici en bloc, in situ ! L'heure où je poste ma prose est toujours la même : minuit-une du jour suivant, mais uniquement par invariable programmation. Ce que certains couche-tard me disent apprécier. Ce dont je déduis aussi, en toute... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]