DE VILLON ... À DESNOUES

(Petite suite - promise - en do mineur)   

   Ésope, esclave d'Iamon, l'a soufflé à La Fontaine, « on a souvent besoin d'un plus petit que soi » ! Lequel, à l'épreuve, se révèle fréquemment bien plus grand qu'on ne l'avait imaginé (hormis quelques sages entomologistes, on manque généralement et coupablement d'imagination en ce qui concerne les petites choses de notre quotidien ...)

Ainsi le Luxembourg. Comme aurait-pu l'écrire avec son ironie avisée notre cher Pierre Magnan : « Qui aurait pu soupçonner » non pas Piégut, ni même Eourres pour le coup ... mais le Luxembourg ?!  Et qui mieux est, la province du Luxembourg ... en Belgique !   

C'est pourtant dans cette marche méridionale qu'il fallait fouiner un peu, quelques trésors s'y cachent et c'est donc de là que mon ami Bartleby (voir le récent commentaire de ce 3 février) a retiré le parchemin qui va donc faire suite ...

J'y ai emprunté à Michel Ducobu le chapeau ci-dessus. On peut, à première lecture, juger que le rapprochement est audacieux ... et pourtant, oui, Lucienne Desnoues est, comme Brassens qu'il cite également, indiscutablement de cette flamboyante lignée Villonante.   

Celle de cette fabuleuse richesse, infiniment prodigue, née pourtant d'andrones mal éclairées, que demeure cette langue étoilée avec laquelle maître François chantait, hier, les dames du temps jadis.

Ainsi, sous la plume du poète, comme sous le pinceau du peintre, elles persistent immuables les neiges d'antan ...

Page 1

page 2

page 3

page 4

page 5Cet autre poème encore où, dès le titre, l'allitération revendique une commune genèse propre aux gestes d'un ancestral ouvrage. Celui de la feuille, et celui de la forge. Création revendiquée ainsi comme familiale d'esprit ... sinon quasi héréditaire !

page 6Voilà, me semble-t-il, rapportée ici, une importante partie de la trouvaille de mon ami le scribe. J'en ai recomposé ces pages à l'écran pour, je l'espère, les rendre plus lisibles et plus immédiates au lecteur attentionné.

Mais cette mine en comporte bien d'autres, une soixantaine de feuillets pour ce qui concerne Lucienne Desnoues ... et plusieurs centaines (!) en libre accès consacrées à de multiples poètes de langue française, d'origines Belges (ou dont les racines sont mêmement d'outre-Quiévrain, comme Alain Bosquet par exemple).

Géo Norge bien sûr (le dossier Jean Mogin n'est malheureusement pas accessible) et, parmi bien d'autres, le poète-troubadour Julos Beaucarne ou l'errant céleste Jean-Claude Pirotte récemment en allé.

Il y a donc une piste à suivre, la voilà :

1) Accéder au Service du livre luxembourgeois

http://www.servicedulivre.be/

2) Cliquer alors, dans la colonne de gauche, celle en bleue (à moins qu'elle ne soit plutôt de couleur verte : Ismaël est daltonien !) sur la ligne :

Dossiers L disponibles

3) ... on y est !

Ce n'est plus ensuite qu'une moderne histoire d'ascenseur. Là se dissimulait discrètement La chambre aux boulons.

Je laisse, à qui en aurait le désir, découvrir les pièces voisines ...

*

Quelques liens utiles :

Une épistole de Lucienne Desnoues aux Fiorio

Travail et mobiles poétiques par Lucienne Desnoues.

Marcel Thiry et le tournoi...par Lucienne Desnoues.

De Villon ... à Desnoues par Ismaël.

Lucienne Desnoues ou la poésie de la terre.

Causerie de Lucienne Desnoues. 1ère partie.

Causerie de Lucienne Desnoues, suite et fin.

Rencontre et article de Claude-Henri Rocquet

Lucienne Desnoues, clin d'œil dans un livre d'or.

Lire Lucienne Desnoues

L'orme et le cerf perdent leurs branches par Ismaël.

Quelques traits rouges et une baguette de Sourcier par Gérard Allibert.

La vie...gne de Jean Mogin.

La vigne d'Aldo par Lucienne Desnoues.

Le sourcier Lucien Jacques, par Lucienne Desnoues.

Après vingt ans par Lucienne Desnoues.

Hors-d'œuvre spirituel par Lucienne Desnoues

Noël de la maison neuve par Lucienne Desnoues.

Bonne et heureuse année 2017 !

Entre Lucienne Desnoues et Jean Mogin.