Il est certains esprits dont les sombres pensées
Sont d'un nuage épais toujours embarrassées ;
Le jour de la raison ne le saurait percer.
Avant donc que d'écrire, apprenez à penser.
Selon que notre idée est plus ou moins obscure,
L'expression la suit, ou moins nette, ou plus pure. 
Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement,
Et les mots pour le dire arrivent aisément.

Nicolas Boileau

 

    Je ne sais plus si j'ai déjà publié cette récolte constituée sur plusieurs années et au petit bonheur la chance dans les divers propos de Serge - aussi bien au cours de promenades, de repas pris en commun, que de temps passé avec lui au jardin ou, le plus souvent encore, à l'atelier.

Fruit de l'expérience et d'une certaine incubation plus ou moins longue selon le sujet, parfois tout à fait spontané aussi, ce genre de réflexion, d'exclamation ou de prise de position, lui montait aux lèvres comme en soudaine surverse d'un contenu intérieur, surgissant donc toujours à brûle-pourpoint dans la conversation. Exprimé par écrit, il en était peut-être alors autrement, je ne sais.

Pour être frappante, chaque déclaration y est concise, parfois incisive même, ce qui témoigne en faveur d'une certaine ferveur dans le propos, d'un enthousiasme, d'une sincérité voulant dire tout droit - et pourquoi pas ainsi convaincre - sans aucun à peu près, non plus, dans la forme.

Il manque encore à cette collection dont la liste des pièces ne sera jamais close, tout ce que les nombreuses lettres aux uns ou aux autres, proches ou lointains, recèlent comme pépites; surtout celles adressées à l'ami Paul Geniet dont Serge avait fait en toute confiance son confident épistolaire privilégié pendant une dizaine d'années. Et ses innombrables visiteurs doivent garder eux aussi en mémoire certaines paroles prononcées lors de leur passage, c'est bien certain.

Quelques pensées, déclarations et réflexions du peintre.

« La peinture est un engagement. »   

« Quand l’esprit, le cœur, la main, travaillent à exprimer ce qui a été vécu et senti au plus profond d’un être, l’émotion passe. »   

« Peu de peintres savent oublier ce qu’ils ont appris pour ne laisser parler que leur cœur. »   

« Un chiffon sale, même étiqueté et catalogué Art Contemporain, reste un chiffon sale ! »   

« L’ignorance, en peinture, n’est pas un handicap mais, par les moyens de bord, le point de départ de découvertes originales. »   

« Les étiquettes qu’on me colle sur le dos, ici ou là, ne tiennent pas. Elles n’ont qu’un seul mérite : me faire rire ! »   

«  Au départ, c’est sûr, on a un don – quelque chose de donné, qui ne vient pas de soi — et c’est quelque chose de précieux. Je ne sais pas à qui dire merci mais je lui dis merci tous les jours. »   

« Je suis un enregistreur d’images, et peindre des spectacles aussi beaux, ou inattendus, que ceux que je peux voir les yeux fermés ou en rêve est une sollicitation constante qui m’entraîne toujours plus en avant. Mais je dois choisir, car j’en vois beaucoup plus que ce que je ne peux en peindre ! »   

« Chacun de mes tableaux raconte quelque chose. »   

« L’originalité ça ne s’invente pas : c’est un miracle que de peindre ! »   

« Des jours, j’ai une fée dans la main ! »   

« Voir, c’est déjà peindre ; et la peinture appartient à ceux qui la voient. »   

« Il n’existe pas, en peinture, de problème sans solution. »   

« Certains mots ont un pouvoir très fort d’évocation, plus fort que la moyenne, ils sont les maillons d’une chaîne vivante, bien que souvent insoupçonnée. »   

« Il y a des mots magiques pour moi, on prononce forêt et je vois tout de suite quelque chose, des odeurs arrivent à mon nez; bref, un monde apparaît avec ses particularités. »   

« L’essentiel est bien que la vie soit de la poésie en action ! »   

« Quand je peins, il m’est plus facile de dire ce que je vois que ce que je fais. »   

« La vérité, on la cherche, on ne la trouve pas. »   

« À force, je finis par ne plus voir que ce que mon imagination me propose et les images surgissant de mes souvenirs. »   

« Après mon travail à la carrière à ciel-ouvert, je voulais un emploi qui, surtout, me fasse vivre dehors, en plein air. J’aurais volontiers été cantonnier, paysan, jardinier, pour tout le restant de ma vie. Au lieu, j’ai finalement passé beaucoup de mon temps à peindre, heureux, bien heureux sans, pour ce faire, jamais sortir de mon atelier, ni vouloir, à aucun moment, changer ce destin contre tout l’or du monde ! »   

« Pour être écologiques — mais afin que le courant passe — mes toiles n’en comportent pas moins, indispensable dans la composition, des lignes à haute ou moyenne tension. »   

« Les premiers vrais tableaux que je vis, ce furent les miens ! »   

« La mort fait partie de la vie ! »   

« J’aime ce que je fais parce que je fais des choses que j’aime. »   

«Ceux qui ne sont pas un brin poète sont tous des menteurs ! »

 

Traduction d'Agostino :

Vi sono spiriti i cui pensieri aggrondati

sono da una spessa  nube sempre gravati, 

Che luce di ragione non saprebbe penetrare.

