Celles et ceux qui arrivent en cours de route dans ce blog doivent savoir qu'Aldo est le frère aîné de Serge Fiorio. Touche-à-tout de génie, Serge et sa peinture lui doivent beaucoup pour avoir bien souvent remplacé son frère dans certains travaux alimentaires afin que l'artiste puisse poursuivre son œuvre en toute tranquillité : autre Théo, en somme.

Lucienne m'avait un jour donné ce poème inédit à lire après que nous ayons évoqué ensemble la richesse d'âme de ce cher ami commun.

La vigne d'Aldo par Lucienne Desnoues

La vigne d'Aldo 2

La vigne d'Aldo 3

Sans bien sûr aucunement prétendre y rivaliser avec le talent de Lucienne, voici un autre poème, de mon cru celui-là, faisant partie d'un recueil inédit intitulé Vrai visageIl date de 1980, l'année du décès d'Aldo. Si je le publie ici, à la suite, c'est que d'une autre façon, il y est présent aussi.

Sur la grande clef de voûte de ND des Neiges à Montjustin

                                                                                            à la mémoire d'Aldo Fiorio

Témoignage, témoignage parlant,

Que ces ronciers gourmands sur les pierres de taille.

Manque de joints, manque de liens,

Une nuit, en tonnerre de Dieu,

De tout son poids,

Manque d'amour, manque de foi,

En une seule fois le toit s'est effondré.

Manque de taille !

 

Mais, dans la cour, régnant déjà,

En haut de l'escalier,

Sur la terrasse de plein air,

Parmi les chaises en fer, la marmite aux bégonias,

Le fer à cheval à cheval sur son clou

Et les sabots usés, elle est là,

Délivrée !

 

L'âme inspirée,

De tout son cœur de plume et de duvet,

C'est Aldo qui la porta

De la maison de Dieu à la maison des hommes.

Belle mission qui lui incombait là !

Merci ami, quand dans ta vie tu n'aurait fait que ça !

 

Cette pierre, en somme

Sauvée des eaux par un homme,

De ses grands bras ouverts,

Saints Thomas que nous sommes,

Ne nous touche-t-elle pas ?

*

 

Quelques liens :

 

 

 

Travail et mobiles poétiques par Lucienne Desnoues.

 

 

 

Bonne et heureuse année 2017 ! Préface Desnoues

 

 

 

Marcel Thiry et le tournoi...par Lucienne Desnoues.

 

 

 

Pour Marcel Thiry par Lucienne Desnoues.

 

 

 

Pour Marcel Thiry par Lucienne Desnoues.

 

 

 

Fantaisies autour du trèfle.

 

 

 

Noël de la maison neuve par Lucienne Desnoues.

 

 

 

Sur une photographie de Lucienne Desnoues.

 

 

 

De Lucienne à Serge

 

 

 

Note de service d'époque et de la main même de Lucienne XIV à son maître jardinier.

 

 

 

De Villon ... à Desnoues par Ismaël.

 

 

 

Lucienne Desnoues ou la poésie de la terre.

 

 

 

Causerie de Lucienne Desnoues. 1ère partie.

 

 

 

Causerie de Lucienne Desnoues, suite et fin.

 

 

 

Rencontre et article de Claude-Henri Rocquet

 

 

 

Lucienne Desnoues, clin d'œil dans un livre d'or.

 

 

 

Lire Lucienne Desnoues

 

 

 

L'orme et le cerf perdent leurs branches par Ismaël.

 

 

 

Quelques traits rouges et une baguette de Sourcier par Gérard Allibert.

 

 

 

La vie...gne de Jean Mogin.

 

 

 

La vigne d'Aldo par Lucienne Desnoues.

 

 

 

Le sourcier Lucien Jacques, par Lucienne Desnoues.

 

 

 

Après vingt ans par Lucienne Desnoues.

 

 

 

Hors-d'œuvre spirituel par Lucienne Desnoues.

 

 

 

Entre Lucienne Desnoues et Jean Mogin.

 

 

 

Une épistole de Lucienne Desnoues aux Fiorio

 

 

 

 Natures mortes par Lucienne Desnoues.

Un court poème que Lucienne m'avait offert.

 

*