01 juin 2016

Les joueurs de morra.

  La semence du billet d'aujourd'hui a été, parce que tellement frappante, une courte évocation par Daniel Jacobi des Joueurs de morra. Se souvenant avoir vu ce pur chef-d'œuvre de Serge chez Paul et Yvonne Geniet, depuis toujours amis de sa famille en Arles, il écrit récemment ceci : « Les joueurs de morra était dans le salon du rez-de-chaussée. Une pièce froide, humide, sombre, qui augmentait l'impression étrange d'une scène à l'immobilité fulgurante ». Cette immobilité fulgurante est, je trouve, d'une très belle et très sûre... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juin 2016

En feuilletant l'album de l'amitié.

   Enfant du pays, voici un paysan de Montjustin célébré par ses voisins et amis artistes. En couleur et en noir et blanc ! Ils s'y sont mis à deux, et non des moindres, pour dire chacun à Jean-Pierre leur solide amitié par œuvres interposées. Photo Michel Zanghi, et merci à lui encore pour l'envoi des deux photos d'Henri Cartier-Bresson. Dans sa toile joyeuse et colorée, absolument solaire à vrai dire - malgré une brebis d'aspect improbable pour cause de daltonisme intermittent ! -, Serge représente cet ami fidèlement,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 juin 2016

Une autre Mort du Camarade.

   Celles et ceux qui connaissent - certains, je sais, « par cœur » - la version définitive peinte sur bois, en grand format, du Fiorio intitulé La Mort du Camarade vont être, comme de même je l'ai été, bien étonnés en en découvrant cette première ébauche à la gouache - il est vrai, assez surprenante ! Surprenante parce que quasi totalement dénuée de la gravité et de l'hiératisme rigoureux qui, en parfait accord avec la composition, font que la version définitive exprime en les servant les hautes exigences du... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2016

Sait-on jamais.

   Il se trouvera peut-être bien quelqu'un d'assez bonne volonté et disposant d'un peu de temps pour traduire de l'allemand ce court article de journal paru au moment - années soixante - des expositions Fiorio en Allemagne; ici plus précisément au musée Rilke à Worpswede, en 1961. Issu des archives de Serge, ce document se trouve être collé avec soin au dos d'un autre : la photo en noir et blanc d'un Manège. Y aurait-il un rapport direct entre les deux ? Il n'y a que grâce à l'une ou l'un d'entre vous, chers lecteurs, que... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juin 2016

Paysage du 9.3.1940

   Voici un Fiorio de haute époque dans la chronologie des Paysages. Il a été photographié par Serge lui-même et est daté du 9. 3. 40, date d'achèvement. C'est le genre de reproduction "maison" que Serge aimait envoyer à son ami le peintre Eugène Martel; lequel, vieillissant - en 1940, il ne lui restait fatalement plus que sept années à vivre -, se réjouissait d'assister ainsi, certes à distance, mais néanmoins un peu comme en direct, à la production du jeune Serge en qui - après avoir découvert et bien "deviné" son portrait... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2016

Bûcherons de 58 et de 59.

« Les jambes des hommes sont fortes comme des troncs d'arbre ». C'est par cette remarque, forte elle aussi, pleine de poésie et de sens puisés au profond de la toile, que François Mangin-Sintès commence à parler de la scène de bûcheronnage datée de 58. Puis il poursuit : « Quel beau pendant aux Bûcherons de 59 que ces Bûcherons de 58 ! Ces tableaux vont de pair et sont frères. Il serait fabuleux de les réunir dans une future exposition. Seule différence, la technique de coupe; Serge nous en aurait dit quelques mots, l'une franche,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juin 2016

Le tas de bois.

   Pour faire une petite suite au bûcheronnage qui était le sujet du billet d'hier, il m'a paru opportun de confronter aujourd'hui le fruit du travail des bûcherons à celui du peintre quand celui-ci, lui aussi, empile du bois. Après quoi, n'allez pas me soutenir que ces gens-là - les artistes - ont les yeux faits pareils à ceux de monsieur et madame Tout-le-monde ! C'est là à peu près répéter mot pour mot ce qu'avait avec foi déclaré Bonnard de Picasso à son propre petit-neveu (cité à la page 143 du livre - délicieux,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2016

Tableaux en péril !

   Certaines personnes avaient acquis le bon réflexe de ramener leur Fiorio plus ou moins endommagé à Serge pour qu'il y répare un malheureux accroc, abolisse une distension de toile, ou encore, que sais-je, restaure avec l'art qui était le sien, un éclat, lave et rafraîchisse l'œuvre tout en la protégeant pour trois ou quatre ans par l'application, au passage, d'une fine couche de vernis à retoucher, etc. Je peux en témoigner en toute connaissance de cause puisque Serge me confiais fréquemment certains soins de nettoyage et... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 juin 2016

La vie est un tango

   C'est sous ce titre chaudement imagé qu'ont été réunies en 2003, chez Flammarion, les chroniques musicales de Gérard Oberlé que l'on pouvait entendre chaque semaine sur France Musique, d'avril 2001 à février 2003. Je me souviens avoir savouré un grand nombre d'entre elles en la compagnie de Serge, dans son atelier. Et il était parfaitement vain de s'aventurer à sonner à la porte de sa proche voisine Lucienne Desnoues à l'heure d'écoute : elle faisait alors tout simplement la sourde oreille !   Voici le texte de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 juin 2016

Le Fonfon

   Le Fonfon, c'est là le surnom donné par les habitants de Banon à l'un d'entre eux que Serge a connu très tôt à Montjustin parce qu'il était plombier-électricien, sillonnant le pays, de petit chantier en petit chantier, en compagnie de son père auprès duquel il finissait alors d'apprendre le métier. Je me souviens moi-même encore d'Alphonse Martin - d'où ce surnom de Fonfon dont son fils, Gabriel de son prénom, ne fit qu'hériter, sans doute - quand, déjà bien sur la pente, il venait passer un moment, converser, ou jouer... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [4] - Permalien [#]