01 novembre 2015

Le billet de...Thyde Monnier.

   Voici, en avant-première, deux courts textes autographes de l'écrivain Thyde Monnier dont Serge fit la connaissance - en 1936 quasi certainement, et grâce à son Portrait de Giono peint, lui, à Manosque en 1934 - juste un peu avant qu'elle ne vienne s'y installer, tout près de Giono qui, le moment venu, défendra auprès de Louis Brun la publication chez Grasset de La Rue courte, son tout premier roman, parue en 1937. J'ai écrit en avant-première parce que, grande admiratrice de l'homme et de l'œuvre, elle adressa au... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 novembre 2015

Ô belle à la fontaine.

   Cliquer sur ce lien Jacques Douai donne accès à des "échantillons" de chansons dont un de la superbe Ô belle à la fontaine - paroles de Lanza del Vasto sur une musique du XVIIème - que Luc Dietrich appris à Serge qui, dans le souvenir de leur rencontre, en accompagna volontiers, de temps à autre, son travail de peintre tout au long de sa vie. Ô belle à la fontaine, J'ai soif d'un peu de ton eau.Elle a ri, la hautaine,Belle et froide comme l'eau.Chardon, mélilot, menthe,Par eux la plaine... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 novembre 2015

Une fenêtre...

   C'est Louis Aragon qui, dans son par ailleurs admirable Henri Matisse, roman, définit la peinture de ce condisciple - six années durant - d'Eugène Martel chez Gustave Moreau à Paris, comme étant « une fenêtre dans la nuit humaine »; principalement au motif sous-entendu de son emploi lumineux, l'on s'en doute, et très science infuse de la couleur. Mais cette définition imagée n'est cependant pas spécifique à Matisse (pour preuve, mettre un peu le nez à la fenêtre ci-dessous) quelle qu'en soit... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 novembre 2015

Thyde Monnier et le beau terrassier italien.

   Une équipe d'ouvriers italiens, beaux garçons et fieffés coureurs, qui s'installe pour de grands travaux dans un village provençal brûlé de soleil et de passions secrètes, voilà de quoi bouleverser femmes et jeunes filles. Même Florina, la riche héritière au beau visage et aux jambes mortes. Même Vincente Revest, veuve trop jeune, sur le point de conclure un mariage de raison. Même la pauvre Angéline qui se tue à élever ses enfants. Mais les travaux finis, les camions s'en vont. - « Tu n'es pas de ces femmes qui... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 novembre 2015

Des jumelles.

   Je l'entends encore, posté en vigie à une fenêtre : « Viens donc voir ! Par ici, il s'en passe de belles ! » Qu'est-ce qui se passe ? Où sont donc, s'étonneront certains, les ciels bleu de bleu sur de clairs et riants paysages ? C'est qu'au-delà des clichés, l'œuvre est pleine, à ras-bord, d'heureuses surprises comme ces deux-là ! De plus, sœurs jumelles, de même veine, l'une ayant inspiré l'autre sur une même ligne de front et dans le même esprit, c'est évident. Sans doute également peintes pas loin l'une de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2015

L'angélus de Fiorio ? *.

   * J'ai déjà attribué ce titre à un autre billet de ce blog parce qu'il y a - moins évident que celui-ci il est vrai - un autre angélus dans l'œuvre de Serge : sergefiorio.canalblog.com/archives/2015/01/15/30975006.html . D'autres sont encore à y découvrir, j'en suis persuadé.     Je suis très très - non, il n'y a pas là de faute de frappe de ma part -, admiratif de cette toile. À vrai dire plus que cela encore. Autant pour sa composition magistrale pleine de rares trouvailles que... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 novembre 2015

Une œuvre pie ?

   C'est bien sûr son caractère très particulier, à part pour un oiseau, qui fit aimer la pie à Serge; et de Serge au peintre, les cloisons n'étant pas du tout étanches...il l'a mise en scène au moins quatre ou cinq fois en ses tableaux, le plus souvent tout le corps visible de profil, la tête en direction du fond de paysage, parfois dans un carnaval où sa présence, effectivement, ne dépare en rien, ajoutant même sa note inattendue à l'esprit de fête. Tenant aussi, à l'occasion, compagnie à l'épouvantail, lui faisant sans... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 novembre 2015

Il y avait un jardin...

    Il y avait un jardin résurgent en nous-mêmes, retrouvé, reconnu comme en rêve, par un peintre en son irréductible besoin de paradis. S'il avait pu connaître cette œuvre et en rencontrer l'auteur, Georges Moustaki aurait sans doute apprécié les deux, lui qui a écrit et si bien chanté ce que Serge a peint. Alors, doux rêveurs, utopistes que ces deux-là ? Mais les scientifiques eux-mêmes pratiquent-t-ils autrement ? Ne font-ils pas quantité d'hypothèses pour, un beau jour, arriver à leurs fins ? Il y avait un... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 novembre 2015

Tribune libre sur la crémation.

   Pour la première fois, je me suis rendu à un crématorium pour y accompagner de ma présence un ami défunt; et j'en reviens doublement désolé. En premier lieu par le départ prématuré de cet être merveilleux et puis par cette façon - devenue, il faut bien le dire, un peu à la mode - qu'il avait sans doute choisie et prévue lui-même depuis longtemps pour s'éclipser. C'est un choix que je respecte bien volontiers mais, n'empêche, quelques questions restent quand même posées pour nous tous, celles et ceux qui restent en... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 novembre 2015

Coup de zoom sur la mi-janvier 1961.

   Ne  souhaitant pas, d'aucune façon, commenter ici la tragique actualité, je préfère donner aujourd'hui à lire cette riche petite page de chronique montjustinienne écrite de la main même de Serge.  Clic gauche sur le texte pour une meilleure lecture.     Voici le lien pour entendre une partie de la savoureuse Radioscopie d'Adrienne Cazeilles dont je donnais hier à lire le texte de 1983 sur sa visite à sa grand-mère au petit cimetière du hameau de Prunet. L'émission date du 28 mars 1979.... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]