01 novembre 2014

Fantaisies autour du trèfle.

   En novembre 1992, paraissaient aux Cahiers de Garlaban les Fantaisies autour du trèfle de Lucienne Desnoues qui avait elle-même demandé à Serge d'en illustrer la couverture. Familier du végétal depuis toujours ; en peinture par ses Natures silencieuses surtout, ses Sous-bois particulièrement, par goût tout puissant, comme on voudra, Serge ne se fit pas prier pour accéder à l'honorable demande de sa très chère amie et voisine. Mais c'est par le dessin simplissime, minimal, d'un pied de trèfle fantaisiste en... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 novembre 2014

Fantastique Pays d'Apt.

   En 1979, l'association Le Pays d'Apt faisait paraître un ouvrage fort de 170 pages composées de textes y entrant soit dans le registre des Légendes du fantastique, soit dans celui des Légendes et contes de l'imaginaire, ou bien encore dans les Récits de l'authentique. Chaque légende ou récit est écrit par quelqu'un du pays, ou retranscrit selon l'oral qui, il faut bien le dire, lui a jusque-là sauvé la vie. Quelques-uns d'entre eux sont illustrés avec art par des artistes locaux. Dont Serge, qui choisit une histoire... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 novembre 2014

Grazie mille à notre envoyé spécial en Italie.

   Ah ! les voilà enfin les visages des mystérieux traducteurs de nos billets du français en italien ! Le grand tout blanc, c'est Agostino le mage, le petit, tout noir, c'est Léo, son enfant de chœur. Avec cela, pas un mot plus haut que l'autre, autant dire une équipe parfaite ! Photo Paparazzi Et à force de traduire, ils vont bientôt finir par abolir la frontière, jeux vœu dire quil vont cent doutes écrire et parlaid franç'est mieux que nous ! Une fois élus ensemble à l'Académie Française, il nous faudra leur trouver un... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 novembre 2014

L'inconnue de la Seine.

   Sur le mur de sa chambre à la tête de son lit, en lieu et place, pour certains, du crucifix et du rameau d'olivier ou de buis béni, Serge avait préféré accrocher cette photo du masque mortuaire de celle que l'on nomme invariablement l'Inconnue de la Seine. Rien de morbide cependant, ni de triste aujourd'hui, même s'il s'agit, certes, d'une jeune fille repêchée morte de la Seine peu avant 1900 mais qui, par la beauté et le mystère émanant de son visage étrangement souriant, devint vite source d'inspiration pour... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2014

Le Grand Rêve et la réalité 'contemporaine'.

   Ça y est ! j'ai retrouvé trace de ce fabuleux Grand Rêve qui, sur la fin des années soixante, peut-être bien en 1970, avait valu à Serge d'obtenir, en second, le Grand Prix de peinture de la Ville de Toulon. Je crois même me souvenir qu'il l'avait peint exprès pour l'occasion. C'est une très grande toile par sa surface 2x1 mètre environ et par son contenu évidemment car, de plus, il s'agit là de son tout premier Rêve, le premier d'une grande lignée, inaugurant un thème dans l'œuvre. J'ai malicieusement voulu le... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 novembre 2014

Les tribulations du premier Portrait de Giono.

    Serge est là tout heureux de se retrouver non plus dans le bureau de Giono où, en trois semaines, il avait peint son portrait sur le vif en 1934, mais dans son propre atelier, devant l'objectif du photographe, s'y laissant volontiers immortaliser aux côtés de cette œuvre majeure qu'il a eu, il y a peu — très longtemps cependant, des décennies, après l'avoir de grand cœur offerte au modèle — fort providentiellement l'occasion d'acheter. C'est son ami Lucien Henri, dit Lulu, Luluberlu, ou encore alias Le... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [3] - Permalien [#]

16 novembre 2014

Portrait de Manuel. (?)

   Retrouvé reproduit dans le numéro 11 — mai 93 — de la revue Le midi illustré ce beau dessin de Serge est un témoin puissant et éloquent de ses heureuses qualités de dessinateur. Talent qu'il n'a, à mon avis, malheureusement pas assez souvent mis à profit en dehors de la mise en page fouillée de certaines de ses toiles. Dessin qui était donc ainsi, à chaque fois, voué à l'oubli sous la coupe, grâce à lui toute puissante, de la couleur.  Le trait, la ligne plutôt, est à la fois d'une sûreté et d'une rare finesse,... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 novembre 2014

Dessin du berger et de son troupeau devant Montjustin.

   Derrière ce dessin, n'est-il pas permis de voir une façon d'autoportrait ? Sinon, il s'agit tout au moins, assurément, de l'une des facettes de la personnalité de l'artiste car Serge a gardé les moutons, et pour lui cette activité proche du farniente était des plus fructueuses, en même temps que des plus familières ! C'était là l'occasion de se délasser des travaux des champs ou de maçonnerie, tous très pénibles physiquement, de reposer ses muscles et, partant, de recharger également d'une... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 novembre 2014

Pas pleurer. Le billet de Gérard Allibert.

PAS PLEURER  de Lydie SALVAYRE, un Goncourt vraiment inolvidable !          Il y a de cela quelques semaines (c'était le 29 juin en fait) Gérard Allibert nous faisait l'amitié de publier sur ce blog un texte à propos d'un tableau de Serge intitulé  La Halte des réfugiés espagnols, texte dans lequel il évoquait cette tragédie humaine historique qui avait un jour conduit notre peintre à se faire le témoin de ce drame en saluant sur sa toile la dignité et le courage d'un ... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [5] - Permalien [#]
22 novembre 2014

Vue plongeante sur la Haute-Provence.

   Je crois que Serge s'est souvenu ici des vues en grand angulaire de son cher Patinir — le peintre qui, selon ses propres mots, le faisait le plus rêver — pour arriver à donner lui-même une image aussi totale que possible de son pays rêvé à lui : sa très chère Haute Provence !  Dès son arrivée, en 1947, à Montjustin, plus de trois décennies donc avant de peindre ce tableau intitulé Les Hauts Plateaux, Serge disait déjà souvent à ses visiteurs les plus étonnés devant l'allure quelque peu démesurée de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]