02 février 2015

C'est un prodigieux mystère...

   C'est par le blanc manteau de la neige qu'opère vraiment la magie de l'hiver et que le monde étincelle ensuite sous les rayons du soleil. À l'intérieur, dans l'atelier tout en haut sous les toits où, suspendus aux clous de la poutre maîtresse, saucisses et jambons ont été mis à sécher, quelques flammes s'élèvent, sages, roses et vertes, dans la petite cheminée basse à laquelle le peintre, comme à son habitude, tourne résolument le dos pour travailler sans s'en laisser distraire. Dans son monde, devant lui,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 février 2015

Peupliers.

   Au gré des découvertes, on rencontre par-ci par-là des Paysage aux peupliers dans l'œuvre de Serge. Et, à vrai dire, assez souvent car il avait fini, à partir de 1980, par là, par en faire l'un de ses thèmes favoris. En général, il y excellait ; cet arbre étant déjà, et depuis longtemps, son arbre emblématique, « autre signature » aussi, comme l'a écrit dans le même sens Gérard Allibert. Les peupliers-Fiorio s'y révèlent être des sentinelles, des veilleurs — on pourrait même écrire des âmes ferventes —... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 février 2015

Serge à 99 ans.

   Bel et bien ici âgé de 99 ans tel qu'on ne le devine pas sur cette photo de journal qui date de fin juillet 2010, Serge ne sera plus, hélas, parmi nous pour encore bien longtemps puisqu'il ne décède pas plus loin que le 11 janvier suivant. C'est Jacky Michel, le Président des Amis de Lucien Jacques qui lui a amené un ami journaliste de La Provence pour que, photo de l'artiste à l'appui, y soit annoncé ce qui sera, on peut alors le deviner, la dernière exposition Fiorio du vivant du peintre. Photo J P T  Les trois... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 février 2015

Tigre de papier par Gérard Allibert.

  Tigre de papier      Il y a quelques jours de cela, le 30 janvier plus précisément, dans ton billet consacré à L'indomptable Léa, tu publiais André le paragraphe suivant : Je pense à Pierre Magnan qui, dans La Naine et un peu dans le même esprit comique ébouriffant, effraie tout Manosque avec une lionne invisible — dont seule la rumeur publique a ouvert la porte de la cage — qu'il fait donc, sous sa plume amusée en douce, se promener en toute liberté dans les rues d'habitude tranquilles de la vieille... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 février 2015

Naissances.

   Je sais, le printemps approchant, ce n'est plus tout à fait la saison de puiser dans le thème des Nativités ! Aussi, mais dans un proche esprit cependant, sur le ton du conte, je vous livre aujourd'hui une histoire — qui cependant est vraie ! — par tableau interposé. La voici : il était une fois une Neige de tout petit format qui, ayant fini par épuiser toute l'admiration de son propriétaire, s'en retourna chez Serge, à Montjustin, pour y être échangée contre une autre, tandis que dans le proche entourage du peintre... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 février 2015

Rêves et songes.

   La gravure des Caprices que Goya intitule Le sommeil de la raison engendre des monstres est bien connue de tous.     Et alors, pour un artiste, qu'en est-il du contenu de ce titre ? C'est en tout cas exactement l'inverse qui se produit dans l'esprit de Serge où le sommeil de la raison engendre des images de rêves lumineux sans cauchemars, clarifiés et féconds, volontiers paradisiaques. Il faut se rendre compte que l'état de peindre n'est pas l'état de veille, du tout, malgré les fortes apparences contraires.... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2015

Serge photographe — de 1936 à 1939.

   C'est dans l'année 1936 que la carrière d'ouvrier carrier de Serge se termine, qu'il y met fin lui-même. Il a vingt-cinq ans. Pensant disposer ainsi de plus de temps libre pour peindre, il n'hésite pas à quitter son travail à l'entreprise paternelle pour s'installer photographe indépendant, à Taninges même. Le beau-frère de l'alpiniste Pierre Terraz lui enseigne les rudiments techniques, le conseille et lui fournit aussi un appareil. Son œil fera le reste ! Photo Idont Know. Entre 1936 et 1939. Pour marquer ce... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 février 2015

Lorsque quelqu'un évoque...

   Lorsque quelqu'un évoque Serge Fiorio sans même jamais l'avoir connu ou simplement rencontré, ce n'est pas à des images d'un pays de Cocagne que la personne pense mais, le plus souvent, à celles d'un paradis terrestre, qu'elle retrouve intactes, résurgentes, dans le souvenir de tableaux. Impact instantané, mais durable, de cette peinture sur l'esprit, son bonheur stable en partage, sa calme emprise sur les sens ! Même à distance, ou à travers le temps, il suffit alors, c'est vrai, de la voir, de s'y rendre en pensée,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [3] - Permalien [#]
23 février 2015

Une lettre de Serge à Monsieur Burnet-Fauchez.

Lettre publiée avec, il faut le dire, la très aimable autorisation de son destinataire : Monsieur Edmond Burnet-Fauchez dont voici l'adresse du blog (très riche de toutes sortes de choses) où elle a d'abord été publiée : http://stnicolaslachapelle.blogspot.fr/   Un lien de la part de Wendo Provence https://mail.google.com/mail/u/0/?ui=2&ik=d872f9ee9f&view=att&th=14bb0446bafb9105&attid=0.2&disp=inline&realattid=f_i6g4wdmr1&safe=1&zw
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2015

Une lettre d'Eugène Martel.

   Voici, choisie au hasard, l'une des nombreuses lettres qui constituent la riche et abondante correspondance Martel-Fiorio. Celle-ci, contrairement à l'habitude, n'est pas manuscrite, sauf pour ce qui est de corrections et de notes annexes. Sa rédaction s'étale sur trois jours, du 2 au 5 mars 1940. Elle a été envoyée à Serge depuis Sault, à Taninges, d'où, une fois démobilisé, il ne va d'ailleurs pas tarder à décoller pour aller vivre en paysan à la ferme du Vallon dans le Tarn-et-Garonne et s'y engager en même temps tout... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]