02 septembre 2014

Un Manège de 1960.

   Déconcertants — non ? — ces deux chevaux chacun un peu lourdaud, au corps mal proportionné et par là monstrueux, presque, en regard de l'élégance racée des trois grands oiseaux — en fait le même, en trois exemplaires identiques. Pour cela, seulement décoratifs ? sûrement pas ! bien sûr que non ! — qui semblent faire, eux, un numéro de cirque pour accompagner le tour de manège ! Ou alors feraient-ils là, eux, un tour de chant triomphant ?  Et qui sait pourquoi ! en quel honneur ? A mon sens, il s'agit là de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 septembre 2014

Pour les arbres de la citadelle de Forcalquier et une communication ....

Une pétition concernant les arbres de la Citadelle de Forcalquier :  Pétition_SPPEF_04_contre_l_abattage     Et une communication de notre ami André Fulconis qui vient faire paraître un monumental ouvrage — véritable somme sur la vie haute-provençale jusqu'à la dernière guerre que nous vous recommandons vivement. Il s'agit là, par sa richesse et sa densité, d'un ouvrage sans précédent. LE LIVRE DE SAINT MARTIN, et de tous les villages… Notre humble et patiente histoire, celle du conscrit et du réfractaire, du... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 septembre 2014

Un vitrail dans l'esprit Fiorio.

   L'église N D de l'Assomption de Reillanne comporte aujourd'hui un vitrail réalisé par Bernadette Ollivier en concertation avec Serge sur l'un des sujets qui lui tenait à cœur et à qui, pour cette raison, il a fait tenir un grand rôle dans sa peinture : le berger et son troupeau ; ici comme méditant, sur fond de paysage reillannais puisqu'on y reconnaît le clocher de St-Denis, dominant le village. Dans le bleu du ciel est inscrit la parole de Jean 10-11  : « Le bon berger donne sa vie pour ses... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 septembre 2014

Le Rêve du vigneron.

   Le Rêve du vigneron photographié au ras des pâquerettes ouvre ici une fenêtre dans la réalité et donne ainsi une petite idée — toute petite ! — de ce plus dans une vie qu'est la création artistique : pour un peintre comme Serge, l'apparition soudain réelle d'une image, son surgissement, est chose commune, quotidienne, familière, qui se produit à la façon d'un flash de voyance, les yeux fermés ou même ouverts : « Il me faut choisir, car je vois beaucoup plus de tableaux que je ne peux en peindre ! » N'y... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 septembre 2014

A propos de couvertures de livres.

    Voilà une couverture dans le droit fil de l'esprit du livre ! elles sont si rares à l'être encore aujourd'hui ! Ainsi, le juste ton est ici donné avant même de tourner la première page ! Toute la nature de la poésie du texte est d'entrée présente dans l'image et, y baignant du regard, l'esprit du lecteur, tout de suite, en est donc parfumé ! Le cliché couleur est de Marcel Coen, ami de Serge. Quels filtres ont donc les éditeurs devant les yeux pour se contenter de couvertures — le plus souvent — pour la plupart... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 septembre 2014

Les arlésiens.

     C'est au cours de sa mobilisation de 1939, à Bourgoin dans l'Isère, que Serge fit la connaissance d'un certain arlésien nommé Paul Geniet avec qui il noua tout de suite amitié franche et sincère. Par la suite, Paul et son épouse Yvonne seront pour lui et pour tous les membres de la famille Fiorio des amis intègres et admirables dont la fidélité et les hautes qualités fraternelles ne se démentiront jamais. Ils reposent aujourd'hui tous les deux, côte à côte, dans le même vieux petit cimetière de Montjustin, tout... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 septembre 2014

Sur Internet.

   «Traduttore, traditore ! » : aujourd'hui plus qu'hier, et ce n'est rien de le dire puisque les machines elles-mêmes se mettent à traduire ! non pas très mal, pire : MACHINALEMENT ! Quand vous ne connaissez pas le sujet, il est impossible de s'y retrouver ! et quand on connaît, ça vous tord les boyaux en diable ! sans parler de l'orthographe et, bien sûr, de la typographie ! Des pourceaux informatiques ! rien d'autre.  Voici un extrait de ce morceau de choix trouvé sur la toile :    Serge Fiorio... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 septembre 2014

Bienvenue aux sports d'hiver !

   Mais non ! je blague, nous ne sommes pas à Courchevel, ni à Mégève ! Pas même au Taninges de la jeunesse de Serge ! Nous voilà à la porte d'un pays magique dont le premier plan est le seuil engageant, immaculé, pur au possible ! Il s'agit bien ici d'une Neige de la meilleure veine ! elle fait partie de l'espèce de celles dont le regard — et bien plus que le regard ! — ne se lasse pas parce que ces Neiges-là, tout particulièrement, s'adressent directement à l'âme, s'entretiennent à tu et à toi avec elle — lui parlent de... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 septembre 2014

Paysage de western.

   Serge aimait regarder des westerns, mais essentiellement pour les paysages naturels le plus souvent grandioses qui, plus que l'histoire, parlaient directement à son imagination, l'impressionnaient ! On retrouve ainsi dans maintes de ses toiles de vastes déserts ponctués de montagnes sacrées à indiens qu'il sait très bien marier à son univers. La vision de grands troupeaux de gros bétail l'y impressionnait également, mais on ne retrouve pas cela dans sa peinture, hormis dans son nocturne — ce qui est rare et même plutôt... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 septembre 2014

Témoignage d'André Pierre Fulconis.

    C’est un de ces bonheurs supérieurs que d’avoir connu Serge Fiorio, grande chance d’une longue vie de rencontres. Chance de connaître cet homme, juste de vie, juste de vue, juste de voie, la justesse même. Je n’ai pas eu le privilège de le rencontrer à l’âge de 16 ans comme André Lombard, l’ami, son fils spirituel, au foyer duquel il viendra vivre les derniers jours de sa longue vie de quasi centenaire. Mais Pierre Pertus (fils de mon cousin germain Henri si proche de Serge par la manière artistique, la... [Lire la suite]
Posté par SergeFiorio-blog à 00:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]