01 octobre 2015

La bergère et son enfant.

   Cette œuvre vient d'être acquise par un ami, heureusement ! Ce qui permettra de pouvoir la photographier un jour parfaitement : nous pourrons donc ainsi la faire figurer, le moment venu, dans Les Très Riches Heures du peintre Serge Fiorio car, de toute évidence, c'en est là une bien particulière et d'importance, n'est-ce pas ? Photo x, droits réservés.  Notre ami François Mangin-Sintès nous parle de cette œuvre dont il aurait bien voulu être l'heureux acquéreur aux enchères : ...la merveilleuse Maternité de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 octobre 2015

Baptême de l'Art d'en Face.

Tous nos vœux de longue vie aux éditions L'Art d'en Face, 7 rue de Varsovie, 11100 Narbonne.        Ci-dessus : Marie Rouanet et Alexandra Ibanès lisant, elle, des extraits de son journal Un été à l'Iris de Suse dont nous avons rendu compte ici même, il y a peu : le 28.09 dernier. sergefiorio.canalblog.com/archives/2015/09/28/3268...   ET : C’est dans une semaine  ! ... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 octobre 2015

Le billet d'Agostino Forte.

   Le 4.08.2015, je publiais un petit billet concernant un épouvantail de Serge que choisit de traduire en italien notre ami Agostino. sergefiorio.canalblog.com/archives/2015/08/04/31908305.html Aujourd'hui, ce dernier nous communique le fruit de quelques-unes de ses réflexions à propos de ce même tableau, ce dont nous le remercions vivement car il a eu la patience de nous en donner une version française, ce qui n'est naturellement pas dans le sens le plus facile pour lui dans le maniement des deux langues. ... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [4] - Permalien [#]
04 octobre 2015

Le temps n'a point de rives. Chagall dixit.

Vermeer ? Oui, l'étonnant Vermeer ! Voyons ! Chaque chose en son temps et surtout pas de poisson d'avril en début d'automne ! M'enfin, pour une fois...rien qu'un petit ! Pas de quoi en perdre le cadran : Kairos, Aiôn, Chronos, tous les trois me pardonneront bien cet écart de conduite du blog !  « Et il ne faut pas oublier Temnen ! » me recommande Jacques Ibanès. Serge, de son côté, n'a-t-il pas peint et dépeint avec minutie, détails à l'appui, toute la scène de l'arche de Noé en construction sous un ciel,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 octobre 2015

Quand on contemple...

   Quand on contemple un Fiorio, qu'on le découvre des yeux tandis qu'il s'ouvre ainsi peu à peu à notre âme, nous parle, tout en dialoguant en même temps avec elle dans la langue des oiseaux, on ne pense pas, à aucun moment - en tout cas moi - à le relier à l'Histoire de l'art, même pas à l'associer à la peinture de son temps et encore moins, donc, à tenter de l'y situer, sur aucun plan. On ne pense pas du tout, à rien, il s'agit d'autre chose. Est-il de Taninges, du Vallon, de la période ocre* de Montjustin ? De quelle... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 octobre 2015

Paysage orageux

   Yin : ténèbres*, Yang : lumière. Nous retrouvons cette conception chinoise de dualité complémentaire à l'œuvre dans le monde clairement exprimée ici en peinture occidentale - Serge l'illustrant, du coup, par l'exemple. Par don et par intuition, dirons-nous, plus que par partage et volonté de transmission d'un savoir tout à fait conscient qu'en le domaine, il ne possédait certainement pas : la peinture étant, comme chacun le sait, une forme très originale d'expression, un moyen de connaissance, langage... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 octobre 2015

Edith Berger.

   Fruit du travail de dix bénévoles passionnés, un livre vient de sortir pour célébrer Edith Berger, Peintre du Trièves et amie de Giono. Cela fait plaisir qu'une telle dynamique aboutisse à un tel heureux résultat : l'édition d'un ouvrage de 95 pages dont je n'ai pas encore connaissance de tous les détails de son contenu. J'ose cependant parier et croire qu'il est bien représentatif de l'œuvre peint et fidèle à l'esprit particulier de cette artiste talentueuse.... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 octobre 2015

Foulaison au rouleau sur l'aire communale. Montjustin,1948.

   1948. Les Fiorio viennent de jeter l'ancre à Montjustin, s'installant avec l'accord du maire dans l'ancien presbytère délabré tout au sommet du village, à ras du ciel. Accueilli par Lucien Jacques, Serge y est arrivé seul l'année précédente aiguillé par Giono, à pied depuis Manosque, en éclaireur : « Le ciel était de cristal et les cerises bien mûres ! » écrit-il à son ami l'arlésien Paul Geniet avec qui, comme d'hab, il partage par courrier l'aventure de sa vie. Sur la photo ci-dessous, les personnages sont... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 octobre 2015

Mémoire et peinture.

   Dans leur ouvrage collectif traitant de L'Inde dans les arts de la Guadeloupe et de la Martinique*, Jean Benoist et ses collaborateurs écrivent, tous ensemble d'une même plume, à propos de la mémoire : « Elle n'est pas qu'un lieu neutre de stockage d'événements, de connaissances, de souvenirs. C'est un espace sensible, passionné, émotif, imaginatif, un espace de construction symbolique. La mémoire est toujours proustienne et tout un passé resurgit à partir d'un détail (un son, une voix,un parfum).... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 octobre 2015

A propos d'une phrase de Charles-Albert Cingria.

   Ayant découvert l'ajout fait récemment, en dernière ligne dans la page Wikipedia concernant Serge, d'une citation de l'écrivain Charles-Albert Cingria, je me suis tout d'abord posé la question de savoir de quoi il retournait dans ces quelques mots sybillins : sympathie ou, au contraire, antipathie, aversion ? Qu'on en juge : «...Ah oui, Serge Fiorio, un être exquis, je me rappelle. Exquis, je me ressaisis. Âpre et cordial comme un légionnaire conçu par un primitif...» ( lettre à Jean-Marie Dunoyer, 1935). Cela avant... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]