Prima di accingervi a scrivere imparate a pensare.

A seconda che la nostra idea sia più o meno oscura

L’espressione che ne segue: o meno chiara o più pura.

Ciò che si concepisce bene, altrettanto si enuncia

E le parole per dirlo facilmente annuncia.

Nicolas Boileau*

 

   Non ricordo più se ho già pubblicato questa raccolta, costituitasi durante gli anni e un po’ come veniva, nel corso di svariate chiacchierate con Serge: in occasione di passeggiate, pranzi in comune, come pure nelle ore passate con lui in giardino o, più spesso, nello studio.

Frutto dell’esperienza e di una certa incubazione più o meno lunga a seconda del soggetto, talvolta assolutamente spontanea, questo genere di riflessioni, di esclamazioni o di prese di posizione, gli salivano alle labbra come subitanea tracimazione di un contenuto interiore, sorgendo quindi sempre di punto in bianco nella conversazione. Espressa per scrittura, ne sarebbe stata altra cosa, o forse no, chissà!

Per essere efficace, ogni dichiarazione vi è concisa, talvolta anche pungente, testimoniando così a favore di un certo fervore nel discorso, di un entusiasmo, di una sincerità che arriva diretta – e in questo modo, perché no, convincere – senza approssimazione, perfino nella forma.

Mancano ancora a questa collezione, di cui la lista dei pezzi non sarà mai conclusa, tutto quelle pepite che le numerose lettere agli uni e agli altri, vicini o lontani, racchiudono; soprattutto quelle indirizzate all’amico Paul Geniet del quale Serge aveva fatto in massima fiducia il suo confidente epistolare privilegiato per il corso di una decina d’anni. Come altrettanto certo è che anche i suoi innumerevoli visitatori debbano conservare nella memoria alcune delle parole pronunciate durante la loro visita.

 

Alcuni pensieri, dichiarazioni e riflessioni del pittore.

« La pittura è dedizione. »

 

« Quando lo spirito, il cuore, la mano, lavorano a esprimere quel che è stato vissuto e sentito nel più profondo di un essere, l’émozione circola. »

 

« Pochi pittori sanno dimenticare quello che hanno imparato per dare voce unicamente al cuore. »

 

« Uno straccio sporco, per quanto etichettato e catalogato come Arte Contemporanea, resta pur sempre uno straccio sporco ! »

   

« L’ignoranza, in pittura non è uno svantaggioma, con i mezzi che si hanno a disposizione, il punto di partenza per scoperte originali. »

 

« Le etichette che mi vengono affibbiate da tutte le parti non reggono ma un merito ce l’hanno: mettermi di buon umore ! »   

 

« Di certo all’inizio ci viene dato un dono – un che di dato, che non viene da sé – ed è qualcosa di prezioso. Anche se non so chi ringraziare, lo ringrazio tutti i giorni.  »   

 

« Sono un registratoredi immagini e dipingere spettacoli così belli o inattesi come quelli che mi è dato di vedere ad occhi chiusi o in sogno è una sollecitazione costante che mi conducesempre oltre. Ma devo trascegliere, poiché vedo molto più di quello che ne posso dipingere»   

 

« Ognuno dei miei quadri racconta qualcosa. »   

 

« L’originalità non si inventa: è un miracolo come la pittura! »   

 

« Certi giorni una fata guida la mia mano »   

 

« Vedere è già un dipingere e la pittura  appartiene a quelli che la vedono. »   

 

« In pittura non esistono problemi insolubili »   

 

« Certe parole hanno un forte potere evocativo, superiore al solito, sono gli anelli di una catena vivente benché sovente insospettata. »   

 

« Ci sono parole che mi sono magiche, basta dire foresta e appare subito qualcosa, mi giungono odori al naso, insomma tutto un mondo mi svela le sue particolarità. »   

 

« L’essenziale è vivere una vita che sia poesia in azione! »   

 

« Quando dipingo mi è più facile dire quel che vedo che quel che faccio. »   

 

« La verità non la si trova ma va cercata. »   

 

« Alla fine, non mi è dato di vedere se non ciò che mi propone la mia immaginazione e le immagini che sorgono dai miei ricordi. »   

 

« Successivamente al mio lavoro nella cava, volevo soprattutto un impiego che mi facesse stare fuori, all’aria aperta. Per il resto della mia vita avrei fatto volentieri il cantoniere, il contadino, il giardiniere. Alla fine, invece, ho passato molto del mio tempo a dipingere felicemente, veramente felice; e per farlo, senza mai uscire dal mio studio né volere, in nessun momento, cambiare questo destino per tutto l’oro del mondo.»

 

« Per essere ecologiche, ma affinché la corrente passi - indispensabile nella composizione, le mie tele non possono fare a meno delle linee ad alta o media tensione. »   

 

« I primi veri quadri che ho visto sono stati i miei!. »   

 

« La morte fa parte della vita. »

 

« Amo le cose che faccio perché faccio delle cose che amo. »   

«Coloro che non sono un po’ poeti sono tutti dei bugiardi ! »

 

 

(*) : Nicolas Boileau-Despréaux, Parigi 1/11/1636 – 13/3/1711, fu poeta, scrittore e critico letterario francese. Il testo si riferisce alla sua opera Art poétique (Arte poetica) e precisamente al Canto I, vv. 147-154.

Boileau